Categories

7 au hasard 19 juin 2014 : Une petite adresse à George-Pau Langevin et à Bernard Cazeneuve… - 24 avril 2013 : oZe pose le son - 31 octobre 2015 : Un étrange cristal à la Cité du Volcan - 27 avril 2015 : Crise requin : n’ayons pas un anticolonialisme de retard… - 30 mai 2013 : Anna Nistratova : « Seul l’art public peut braver la crise » - 2 octobre 2013 : FIFAI : le programme en ligne ! - 10 juillet 2014 : Le champ magnétique terrestre s’intensifie sur l’océan Indien - 16 août 2015 : À la recherche du Saint-Denis perdu - 17 décembre 2013 : Professeurs : l’appel du grand froid - 13 mai 2015 : Emplois des cadres : la filière roumaine -

Accueil > Océan Indien > « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! (...)

Inde

« Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! »

2 février 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’administration indienne autorise la production d’un médicament générique au coût 400 fois inférieur à l’original produit par la multinationale BAYER.

Centre de recherche sur le cancer à Barasat (Inde). Photo : Biswarup Ganguly

Mars 2012 : le Bureau indien des brevets (Indian Patent Office) créait un précédent de taille en rompant l’exclusivité détenue par la firme pharmaceutique BAYER sur la commercialisation du NEXAVAR®, un médicament utilisé dans le traitement des cancers du rein et du foie. Titulaire d’une licence obligatoire, la petite entreprise indienne « NATCO Pharmaceutics » était habilitée à produire un générique, ramenant le coût annuel du traitement à 177 dollars - soit presque 400 fois moins que les 69.000 dollars nécessaires aujourd’hui à une année de traitement au NEXAVAR® en Inde.

« Du vol pur et simple »

La production du générique devra être strictement limitée au marché indien et localisée dans l’usine « Natco » située à d’Hyderabad, précise l’Administration. La décision suivait l’évolution de la législation indienne, qui exige depuis peu la commercialisation « à un prix abordable » des médicaments là où les dispositions précédentes ne demandaient qu’un prix « raisonnable ». La licence obligatoire a été validée par les Tribunaux indiens il y a deux semaines.

« Du vol pur et simple », déclarait en décembre dernier le Néerlandais, Marjin Dekkers, PDG de BAYER, rapporte l’agence « Bloomberg ». « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux qui peuvent se le payer, et non pour les Indiens », a ajouté le dirigeant.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter