Categories

7 au hasard 9 mars 2015 : Elections : « Une citoyenneté sans visage ? » - 28 octobre 2015 : « Marco, ça déconne méchamment chez toi » - 25 août 2014 : Enfants réfugiés, expulsés : les chiffres de la honte - 13 décembre 2013 : Qui veut la peau de La Réunion ? - 24 septembre : « Mon doudou », premier concert radiophonique ! - 24 mars : Maryline Mélenchon : « qu’on me laisse en paix » ! - 3 février 2016 : Sin-Dni : #jesuisfurcy au Barachois - 24 juin : Rabearivelo, quand un poète quitte délibérément la vie - 3 décembre 2014 : La collection de Christian va-t-elle finir dans les poubelles de l’histoire ? - 17 juin 2014 : « Poutine, trou du cul ! » : du langage diplomatique ? -

Accueil > Océan Indien > Nitin Chinien, devant la cour sans avocat

Le chanteur emprisonné

Nitin Chinien, devant la cour sans avocat

21 novembre 2013
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« La Police a choisi de présenter mon client, Nitin Chinien, en cour sans m’informer, ou informer un membre de la famille ». Cette déclaration est signée de Me Erickson Mooneeapilla, avocat de l’artiste mauricien Nitin Chinien, incarcéré depuis le 14 novembre pour avoir porté des accusations contre la radio publique MBC et la société des auteurs MASA.

« 7 Lames la Mer » vous l’annonçait il y a quelques jours : Nitin Chinien, artiste charismatique et engagé, fils du chanteur emblématique Siven Chinien, a été arrêté le 14 novembre et incarcéré à la prison d’Alcatraz pour avoir critiqué la Mauritius Broadcasting Corporation (radio MBC) et la Mauritius Society of Authors (MASA) dans des vidéos postées sur Youtube, et pour violation de l’ICTA (Information and Communications Technologies Authority Act).

Révolution intellectuelle, artistique et théâtrale

Dans cette affaire, plusieurs plaintes ont été déposées contre Nitin Chinien, par la MASA mais aussi par le ministère des Arts et de la Culture. Celui qui se qualifie lui-même d’« homme danzéré », non sans humour, a été licencié de la radio publique MBC en janvier 2012 pour avoir dénoncé des « mauvaises pratiques » et s’est donc engagé dans une partie de bras de fer contre les autorités, pointant les « abus de pouvoir, magouilles, injustices et malversations » et « promettant » au Premier Ministre, Navin Ramgoolam, une « révolution intellectuelle, artistique et théâtrale ».

Du matériel informatique saisi

Incarcéré depuis le 14 novembre, l’artiste mauricien a été présenté hier (mercredi 20 novembre), devant la cour, « sans que son avocat ne soit informé, ni sa famille », explique Me Erickson Mooneeapilla dans un communiqué (voir texte du communiqué dans l’encadré ci-dessous). Sa demande de remise en liberté a été rejetée notamment parce que le chanteur « aurait menacé d’intercepter le cortège du Premier ministre pour le forcer à descendre de sa voiture ». Nitin Chinien a ensuite été transféré à la prison centrale de Beau-Bassin tandis que des enquêteurs du Central Investigation Division (CID) procédaient à une perquisition à son domicile. Du matériel informatique (ordinateur, caméra, clé USB) a été saisi.

« C’est too much qu’on l’ait enfermé »

Dans une déclaration au site « 5plusltd.com », la femme de Nitin, Joelle Malécaut, exprime ses inquiétudes : « je vis des moments extrêmement difficiles, comme vous pouvez l’imaginer. C’est une situation pas normale, car selon moi, Nitin n’a commis aucun crime grave. Il ne faisait qu’exprimer son ras-le-bol par rapport à la MBC, qui l’a licencié l’année dernière et aussi par rapport à la situation à la MASA, et a voulu alerter l’opinion publique. Je trouve que c’est too much qu’on l’ait enfermé ».

Nitin Chinien à l’hôpital, entouré de policiers

Un comité de soutien pour réclamer la libération de Nitin s’est rapidement constitué et a tenu une conférence de presse ce mercredi 20 novembre à Port Louis. « Depuis l’arrestation de Nitin Chinien et dans l’attente d’une libération sous caution par la Police, la famille, les proches, les amis et les fans s’inquiètent de l’état de santé morale et physique de celui-ci, déclare le comité de soutien. Nous déplorons le déni du droit de visite ainsi que l’absence de communication transparente de la part des services de Police. (…) » Les proches et les amis de Nitin ont également ouvert une page facebook en « Soutien à l’artiste Nitin Chinien » et sont très actifs sur les réseaux sociaux. C’est ainsi que l’un d’eux témoignait en ligne avoir aperçu il y a deux jours Nitin Chinien à l’hôpital, entouré de policiers.

Un autre proche de Nitin, Jameel Peerally, a exprimé son soutien avec force sur le réseau social facebook : « quand un frère est en prison et qu’il n’est ni un criminel ni un terroriste, cela fait mal au coeur. Surtout si ce frère a un enfant et une femme qui l’attendent à la maison. Oui, je prends son parti parce que je n’approuve pas la manière dont les autorités agissent avec lui ; c’est une manière de dictateur et jamais je ne pourrai être d’accord avec ça. Je suis pour la guerre, s’il le faut, pour qu’il retrouve sa liberté, même s’ils m’enferment moi aussi ».

Nathalie Valentine Legros

Conférence de presse du comité de soutien à Nitin Chinien.

C’est avec gravité que je dénonce le fait que la Police ait choisi de présenter mon client, Nitin Chinien, en cour sans m’informer, ou informer un membre de la famille.
C’est le droit constitutionnel de tout accusé d’être représenté par un homme de loi. Nitin Chinien était en détention policière à Alcatraz et était sous leur responsabilité. La CCID [1] était au courant du fait que mes services étaient retenus par Nitin Chinien, pour avoir assisté celui-ci lors de son interrogatoire hier. De ce fait, il était de la responsabilité de la CCID, d’informer son homme de loi avant de lui signifier quelques nouvelles charges. C’est une atteinte grave à son « droit constitutionnel d’être dûment représenté par un homme de loi ». Une correspondance a cet effet a été adressée au Commissaire de Police et à la Human Rights Commission.

Me Erickson Mooneeapilla

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

Notes

[1CCID : Central Criminal Investigation Department

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter