Categories

7 au hasard 9 juillet 2016 : Toutes les musiques du monde tout de suite ! - 20 janvier 2014 : La statue de Mère Thérésa détruite - 19 mai 2015 : Claude Goasguen : « pour les Chrétiens d’Orient, victimes de génocide religieux » - 16 août 2015 : « Tomato Space King »... pourquoi pas moi ? - 20 mars 2017 : Reniss : le piment dans la sauce du groove africain - 25 août 2014 : Enfants réfugiés, expulsés : les chiffres de la honte - 9 septembre 2014 : Étranges sculptures géantes et... vivantes - 30 juin 2014 : NRL : Quelle consultation sur la route en mer ? - 24 juin 2015 : « De Bois-Blanc au Palais Royal, il y a un gouffre » - 22 janvier 2015 : Thierry Robert hors d’affaire -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « Marco, ça déconne méchamment chez toi »

Tribune Libre de Raymond Lauret

« Marco, ça déconne méchamment chez toi »

28 octobre 2015
Raymond Lauret
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Mon cher Marco, dépêche toi... Dépêche toi de retrouver l’indispensable hauteur de vue qui doit être celle d’un Maire. Ce dont tu es capable.

Mairie de la Plaine des Palmistes. Photo B. Navez

Mon cher Marco, tu ne l’ignores pas : par un mot, un coup de téléphone, je t’ai toujours soutenu. Non pas électoralement puisque je ne suis pas électeur dans ta commune. Mais t’ayant connu au lycée, puis à travers le sport et une attirance partagée pour la poésie, j’ai aimé que tu aies ce parcours politique qui m’a même permis, six années durant, de te côtoyer sur les bancs du Conseil Régional.

Ces relations m’autorisent à te dire que, en ce moment, ça déconne méchamment chez toi. C’est à toi de mettre de l’ordre dans le bazar incroyable qui a pour théâtre une école de la Plaine des Palmistes. Lève la tête, vois plus loin que le seul ressenti que tu peux avoir devant une personne qui, ai-je lu, n’est pas de ton camp politique.

Sois plus intelligent et laisse-la faire honnêtement le boulot pour lequel l’Inspection pédagogique l’a désignée. Dépêche toi de retrouver l’indispensable hauteur de vue qui doit être celle d’un Maire. Ce dont tu es capable.

Allez, dépêche toi...

Raymond Lauret

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter