Categories

7 au hasard 8 novembre 2014 : Sita jeté aux lions…et après ? - 18 novembre 2014 : Johann Berby : « Maloya ou lé avec moin » - 20 décembre 2015 : Liberté métisse, bière dodo et Johnnie Platinum - 26 mars 2016 : Valet de carreau, prête-moi ton fusil... - 30 mars 2013 : Une île connue, puis perdue, puis retrouvée... - 2 septembre 2014 : 300 millions € de roches sud-africaines pour la nouvelle route du Littoral ? - 25 octobre 2015 : NEO : Saint-Denis et les caprices du port... - 21 mai 2016 : 14 ans (pour rien) à Guantanamo - 23 décembre 2015 : A-cause le chate l’Ile-de-Man na point de queue - 11 janvier 2016 : 30 secondes de maloya... du Sri Lanka -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Nouvelle route du Littoral : « des tonnes de roches bientôt importées (...)

Tribune Libre de l’Alliance

Nouvelle route du Littoral : « des tonnes de roches bientôt importées »

29 août 2015
L’Alliance
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Malgré des dénégations et des déclarations contradictoires, la réalité finit par éclater : des centaines de milliers de tonnes de roches seront bien importées de Madagascar pour la construction de la route en mer.

Ironie de l’histoire : pour construire une route qui est censée (entre autres) mettre les automobilistes à l’abri des roches qui tombent de la falaise, la Région Réunion s’apprête à... importer des centaines de milliers de tonnes de roches de Madagascar après avoir affirmé qu’elle ne le ferait pas. Et tant pis pour le "risque majeur d’introduction massive d’espèces exotiques envahissantes" pourtant dument signalé par le "Conseil National de Protection de la Nature" ! "Risque majeur"...

Le groupement attributaire du marché de la digue (GTOI/SBTPC/Vinci TP) a confirmé avoir passé une première commande de 100.000 tonnes correspondant à des roches massives, l’importation de près de 250.000 tonnes étant évoquée.

La Région, maître d’ouvrage du chantier, ne peut s’exonérer de sa responsabilité et jouer à Ponce Pilate sur ce dossier. Et l’État est directement interpellé car aucune importation n’est possible sans son autorisation.

Or, dans son avis rendu le 24 août 2013, le Conseil National de Protection de la Nature avait été très clair :

« le dossier ne fait pas état de la possibilité d’importation de matériaux pour la réalisation des ouvrages en substitution de matériaux non disponibles dans les délais sur l’île ». Le CNPN ajoutait que « cette option aurait été dans tous les cas à prohiber, en particulier pour le risque majeur d’introduction massive d’espèces exotiques envahissantes ».

Le moindre chantier entrepris dans l’île (ici dans le Sud) est l’occasion de "mettre de côté" les précieuses roches. Mais, ce ne sera pas suffisant...

À la demande de la Région, l’État va-t-il de nouveau passer outre l’avis du CNPN et autoriser l’importation de ces roches qui représente un risque majeur pour l’environnement ?

Et comment la Région peut elle accepter l’importation de matériaux après avoir toujours proclamé le contraire ? La Région va-t-elle être de nouveau prise en flagrant délit de mensonge ?

Va-t-on continuer à avancer à marche forcée sur ce dossier ?

Il est bien évident qu’une telle décision serait lourde de conséquences et ouvrirait la voie à l’importation, compte tenu notamment de l’impossibilité pour la Région d’imposer à la population l’ouverture de carrières.

Ce qui apparaît de plus en plus nettement aux Réunionnais, c’est l’aberration d’un chantier qui a été lancé sans que l’accès à la matière première ne soit garanti.

Toutes les insuffisances de ce chantier, dans tous les domaines, commencent à apparaître au grand jour.

Le projet insensé de la route en mer va de plus en plus se heurter au mur de la réalité.

Les conseillers régionaux de l’Alliance

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter