Categories

7 au hasard 7 avril 2017 : Cuisine réunionnaise : des plats de rézistans ? - 6 mai 2017 : « Priyèr’ Sï Priyèr’ », le coup de cœur de 7 Lames - 25 mars 2014 : « Les municipales rendent fou » - 8 décembre 2014 : Percy Yip Tong : « Keep smiling... and Non la violens » - 17 septembre : Au nom de Nour, tombée sous les balles des coloniaux - 29 septembre 2017 : 1929 : la plage où l’on ne craignait pas les requins - 29 avril 2015 : « Que personne ne parle au nom de Talon ! » - 6 janvier 2014 : Les cyclones ont eu la peau du café ! - 25 mars 2016 : D’un Castro l’autre - 30 juin : Mamzelle Paula, star d’un bar sans frontières -

Accueil > Océan Indien > Mickaël Joron : « Winnie Mandela était la colonne vertébrale de la lutte (...)

Afrique du Sud

Mickaël Joron : « Winnie Mandela était la colonne vertébrale de la lutte »

3 avril 2018
7 Lames la Mer, Mickaël Joron
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Winnie Madikizela-Mandela est morte à 81 ans, dans un hôpital de Johannesburg, le 2 avril 2018. Pour lui rendre hommage, 7 Lames la Mer donne la parole à un jeune Réunionnais, engagé, militant, artiste issue d’une grande famille de lutte et de musiciens : Mickaël Joron qui a vécu une partie de son adolescence en Afrique du Sud.

Winnie Mandela, née le 26 septembre 1936.
Décédée le 2 avril 2018.

Héroïne de la lutte anti-apartheid, figure centrale de l’ANC [1], résistante, militante, Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela, alias « Winnie », est morte le lundi 2 avril 2018, à 81 ans.

Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, président de la TRC [2] et proche de Nelson Mandela, la qualifiait de « formidable égérie de la lutte, d’icône de la libération ». Et ajoutait : « puis, quelque chose a terriblement mal tourné »...

Victime des persécutions du régime ségrégationniste, harcelée, emprisonnée, astreinte à domicile, bannie dans un bourg à l’écart du monde, visée par deux attaques à la bombe, Winnie Madikizela-Mandela, ex-épouse de Nelson Mandela [mariage en 1958/divorce en 1996], est par la suite discréditée, controversée, écartée de l’ANC qui est confronté à la réalité de l’exercice du pourvoir, aux immenses défis — face aux inégalités et injustes de la société sud-africaine — et aux compromis. Elle dénonce, critique, monte au front, porte la voix des opprimés. Elle dérange. Qualifiée de « pasionaria des townships », Winnie est diabolisée, soupçonnée d’avoir notamment encouragé des actes de violence par le biais de sa garde rapprochée [3].

Winnie Mandela, elle aussi, avait fait un rêve : « Nous rêvions d’une Afrique du Sud qui aurait été totalement exempte de racisme, une Afrique du Sud où tous seraient équitablement nourris, où les jeunes auraient du travail, où les ressources de notre pays auraient servi à nourrir les rêves que nous avions fait naître en nous. La charte de la liberté dit que la richesse du pays appartient à tous ceux qui y vivent. C’est dans cette Afrique du Sud là que j’aurais voulu vivre un jour [4] ».

Pour rendre hommage à Winnie Mandela, 7 Lames la Mer donne la parole à Mickaël Joron, militant, engagé pour La Réunion, écrivain, artiste, créateur.

7 Lames la Mer

Winnie Mandela et le "black power salute".

Winnie Mandela.

J’ai fréquenté des gens de Soweto


Mes parents m’ont amené en Afrique du Sud à l’âge de 13 ans. J’ai eu l’occasion de fréquenter les jeunes de l’ANC et de voir leurs danses guerrières avec des kalachnikovs pour certains.

A cette époque, Julius Malema était encore un jeunot. J’ai fréquenté des gens de Soweto, qui n’avaient pas d’argent pour enterrer leurs morts et faisaient donc des fosses communes.

11 février 1990 : libération de Nelson Mandela après 27 ans de détention. Nelson Mandela et Winnie Mandela lèvent le poing.

Moi je dis qu’elle était déterminée !


Mon père m’a amené pour donner de la nourriture à nos frères sud-africains, lui le faisait en tant que chrétien. C’est là que j’ai éveillé ma conscience activiste, au contact de mes frères et sœurs de Johannesburg.

Et j’ai eu l’immense honneur de voir monsieur Nelson Mandela en chair et en os. Mais tous le monde sait que sans Winnie Mandela, certaines choses n’auraient pas été possibles. C’était elle la colonne vertébrale de la lutte.

On la disait violente et radicale, moi je dis qu’elle était déterminée.

Repose en paix Winnie !

Mickaël Joron


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Congrès national africain, créé en 1912.

[2Commission vérité et réconciliation.

[3En 1919, Winnie est reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement de quatre jeunes, dont un est décédé, par sa garde rapprochée, le « Mandela United Football Club » [MUFC].

[4Déclaration de Winnie Mandela lors d’une interview réalisée pour le documentaire de Pascale Lamche intitulé Winnie et récompensé en 2017 du prix de la meilleure réalisation pour un documentaire étranger, au festival du film de Sundance.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter