Categories

7 au hasard 28 novembre 2015 : Campagne de la droite : le coup bas de trop... - 1er septembre 2014 : Calle 13 : Tu ne peux pas acheter ma vie ! - 14 juillet 2013 : « Je ne me comportais pas comme une prisonnière » - 12 décembre 2015 : Pierrefonds : investir dans l’art de s’envoyer en l’air ! - 29 juin 2013 : Surabaya : le zoo de la mort - 28 août 2014 : « M. Marx, vous nous avez jugés « gentils »… Vous êtes trop bon ! » - 10 mars 2017 : SDIS 974 : Un élan de générosité rempli d’humanisme - 23 novembre 2016 : De la saga du sucre à la « Saga du rhum » - 30 janvier 2017 : Olivier Bancoult : Le peuple des Chagos ne renoncera jamais - 13 juin 2015 : Qui se souvient de l’étrange « Tonton noir » de M. Chane ? -

Accueil > Hic sunt dracones > Maraîchers, nous voilà !

Hic sunt dracones

Maraîchers, nous voilà !

13 septembre 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Homme de culture, Lazare Carnot goûtait les vers de Saadi Shirazi, moraliste musulman et poète de l’extase mystique. Il l’admirait au point de nommer « Sadi » son fils aîné, brillant physicien qui devait décéder en 1832, dans la fleur de l’âge.

Il faut croire que la discrète persanophilie venue à l’Occident avec les Lumières — Diderot louait déjà Saadi — dans laquelle a passionnément versé un Jaubert et, plus près de nous, un Gore Vidal, avait fort marqué le clan Carnot, puisqu’un autre Lazare Carnot nomma à son tour son fils en l’honneur de l’illustre penseur iranien.

Le « second » Sadi Carnot, Président de la République française fut assassiné en 1894 par le détraqué Casério, à l’heure où le terrorisme omniprésent en France et en Europe signalait hideusement la disparition définitive du vieux fantasme anarchiste.

Chef de l’État, sans doute ; français, peut-être pas assez, si l’on en croit Eric Zemmour, qui propose d’évaluer la francité des individus en fonction de celle de leur prénom. Soit dit en passant, les réactionnaires du XIXème, qui voyaient dans Carnot l’incarnation de la République honnie, orientale et maçonnique, ne pensaient pas autrement ; à défaut de profondeur, la « pensée » d’Eric Zemmour témoigne — le terme devrait lui plaire — d’un certain enracinement.

Pauvre Eric ! Pauvre homme qui, sous l’effet de la haine qu’il se voue à lui-même, s’est rogné l’être jusqu’à ne plus être qu’un prénom ! Pauvre créature, qui voudrait être le Méphistophélès des bien-pensants mais n’est qu’un Polichinelle que l’on ressort des tiroirs à l’approche des élections !

Zemmour est, au fond, bien plus à plaindre qu’à craindre ; ce qui craint, comme on dit, c’est la réclame assurée par les médias au dernier torchecul publié par cette épave.

Dans un monde idéal régi par l’« opinion du peuple saine » chère à Pascal, un homme qui, sciemment et à l’encontre de toute vérité, affirme coram populo que « Pétain sauvait des Juifs » ne serait point reçu ; ou alors, ceux qui lui permettent de publiciser ses délires seraient interrompus, en vertu d’une saine tradition critique française, par des jets de légumes et de fruits pourris. Il n’est d’ailleurs peut-être pas trop tard pour commencer.

Maraîchers, nous voilà !

GGL


Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter