Categories

7 au hasard 22 septembre 2015 : Elections régionales : Mon pompe vélo ousa i lé ? - 17 juillet 2013 : Robert Redford perdu dans l’océan Indien - 13 août 2015 : L’humanité vit à crédit dès aujourd’hui - 31 août 2015 : Qui a volé les roches massives de la Chapelle ? - 9 février : Une île « sans passé » ? - 5 octobre 2016 : Requin : la famille de Talon Bishop attaque l’Étang-Salé en justice - 18 mars 2013 : Chypre : l’austérité, arme de guerre ? - 20 février 2014 : Ce que parler veut dire (1) - 6 mars : Le premier disque de jazz a 100 ans - 28 décembre 2014 : Ci-gît « l’imposte remarquable » sur le trottoir -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Médiathèque Cimendef : quel gâchis M. le Président !

Tribune Libre de Reynolds Michel

Médiathèque Cimendef : quel gâchis M. le Président !

11 avril 2016
Reynolds Michel
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’appel d’offres pour la transformation de la Médiathèque Cimendef en Conservatoire de musique et de danse à rayonnement régional est donc lancé (Le quotidien du 30 mars 2016). Le président de la Région, Didier Robert, a donc décidé d’aller jusqu’au bout.

J’ai du mal à comprendre cette logique politicienne absurde. Transformer une médiathèque, aujourd’hui clé-en-main, destinée à tous les publics et à tous les supports d’information en un Conservatoire de musique limité à 500 élèves relève, en effet, d’un acte d’égarement difficile à comprendre.

Pour bien appréhender la situation, il s’agit de transformer un édifice conçu avec une ambition architecturale forte de visibilité, d’originalité et d’ouverture pour être une médiathèque de la nouvelle génération, haut lieu consensuel de rassemblement social et de convivialité au cœur de la ville, en un lieu insonorisé et fermé ; bref, de transformer un lieu d’intégration — qui fait le tout public son idéal — en un lieu de l’en-soi.

Ce bâtiment, redisons-le, a été conçu pour être une médiathèque, organisant l’accueil, le confort et la rencontre conviviale des usagers. Son architecture intérieure de visibilité-lisibilité de l’espace vise ses objectifs.

L’intérieur de la médiathèque Cimendef, dans le projet initial. Source : peripheriques-architectes.com

C’est tout ce geste architectural qui va être défiguré par les transformations nécessaires à un autre fonctionnement.

Quel gâchis monsieur le Président ! Et un gâchis dont le coût est cher payé par les contribuables !

Quatre millions d’euros sont prévus pour transformer le bâtiment en conservatoire. On peut parler à bon escient de gaspillage de l’argent public. Car rien au juste, comme nous allons le voir, ne justifie le détournement de cette construction prestigieuse de sa finalité première : une médiathèque de nouvelle génération, dont l’architecture conditionne le fonctionnement.

Pour justifier la privation de cet outil et plus tard sa vente, le nouveau Maire, Monsieur Joseph Sinimalé, estimait, dès son arrivée à la Mairie de Saint-Paul en 2014, que le coût de fonctionnement de 25 euros par an et par habitant était « trop cher pour les capacités budgétaires de la commune ».

Il décidait donc, le 25 février 2015, de vendre le bâtiment à la Région Réunion. L’opération financière, pour la somme de 18 millions d’euros, est conclue le 31 mars 2015.

Lors de cette transaction entre amis politiques, il avouait sa préférence pour les médiathèques de proximité dans les hauts du territoire et la rénovation des bibliothèques existantes.

Or, voilà que, à peine quelques mois après, le 2 septembre 2015, le Conseil municipal de Saint-Paul propose aux Saint-Paulois la construction d’une deuxième médiathèque en front de mer, donc à quelques centaines de mètres de celle vendue à la Région et d’un coût équivalent.

Logique bien difficile à saisir, à moins qu’il s’agisse tout simplement d’une manœuvre politicienne de l’équipe municipale actuelle avec la complicité du Président de Région : faire échec à un projet phare de l’ancienne majorité municipale menée par Mme Huguette Bello. Projet sans doute trop à la gloire de Madame Bello pour être avalisé. Tout me porte à le penser. Tout va dans ce sens.

Gaspillage de l’argent, manœuvre et copinage politiques, voilà en effet ce que nous révèle l’affaire Médiathèque/Cimendef. Que faire ? Résister, dénoncer, alerter, interpeller les autorités et les citoyens pour injecter plus d’éthique dans l’action politique de nos élus.

Je ne peux ici que saluer le travail mené par le Collectif Cimendef pour la défense de la culture et de la moralité publique.

Reynolds Michel

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter