Categories

7 au hasard 30 novembre 2015 : Marie Dessembre ou l’énigme de la Joconde réunionnaise - 26 septembre 2012 : La Réunion… lé pi a nou ? - 11 mai 2013 : « La culture : une locomotive pour l’économie ! » - 23 octobre 2016 : Mais où sont les bras du bébé ? - 27 mai 2014 : Présence sur Internet : Université de La Réunion en pâle position ! - 7 avril 2014 : Chica, tshéga, séga, maloya, même combat ? - 30 janvier 2015 : Auschwitz : l’ignoble affront fait à la mémoire - 15 avril 2014 : Faites la grève des sacs plastique, réclamez la soubik ! - 25 janvier 2016 : Pitons réunionnais : « comme les ruines d’un ancien temple » ? - 24 mars 2013 : Lisez-vous Mein Kampf ? -

Accueil > Le Blog de GGL > Nouvelle route du Littoral : le graphique qui accuse

Sur le Blog de GGL

Nouvelle route du Littoral : le graphique qui accuse

7 octobre 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’investissement de la collectivité régionale plombé par la NRL : c’est la réalité que fait apparaître un graphique réalisé sur la base d’information fournies par la Région Réunion.



C’est un lecteur qui nous a fait parvenir ce graphique, issu d’un document produit par la Région Réunion.

Une représentation du poids écrasant de la NRL sur le budget de la collectivité. Ainsi, pour la seule année 2015, le chantier absorbera 220 millions des 436 millions dévolus à l’investissement.

Cette proportion devrait exploser au cours des deux années suivantes, entraînant une baisse drastique des autres dépenses… Autrement dit, comme le pressentait un récent (et excellent) édito de notre confrère Guillaume Kempf, la Nouvelle route du Littoral mène droit… à l’austérité.

De source interne, on évoque même une conjoncture qui pourrait aller jusqu’à « la réduction de moitié de tous les postes de dépenses hors routier et une explosion du routier ».

Rappelons que ces considérations budgétaires ne prennent pas en compte la question — systématiquement éludée mais têtue — des inévitables surcoûts, qui seront à la charge de la Région, c’est-à-dire du contribuable, ni les conditions de remboursement des prêts massifs contractés par la Collectivité.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter