Categories

7 au hasard 3 mai 2016 : Enquête judiciaire : brouillard sur la NRL ? - 31 mars 2015 : Protéger sans interdire... c’est possible ? - 8 janvier 2016 : Planter pour le cœur - 23 juin 2016 : Mais quid de l’après-« Demain » ? - 27 janvier 2016 : Hollywood : quand il y avait des hommes... - 19 février 2014 : La nécessité du deuil de ce monde - 16 septembre : Le secret de la maison qui n’existe plus... - 20 août : Rue Ma(lartic)doré : quartier libre ! - 21 juin 2015 : Lucien Putz : « Le blues soigne les blessures, le séga aussi » - 2 décembre 2014 : Thierry Robert : « Mi té veut brise la chaîne, la élimine amoin avant ! » -

Accueil > Le monde > "Nous ne servons pas les SDF"

Japon

"Nous ne servons pas les SDF"

2 novembre 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis un an, une pancarte apposée dans un Mac Donald’s de Tokyo visait à interdire l’accès du restaurant aux sans-domicile-fixe.

« L’accès au restaurant sera refusé » aux personnes « inappropriées » : plus d’une année durant, l’avertissement a accueilli — ou non — les clients d’un Mac Donald’s de l’Ouest de Tokyo. « Nous nous réservons le droit de ne pas servir certains clients à l’hygiène corporelle négligée ou sans domicile », affichait la célèbre marque américaine. Un énoncé qui a entraîné une avalanche de critiques, notamment sur internet, obligeant la direction de l’établissement à modifier l’avertissement. Celui-ci ne mentionne désormais plus que les clients « qui s’endorment, ont une hygiène insuffisante, ou sont susceptibles d’importuner les autres consommateurs, en parlant à voix trop forte ».

Excuses publiques

Mac Donald’s Japan, filière nipponne du géant de la restauration rapide, a de surcroît présenté des excuses publiques. « Cet avertissement devait permettre aux clients de se sentir à l’aise, mais nous comprenons que certains termes aient pu choquer. Et nous présentons nos excuses pour cela », a déclaré un porte-parole de la compagnie, qui a assuré que tous les panneaux comparables dans les autres restaurants du pays seraient retirés. La pauvreté a augmenté dans des proportions alarmantes au Japon, dans un silence entretenu par les autorités — qui ont admis avoir dissimulé les statistiques réalisées — et l’auto-censure des médias, qui craignent de donner une mauvaise image du pays.

"Chambres" d’un hôtel capsule, à Osaka. Photo : Wikicommons.

Double invisibilité

Malgré le manque d’informations disponibles, on estime à près de 16% le nombre de Japonais vivant en-dessous du seuil de pauvreté, dont 80% seraient des travailleurs pauvres. Une femme sur trois âgée de 24 à 64 ans vivrait dans la pauvreté, a révélé une enquête réalisée en 2012. Une relative invisibilité statistique doublée par la dissimulation de la misère que permettent, entre autre, la disponibilité de chambres à très bon marché dans les cyber-cafés urbains ouverts 24 heures sur 24 et la multiplication des kapuseruhoteru (hôtels-capsules) composés de tiroirs individuels capables d’accueillir une personne en position allongée. Le nombre de SDF aurait été divisé par deux entre 2007 et 2012, affirme le Ministère de la santé et du travail, qui signale aussi un vieillissement accru de cette population. Les plus âgés, qui sont souvent les plus nécessiteux, vivent loin des regards, dans les recoins des parcs et des zoos.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter