Categories

7 au hasard 24 avril 2015 : Granmerkal dann zétoil... Akoz pa ? - 23 mars : Tu chercheras ailleurs de quoi satisfaire ta curiosité - 22 janvier : Coup-de-poing américain... pour enfant - 12 juin 2016 : Sous le choc, le séga fait des petits - 27 juin 2014 : Révolte des femmes marocaines : « nous ne sommes pas des lustres » - 18 octobre 2016 : Cimendef : non à une médiathèque au rabais ! - 18 avril 2013 : Ravines réunionnaises : la fin d’un monde - 17 janvier 2016 : Vol MH370 : les recherches révèlent une mystérieuse épave - 25 décembre 2014 : « Sa pa nout monde sa, allons artourne dans nout ghetto ! » - 23 novembre 2016 : Révoltes à Bourbon : de la gueule du canon à l’île de l’horizon -

Accueil > Océan Indien > Marclaine Antoine : le séga mauricien en deuil

Hommage

Marclaine Antoine : le séga mauricien en deuil

2 novembre 2017
Sedley Assonne
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Marclaine Antoine est décédé, mardi soir (31 octobre 2017) à l’âge de 71 ans. L’île Maurice perd un immense défenseur de sa culture. Mais il rayonnait au-delà de son propre pays puisque même les Seychelles avaient reconnu son talent. Il fut nommé ambassadeur culturel de l’archipel par Alain Saint-Ange, ministre seychellois de la culture.

Marclaine Antoine.

Un immense défenseur de la culture mauricienne


La contribution de Marclaine est palpable dans pratiquement tous les domaines culturels à Maurice. Au niveau de l’audiovisuel, il a été un des premiers à accompagner les artistes qui se produisaient dans les concours de chant organisés par la Mauritius Broadcasting Corporation. Après le concours, c’est aussi son orchestre qui accompagnait les artistes lauréats et qui sortait alors leurs premières cassettes.

Pionnier de l’accompagnement musical, il avait aussi investi dans la mise sur pied d’un studio d’enregistrement à Camp Levieux, sous le toit de sa maison. Là, défila la crème de la crème de la musique à Maurice. Pour être accompagné par Marclaine Antoine et son groupe de musiciens !


Il fonde la 1ère association de défense des droits des artistes


Il aura aussi donné leur chance à de nombreux jeunes qui débutaient dans la musique, et ils seront sûrement nombreux à lui rendre hommage.

Conscient que les artistes avaient un droit, il fonda la première association de défense des droits des artistes. Le ministre de la Culture d’alors, Armoogum Parsuramen, s’inspira de son association pour jeter les bases de ce qui devint la Mauritius Society of Authors. Mais la bureaucratie fit en sorte que le pionnier des droits d’auteurs ne récolta jamais les lauriers de sa propre gloire.

Ironie, après avoir mis sur pied la Rights Managements Society, tant décriée par les artistes, l’Etat propose de revenir à la MASA. Soit le rêve tant caressé par Marclaine Antoine, pour le bien de tous les artistes indistinctement !

Marclaine et sa guitare artisanale, 1957. Source : Takamba.

A la fameuse « Cabane Bambou »


Il fut aussi un des premiers musiciens mauriciens à tenter sa chance à l’étranger. Il aura joué en Côte d‘Ivoire, à la fameuse « Cabane Bambou ». C’est durant la tournée à Maurice du « Circo Brasil » qu’il fut embauché par le directeur pour animer les prestations des artistes. Il fit ainsi le tour du monde et fit escale en Afrique où il animait les soirées ivoiriennes.

Dans sa vie d’homme, Marclaine aura aussi connu Idi Amin Dada, alors jeune soldat ougandais au sein des English Rifles Corps, basés à Maurice. Selon ce qu’en racontait Marclaine, Amin Dada était un excellent trompettiste ! Quand ce dernier quitta sa garnison pour rentrer chez lui, il allait alors présider aux destins de l’Ouganda et botterait les Anglais hors de chez lui.

Une partie de la collection de Marclaine Antoine. (Source facebook).

Chez lui, un musée dédié aux instruments du monde


Sur la fin de sa vie, Marclaine était devenu une sorte de griot, entrant de plain-pied dans le rôle du conteur et du joueur de percussions africaines. Chez lui, il possédait tout un musée dédié aux instruments du monde entier. Il désirait tant voir ces sculptures être rachetées par le ministère de la Culture mais son rêve ne se réalisa jamais.

Fin instrumentiste, il excellait à la guitare solo. Mais Marclaine pouvait jouer pratiquement de tous les instruments. Il avait même inventé un makalapo, instrument joué dans les îles par les Chagossiens, et l’avait planté dans son jardin, à Camp Levieux !

Marclaine Antoine au festival créole des Seychelles, 2008.

Reçu avec honneur aux Seychelles pour sa créolité


C’est un sage qui est parti, et comme on aime à dire en Afrique, c’est littéralement une bibliothèque qui brûle en la perte de cet immense artiste qui a rayonné sur la culture mauricienne durant plus de cinq décennies ! Il est parti au moment où son île s’apprête à célébrer le Festival Kreol. Lui qui était reçu avec honneur aux Seychelles pour sa créolité.

De son vrai nom Mark Lane Antoine, le défunt laisse derrière lui ses fils Patrick et Marclaine Antoine jr. Le premier a suivi les traces de son père et a lui aussi marqué la musique mauricienne, surtout le rap et le hip-hop.

Sedley Assonne


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter