Categories

7 au hasard 5 août 2016 : L’assassin ! L’assassin : « le rougail saucisses est antillais » - 21 janvier 2014 : Solidarité avec Danio Ricquebourg ! - 1er octobre 2014 : Toi aussi, fais ton cinéma 100% péï ! - 18 août 2013 : Séisme de 6.1 au large de Madagascar - 10 septembre 2016 : Attention, ce film est un chef d’œuvre - 12 mars 2014 : Grands projets : danger, élections ! - 2 août 2015 : Dear European taxpayers, here’s where your money goes - 7 décembre 2014 : Mexique : un paysan de 21 ans s’immole par le feu - 29 mars 2014 : La grande Moune est partie - 4 juin 2013 : Bientôt, ils auront ta peau... -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > NRL : et si ça tremble ?

Tribune Libre de Raymond Lauret

NRL : et si ça tremble ?

26 novembre 2016
Raymond Lauret
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les tremblements de terre, nous devrions ne pas l’ignorer, concernent toute la Terre. Imaginons donc une grosse secousse qui viendrait déstabiliser un tout petit peu l’une des piles qui forment les points d’ancrage de la Nouvelle Route du Littoral (NRL)...

Loin de moi l’intention de revenir sur la question de l’opportunité ou pas de construire une NRL. Le choix de la faire avait été annoncé. Le chantier a été lancé. Il avance. Ceux qui étaient contre ne peuvent que le constater, voire s’incliner. Mais, par contre…

Oui, par contre, lorsque l’on apprend que l’intention du Conseil Régional serait — j’emploie à dessein le conditionnel — de détruire l’actuelle Route Littoral sitôt que la NRL serait ouverte à la circulation, il nous appartient de demander aux uns et aux autres de savoir faire preuve de sagesse et de prudence.

Il y a eu tout dernièrement un éboulis sur la Route du Littoral (RL). Un important éboulis, cela a été précisé. Il est vrai que, passé les deux jours de totale fermeture, ça galère avec le mode « route basculée » sur 3 voies côté mer.

Ça galère, certes. Mais ça permet de circuler. C’est vrai et c’est logique : on râle derrière son volant. Mais on peut tout de même rouler. Cela va, certes, durer entre 5 et 6 semaines. Mais après on retrouvera notre vitesse limitée à 90 km/h.

Imaginons demain, lorsque la NRL sera opérationnelle, que notre fond marin enregistre une secousse. Les tremblements de terre, nous devrions ne pas l’ignorer, concernent toute la Terre.

Aurions-nous déjà oublié qu’il s’est bien passé quelque chose pour que, il y a quelques années de cela, toutes les piles qui supportaient le tablier d’un des deux ponts de la Rivière Saint-Etienne s’effondrent, l’une après l’autre, comme un château de cartes ?

Le pont de la rivière Saint-Etienne après le passage du cyclone Gamède. Photo Anne97432.

Imaginons donc une grosse secousse qui viendrait déstabiliser un tout petit peu l’une des piles qui forment les points d’ancrage de la NRL. Oui, imaginons.

Je laisse les esprits qui savent et ne doutent de rien à leurs certitudes. Je me pose seulement une question : et si la fragilisation de la base d’une seule pile entrainait le déséquilibre de tout un pan de l’ouvrage ? Oui, sachons faire preuve d’humilité et posons-nous cette question…

Nous serions heureux alors de disposer de la bonne vieille Route Littoral, avec ses quatre voies.

On m’a dit que son entretien coûte (très) cher. Sans doute. Tout coûte toujours cher…

Si l’on accepte l’idée qu’il y a un risque même improbable d’incident sur la NRL (mais n’oublions pas que toute improbabilité comporte sa part de possibilité), alors il importe que les responsables d’aujourd’hui se projettent dans l’avenir qu’auront à gérer les générations de demain.

J’ai eu l’occasion de parler à un élu de la Région de cela. Je n’ai pas ressenti d’agacement ni même d’opposition de sa part...

Sans doute n’ignore-t-il pas lui aussi que les tremblements de terre concernent toute la Terre et que notre île ne flotte pas sur l’océan.

Raymond Lauret

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter