Categories

7 au hasard 31 janvier 2013 : Une amitié en renouveau - 15 février 2014 : Patrice Treuthardt, le coeur trempé sept fois - 9 février 2014 : Séga zélèksion : les OVNI virent en tête ! - 24 janvier 2014 : A désespérer les exclus et les salariés ! - 14 juillet : L’amour ou la folie... à quelques encablures du port - 15 novembre 2013 : Sapin ou le ministre du Capital - 12 septembre 2016 : Sarkozy en mauvaise compagnie - 15 mai 2016 : 2016 : Larousse amarre et bâche en créole - 22 novembre 2014 : « Halte au communautarisme dans la vie publique ! » - 12 février 2013 : Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche. -

Accueil > La Réunion > Economie et société > « Maloya », au fondement et jusqu’à la fin

Scène

« Maloya », au fondement et jusqu’à la fin

3 mai 2019
Esther Lobet Bedjedi
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Si vous ne l’avez pas encore vu, dès que l’occasion se présente, allez voir le spectacle « Maloya » de Sergio Grondin.


Le sentiment d’être vivante et d’exister tout simplement


L’autre soir, j’ai vu le spectacle « Maloya », dans le cadre du festival Komidi. J’y allais pour faire une sortie sympa avec mon chéri, pour découvrir notre voisin, Sergio Grondin, dans ce qu’il fait.

Nous en sommes ressortis bouleversés !

Je vais parler en mon nom. J’en suis ressortie bouleversée, touchée, nourrie, joyeuse avec le sentiment d’être vivante et d’exister tout simplement.


Une forêt d’arbres généalogiques


Si ce spectacle tourne autour de la question « le maloya c’est quoi ? » ; les réponses, la diversité des réponses offertes par les personnages que Sergio a interrogés et qu’il incarne avec une grande sensibilité (wahou, il est habité, traversé par l’essence de ces personnes bien réelles !) sont d’une grande profondeur.

Sur la scène, j’ai vu se dessiner des arbres, comme une forêt d’arbres généalogiques où chacun recherchait son histoire, tentait de préserver son authenticité, de se relier à ses racines, de trouver son identité.


On finissait par tous se retrouver au même endroit


Le vent qui soufflait dans les branches de tous ces arbres créait des sons, des musiques différentes à chaque fois, uniques... pourtant dès qu’on plongeait dans la terre, que l’on suivait les racines, on finissait par tous se retrouver au même endroit, à la même source, cette même nourriture qui nous alimentait tous c’était l’Amour.

Alors libre à chacun de nous de combattre, de défendre, de revendiquer son identité, son unicité, notre diversité, notre culture... chaque combat trouve sa raison d’être, sa justesse.


Ce qui sera là au fondement et jusqu’à la fin


Mais le plus important, ce qui ne bougera pas, ce qui sera là au fondement et jusqu’à la fin, ce qui nous reliera toujours aux autres et au monde, c’est l’Amour.

Merci Sergio pour ce spectacle émouvant et pertinent. Merci pour cet hymne à l’Amour.

Si vous ne l’avez pas encore vu, dès que l’occasion se présente, allez voir le spectacle « Maloya » !

Esther Lobet Bedjedi

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter