Categories

7 au hasard 5 avril 2016 : Environnement : agir depuis la case jusqu’au parlement européen - 15 septembre 2015 : Le chaînon manquant du séga-maloya ? - 29 juillet 2013 : Traviata à Maurice - 13 septembre 2013 : Le patrimoine culturel immatériel, un enjeu de développement - 3 mai 2013 : « On nous cache certains films » - 14 novembre 2014 : Sakay : sur les traces d’une ville fantôme - 9 mai 2013 : « Tordre le cou aux fausses bonnes idées » - 28 janvier 2014 : SIB : le Parti de Gauche interpelle le Préfet - 30 septembre 2015 : Nouvelle route du Littoral : l’amateurisme au pouvoir - 20 octobre 2016 : Allons battre carré à Saint-Denis en 1937 -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Narmine Ducap la désot la vi mais maloya lé toujours à l’heure...

Séga deuil...

Narmine Ducap la désot la vi mais maloya lé toujours à l’heure...

25 juin 2015
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Narmine Ducap a déserté la scène de la vie. A 75 ans, il nous fait tous orphelins de cette époque magique où la popularité ne se mesurait pas en nombre de like sur les réseaux sociaux mais à l’applaudimètre sur les podiums. Narmande Ducap, comme cela était écrit sur les vieilles pochettes de vinyle, pour toujours dann kèr !

Narmine Ducap et son dalon Dormeuil

Virtuose de la guitare dont les compositions sont devenues de véritables standards de la musique réunionnaise, Narmine Ducap, né le 26 septembre 1940, vient de mourir à 75 ans et inscrit son nom au Panthéon des musiciens créoles. Figure emblématique des bals, à l’époque où le succès des orchestres se mesurait à l’applaudimètre et où les sonos n’avaient pas encore renvoyé les jouars aux oubliettes, Narmin Ducap, avec une indéfinissable discrétion et un talent inné, contribuera à l’évolution des standards de la musique réunionnaise, faisant fi de cette pseudo frontière dressée entre séga et maloya par une société postcoloniale engluée, de part et d’autre, dans ses préjugés.

Son talent, il l’exerce sur les cordes de ses guitares, mais il l’exprime aussi dans les paroles — parfois mystérieuses — de ses chansons dont certaines sont aujourd’hui oubliées et qui mériteraient d’être ramenées à la surface des mémoires. Des paroles empreintes de l’âme créole avec son cortège de non dits, de croyances populaires, de caractères excessifs, de chapelets de misère, d’un sens de la fête partagé et toujours coloré d’un esprit corrosif. L’oeuvre qu’il nous lègue est en ce sens singulière et décrit grâce à un dosage millimétré les travers et le tourné-viré des Réunionnais.

La chanson « Maloya ton tisane » en est certainement l’expression la plus étonnante même si ce texte interprété par la voix chavirante de Michou — une voix encore matinée de cet accent inimitable de l’enfance — n’est pas le plus connu du grand public...

« Maï là i veut pu pousser dan la terre / Dan la terre nana la poison / (...) Mauvais moune té connaît rien qu’la tisane / par exemple regarde Sitarane / Heureusement pour fait nout bonheur su la terre / Maloya lé toujours à l’heure / (...) Danse maloya pou mèt l’ordre là dedans juste minuit / Parce que maloya la point la tisane pou cui ali ».

Son ami (et parent) Loulou Pitou.

« Génial guitariste et compositeur, grand musicien, Narmine Ducap souffrait d’une terrible maladie contre laquelle il aura lutté jusqu’au bout, témoigne Jules Bénard. Connu pour les chefs-d’oeuvre qu’il a composés pour sa fille Michou, Narmine a aussi été un des guitaristes-phares de notre séga traditionnel réunionnais. Partenaire des plus grands, Arlanda, Vinh San, il ne cachait pas sa vénération pour son parent et ami Loulou Pitou avec qui il avait effectué ses premiers pas dans le monde de la musique et des orchestres de bal... La musique réunionnaise, la vraie, est orpheline une fois de plus. Tu vas sacrément nous manquer l’ami ».

Sur les traces de Narmine, sa fille Michou ne dément pas le talent familial. Et très tôt — comme en témoigne sa voix d’enfant sur certains enregistrements, voir ci-dessous dans la chanson « Cafrine » — elle va s’imposer. Son père s’emploie à faire éclore cette artiste qui deviendra l’égérie de l’épique époque des grands orchestres de bal, avec à son répertoire quelques tubes péi bien kadansé comme le mythique « Mario mon coco » ou encore comme le maloya « Largue la sauce » et le monument : « Mamzel Paula ». Tous concoctés par Narmine Ducap.

Michou a la beauté et l’ardeur des artistes sur lesquels le temps coule comme dolo si fèy sonz. Elle n’appartient pas à une « époque », elle est ancrée dans le présent, comme elle l’était lorsqu’elle a débuté sa carrière. Intemporelle et lumineuse, elle a la grâce et l’élégance des grandes chanteuses. La classe. Il lui appartient désormais de faire vivre la mémoire de ce père d’exception.

Maloya lé toujours à l’heure...

Nathalie Valentine Legros et Geoffroy Géraud Legros

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter