Categories

7 au hasard 12 mai 2012 : Solidarité avec les travailleurs portugais ! - 29 juin 2017 : Maloya : référencé par la base mondiale de Discogs - 10 mai 2015 : Sergio Grondin, le talent des écorchés vifs - 24 avril 2015 : Le MoDem investit Thierry Robert - 2 novembre 2015 : NRL : « curieuse conception de la démocratie ! » - 20 février 2014 : Ne mourez pas pour des patrons - 22 mars 2018 : La plage perdue... et la rivière domptée - 16 octobre 2013 : Coup de gueule contre ceux qui « OZE » ! - 11 juin 2014 : Pourquoi peut-on manger le requin inoffensif ? - 26 mai 2020 : Le chaînon manquant du séga-maloya ? -

Accueil > Océan Indien > « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! (...)

Inde

« Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! »

2 février 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’administration indienne autorise la production d’un médicament générique au coût 400 fois inférieur à l’original produit par la multinationale BAYER.

Centre de recherche sur le cancer à Barasat (Inde). Photo : Biswarup Ganguly

Mars 2012 : le Bureau indien des brevets (Indian Patent Office) créait un précédent de taille en rompant l’exclusivité détenue par la firme pharmaceutique BAYER sur la commercialisation du NEXAVAR®, un médicament utilisé dans le traitement des cancers du rein et du foie. Titulaire d’une licence obligatoire, la petite entreprise indienne « NATCO Pharmaceutics » était habilitée à produire un générique, ramenant le coût annuel du traitement à 177 dollars - soit presque 400 fois moins que les 69.000 dollars nécessaires aujourd’hui à une année de traitement au NEXAVAR® en Inde.

« Du vol pur et simple »

La production du générique devra être strictement limitée au marché indien et localisée dans l’usine « Natco » située à d’Hyderabad, précise l’Administration. La décision suivait l’évolution de la législation indienne, qui exige depuis peu la commercialisation « à un prix abordable » des médicaments là où les dispositions précédentes ne demandaient qu’un prix « raisonnable ». La licence obligatoire a été validée par les Tribunaux indiens il y a deux semaines.

« Du vol pur et simple », déclarait en décembre dernier le Néerlandais, Marjin Dekkers, PDG de BAYER, rapporte l’agence « Bloomberg ». « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux qui peuvent se le payer, et non pour les Indiens », a ajouté le dirigeant.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]