Categories

7 au hasard 12 septembre 2013 : Deux routes comme vous ne les verrez plus ! - 21 novembre 2016 : Paula M-Becker savait qu’elle ne vivrait pas longtemps - 25 décembre 2015 : Noël : « et si l’impossible devenait possible »... - 16 janvier 2015 : Je suis debout - 8 août 2014 : Maloya est au Mexique... en Inde et... ! - 27 mai 2014 : Rio : ceci n’est pas une cathédrale - 12 juin 2016 : Sous le choc, le séga fait des petits - 12 mars 2015 : Air Austral : attitude anti démocratique à la Région ? - 15 septembre 2015 : Le chaînon manquant du séga-maloya ? - 20 janvier : Charly Lesquelin sollicite tous nos sens -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « Nouvelles du front » des luttes chagossiennes

Comité Solidarité Chagos Réunion

« Nouvelles du front » des luttes chagossiennes

11 mai 2015
Comité Solidarité Chagos Réunion
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le « Comité Solidarité Chagos Réunion », en contact régulier avec le leader du « Chagos Refugees Group », Olivier Bancoult, suit de près l’actualité des luttes chagossiennes. Bientôt 50 ans que cet archipel situé au cœur de l’océan Indien a été évacué et sa population déportée pour laisser la place à une base militaire américaine... Le combat continue.

Olivier Bancoult revient d’une mission aux Etats-Unis, invité par les étudiants de l’université Washington College of Law.

Les Chagossiens doivent être consultés par le gouvernement mauricien pour toute question concernant les Chagos. Rappelons qu’au mois de mars dernier un jugement du tribunal arbitral des Nations Unies sous la Convention du Droit de la mer a prononcé l’illégalité du parc Marin créé par la Grande-Bretagne en 2010. Suite à cette grande victoire, l’attitude du gouvernement mauricien était venue refroidir la satisfaction d’Olivier Bancoult, puisque le Premier Ministre, Anerood Jugnauth, a « oublié » les Chagossiens dans le Comité créé pour étudier les implications du jugement. Le « Groupe Réfugiés Chagos » a aussitôt réagi : « Le gouvernement a le devoir de consulter la communauté chagossienne pour toute décision concernant leur île natale ».

Depuis, les choses ont un peu évolué. Une rencontre entre Olivier Bancoult et le Premier Ministre a eu lieu le 14 avril dernier. Si la demande chagossienne a été « prise en considération », une réponse positive formelle est toujours attendue, d’autant plus que le gouvernement mauricien entend réclamer sa souveraineté sur l’archipel avec une vigueur renouvelée, après la ré-élection de David Cameron.

Le 22 juin à Londres, Jour J devant la Cour Suprême, qui va examiner deux actions distinctes introduites par Olivier Bancoult au nom des Chagossiens du Groupe Réfugiés Chagos.

Peros Banhos, archipel des Chagos.

La première concerne l’action en dernier recours sur le Parc Marin. On rappellera que contrairement au Tribunal des Nations Unies, la justice britannique a donné raison au gouvernement de Londres. Et cela par deux fois. Une première fois en juin 2013 en déclarant la création du Parc Marin « compatible avec les lois européennes ». Une deuxième fois en appel en rejetant toute intention britannique et américaine d’empêcher ainsi le retour des Chagossiens dans leurs îles. Une décision qui fait fi des révélations de Wikileaks démontrant au contraire que le Parc Marin a été créé dans ce but. Le 22 juin donc, ce sera la dernière chance de faire reconnaître ce « coup de force juridique ». Les Chagossiens, renforcés depuis mars par la décision du Tribunal du Droit de la Mer, seront présents à cette séance de la Cour Suprême.

La seconde concerne le recours des Chagossiens contre le fameux jugement de la Chambre des Lords en 2008. On sait que ce jugement avait mis fin à tout espoir de retour des Chagossiens dans leurs îles natales. Il avait été le dernier acte, tragique, de toute une série de jugements tout au long des années 2000, les uns favorables au retour des Chagossiens, les autres venant les annuler. Le jugement de la Chambre des Lords avait été prononcé par 5 juges, avec une faible majorité de trois juges contre deux. Ce jugement, basé sur une étude de faisabilité du retour totalement manipulée, a toujours fait l’objet d’une grande suspicion d’un vote imposé par le pouvoir britannique.
Or depuis 2010 la Chambre des Lords n’est plus la plus haute instance de l’appareil judiciaire britannique. Une Cour Suprême a été créée. Et il est arrivé depuis sa création qu’elle ait été amenée à casser des jugements de la Chambre des Lords.

Diego Garcia, devenue une base militaire américaine. Photo : Navy

Olivier Bancoult et ses conseillers juridiques ont donc saisi cette opportunité et réussi à faire admettre, sans préjuger de l’issue de l’affaire, le bien-fondé de leur démarche pour un réexamen du dossier. L’enjeu est évidemment crucial dans la lutte des Chagossiens pour arracher leur droit au retour aux Chagos. Ils feront entendre lors de cette séance leurs droits imprescriptibles à vivre dans leur pays.

Olivier Bancoult revient d’une mission aux Etats-Unis (New York et Washington) du 19 au 30 avril. Il était invité par les étudiants de l’université Washington College of Law. Cette visite a été très positive, nous dit Olivier. Il a pu participer à un forum international des peuples indigènes, donner une conférence de presse à l’association des correspondants des Nations Unies, rencontrer des membres du Congrès et du Sénat. Il a eu également des contacts avec des O.N.G. soutenant les droits humains. Toutes ces actions visent à élargir sans cesse les cercles de l’opinion internationale sensibilisés au drame chagossien.

Georges Gauvin, président
Alain Dreneau, secrétaire
Comité Solidarité Chagos Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter