Categories

7 au hasard 29 septembre 2013 : L’OTAN s’installe à Djibouti - 22 octobre 2012 : Grand raid : retrouver le sens commun - 30 juin 2015 : Quelle culture ? Quelles subventions ? - 13 juillet 2015 : 14 juillet : rendez-vous à Pluton-Ste-Rose ! - 13 octobre 2015 : Indemnités des élus : on peut toujours rêver... - 20 mai 2013 : Patrons, encore un effort... - 4 juin 2016 : Azéma, la tête sur un plateau - 25 février 2016 : L’écœurant lynchage de Corine Beaulieu - 23 mars 2013 : Les yeux dans « l’eau siguide » des docks - 17 juillet 2013 : Robert Redford perdu dans l’océan Indien -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Mohamed Ali : le magicien du ring boxe avec les anges

Knock Out

Mohamed Ali : le magicien du ring boxe avec les anges

6 juin 2016
Erick Murin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les divinités du ring ont rappelé Mohamed Ali — trois fois champion du monde — à leurs cotés le vendredi 3 juin 2016. Il avait 74 ans.

La légende du plus grand boxeur de l’histoire est depuis 1989 au panthéon du sport : Mohamed Ali recevait alors la haute distinction du meilleur sportif du XXème siècle.

Champion Olympique des poids lourds de boxe amateur aux Jeux de 1960 à Rome, Mohamed Ali est entré dans l’histoire de l’olympisme avec le Cubain Théophile Stevenson, décédé le 11 juin 2012 ; ils étaient les deux plus grands poids lourds de l’histoire des jeux olympiques.

Le parcours d’un boxeur professionnel d’excellence...

Mohamed Ali était un « magicien » du ring pour l’ensemble des observateurs de la boxe. Trois fois champion du monde, il évoluait dans la catégorie des « maîtres », celle des poids lourds.

Mohamed Ali et Malcolm, New York, 1963.

Ali imposait à ses adversaires sa vitesse de réaction, un schéma technico-tactique qui était le résultat d’une capacité extraordinaire à la lecture du face à face. Selon les situations et placements sur le ring, cette légende possédait une fluidité corporelle majestueuse pour 100 kilos de muscles.

Le ring était son espace artistique ; c’est là qu’il imposait sa puissance et sa vitesse d’exécution. Il avait ce don de l’esquive à proximité des cordes.

Ali faisait du ring son terrain de jeux. Il devient Champion du Monde des poids lourds en 1964.

Son engagement pour les droits civiques et contre le racisme aux États-Unis l’emmène à côtoyer des personnages emblématiques tels que Malcom X et Martin Luther King.

Mohamed Ali refusa en 1967 d’aller faire la guerre au Vietnam, et déclara aux medias « je n’ai rien contre les Viêt-Cong, aucun vietnamien ne m’a appelé nègre ». Une désobéissance qui lui coûtera sa couronne de Champion du Monde des poids lourds : Ali sera déchu de son titre.

Sept ans plus tard en 1974, la planète du sport assiste au combat légendaire entre Mohamed Ali et Georges Foreman à Kinshasa, un combat victorieux pour Ali. Ce duel historique restera un événement sportif exceptionnel ; le combat du siècle.

Mohamed Ali incarna pour plusieurs générations de boxeurs, la pensée universelle du ring, le réconciliateur de la boxe avec la sensibilité et l’intelligence du combattant, le marqueur d’un « maitre à boxer » ou l’élégance du noble art prenait asseoir dans le « jardin fleuri » de la beauté universelle.

Erick Murin
Ex International de boxe anglaise

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter