Categories

7 au hasard 19 février 2014 : La nécessité du deuil de ce monde - 19 juin : James Baldwin : « Je ne suis pas votre nègre » - 20 août 2012 : Des requins et des hommes - 10 janvier : Benoite Boulard, première blueswoman créole - 21 juin 2015 : Lucien Putz : « Le blues soigne les blessures, le séga aussi » - 11 mai 2015 : « Nouvelles du front » des luttes chagossiennes - 25 septembre 2013 : Salvador Allende ne s’est pas suicidé, affirme un ouvrage chilien - 30 mai 2014 : En Ukraine, la finance veut un « Pinochet » - 4 juin 2016 : Azéma, la tête sur un plateau - 12 avril 2016 : Les Flamboyants : le premier feuilleton TV pays a 30 ans ! -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Massacre à la tronçonneuse... un arbre à terre

Vu sur dpr974

Massacre à la tronçonneuse... un arbre à terre

7 septembre 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Alors que la toile s’enflamme pour que le banian de la ville du Port soit désigné « arbre de l’année 2015 », montrant un engouement inattendu pour un arbre, à quelques kilomètres de là... à Saint-Denis, on s’emploie à décapiter un autre arbre. Pourtant cinquantenaire, donc plus ancien que celui du Port. Histoire d’une mise à mort.

Photo : dpr974, J.C.

Le site « Défense du patrimoine architectural de La Réunion » relate une triste affaire sur Saint-Denis. Un arbre considéré comme cinquantenaire a été récemment sacrifié, au coeur de la « vieille ville », « en plein centre de Saint-Denis, non loin de la mairie et de la colonne de la Victoire, dans la cour de la Chambre de commerce ».

Cet arbre d’une cinquantaine d’années, « magnifique, ombrageant et rafraîchissant l’espace, l’embellissant de sa frondaison et de ses fleurs mauves » n’existe plus...

La scène s’est déroulée — il y a quelques jours — rue de la Compagnie, de l’autre côté de la Librairie Gérard : le crime vient d’avoir lieu lorsque le photographe fige le décor. L’arbre gît sur le sol, découpé en tronçons. Place nette !

Ainsi, une fois de plus, une fois de trop, « le béton aura triomphé de la vie et l’on crèvera de chaleur en été et la pollution aura encore gagné du terrain, déplore le site dpr974. Qui donc a pu décider de faire procéder à ce massacre, M. le Président de la Chambre de Commerce et pour quel motif plus ou moins avouable ? On aura peut-être gagné deux ou trois places de parking »…

Photo : dpr974, J.C.

On nous rétorquera certainement que les racines de l’arbre étaient devenues envahissantes et qu’elles menaçaient un bâtiment ou encore que l’arbre était malade et représentait un danger, risquant à tout instant de tomber et de blesser quelqu’un, voire pire... Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.

On avait déjà en 1972 écrasé une grande case créole à l’architecture typique pour construire à la place le bâtiment moderne de la CCIR, alors franchement, ce n’est pas un arbre qui fera reculer l’administration !

« Ignorez-vous qu’un arbre de cette taille joue un rôle important dans la lutte contre la pollution ? », interroge le site dpr974. « Nous, Humains, avec nos 2m carrés de peau, sous-estimons la surface de l’arbre. Pour la calculer il faut mesurer chaque feuille recto verso, ajouter la surface du tronc, des branches et des rameaux, des racines… Un arbre feuillu de 15 mètres occupe au total 200 hectares, l’équivalent de Monaco… Toute cette surface respire et nous fait respirer », explique Frédéric Joignot dans un article tiré du « Monde », intitulé « L’arbre, allié de taille » et qu’on peut découvrir sur Internet.

Construite entre 1855 et 1856, photographiée vers 1905. Cette maison qui a appartenu à de riches négociants est rachetée en 1972 par la Chambre de Commerce et détruite pour permettre l’agrandissement de l’aile Nord du bâtiment actuel. Collection privée. Source : reunion.cci.fr

Pour le botaniste Francis Hallé [1] : « Grâce à la photosynthèse, l’arbre est notre meilleur allié contre le réchauffement climatique ».

« En cette année où se prépare la grande Conférence de Paris sur le climat, afin de sauver l’humanité de la catastrophe annoncée, la Chambre de Commerce de La Réunion donne l’exemple à ne pas suivre, conclut le site dpr974. Ce crime restera-t-il impuni ? Cette faute ne sera-t-elle jamais réparée ? »

Au 18ème siècle, l’ordonnateur Cyr-Honoré-François de Crémont avait imposé aux Dionysiens de planter des arbres sur les bords des propriétés et des rues : manguiers, tamariniers, bois noirs... Trois siècles plus tard, à l’heure des effets dévastateurs du dérèglement climatique, le mot d’ordre peut se résumer ainsi : massacre à la tronçonneuse !

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1À lire : « Du bon usage des arbres. Plaidoyer à l’attention des élus et des énarques » de Francis Hallé ; Actes Sud 2011/14€.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter