Categories

7 au hasard 10 mai 2015 : Sergio Grondin, le talent des écorchés vifs - 28 novembre 2013 : Leucémie : Samsung mis en cause - 12 août 2015 : Cyberattaque : la guerre en direct sur votre écran ! - 4 décembre 2014 : Web : « PlacesbyAnsamb », the first... goutanou ! - 27 novembre 2016 : La reine Ranavalona III liée par un pacte de sang (4) - 4 mai 2016 : Set à Sète pour « La Basse Tropicale », le 07/07 - 19 avril 2014 : La Réunion est à un quart de seconde du reste du monde - 24 août 2012 : 2013 : je vous salue Marie - 1er mai : Entendez la colère qui gronde ! - 12 avril 2016 : Solidarité sur les docks avec les ouvriers du BTP -

Accueil > La Réunion > Economie et société > M. Pistache a dé-sauté la vie

Panier sur la tête

M. Pistache a dé-sauté la vie

26 octobre 2017
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Mi kass serkèy, mi manz lo mor » / Je casse le cercueil et je mange le mort : la pistache. Cette sirandane (devinette créole) résonne désormais avec un goût amer : M. Pistache est mort. Vous n’entendrez plus son appel « Ala pistache bien grillé »... Hommage.

M. Pistache, photographié par Nicolas Payet, au marché de Saint-Pierre, le 29 octobre 2014.

« Ala pistache bien grillé »


Dans le sud de l’île, il trimballait sa silhouette affublée de son éternel panier rond sur la tête, rempli de cornets de pistaches grillées. « Pistaches ! Pas cacahouètes », précisait-il. « Les meilleures pistaches grillées », se souvient un habitué. Des pistaches grillées mais aussi parfois des brèdes, du piment, des sardines...

Il arpentait le macadam ou la plage pour gagner quelques sous en vendant sa marchandise. « Ala pistache bien grillé ». 1 € !

A pied, en stop ou en car, M. Pistache allait de Saint-Louis (dont il était originaire) à Saint-Pierre ou Saint-Leu. « J’ai souvent ouvert la soute du car jaune pour son panier de pistaches », se souvient un chauffeur de car.

M. Pistache sur la plage de Saint-Pierre, 2012. Photo : Mathieu Maillot.

M. Pistache : « nout manièr viv si la terre La Réunion »


Depuis l’annonce de sa mort il y a quelques jours, les témoignages affluent. Certains mots reviennent en boucle : gentillesse, humour, courage, travailleur, souriant, bonté, rire, raconteur de blagues, joueur de dominos...

Et aussi le mot « patrimoine » car tous les Réunionnais qui l’ont connu, qui lui ont acheté des pistaches ou qui l’ont juste croisé — et ils sont nombreux — pleurent un personnage intimement lié à « nout manièr viv si la terre La Réunion » [1].

« Toute l’âme de La Réunion était dans sa voix qui résonne encore : “ala pistache bien grillé” ».

M. Pistache posant pour Yves Velou.

« Soleil, pluie, vent... Du matin au soir, avec son panier »


« La gare de Saint-Pierre n’aurait jamais été la même sans lui », affirme un internaute. « Quand on était marmaille, on le ravageait un peu, se souvient un autre avec émotion. Il répondait : “Marmaille, alé apprendre l’école !” » Parfois, M. Pistache faisait des remises : un cornet acheté, un cornet gratuit ! « Ala pistache bien grillé ».

« Soleil, pluie, vent... Du matin au soir, il était là avec son panier ». Du côté de Saint-Leu, il vendait ses pistaches, parfois lors des meetings politiques : « Je me souviens quand il est passé au “kiosque 20 décembre” lors d’une réunion politique : il a vendu ses pistaches à tous les politiciens, devant les caméras et la presse ».

Marmailles, touristes, politiciens, tontons, demoiselles, dalons... Tout le monde aimait les pistaches de M. Pistache. « Ala pistache bien grillé ».

M. Pistache, 29 octobre 2014. Photo : Nicolas Payet.

« La Légende Pistache... » Une statue pour ce Monsieur !


« On ne trouve plus de marchands de pistaches maintenant, s’inquiète un autre. Qui va vendre des pistaches ? »

Si l’on élève des statues, M. Pistache en vaut bien une ! « La Légende Pistache ! Je verrais bien une petite statue de ce Monsieur, posée sur un rond-point dans le Sud. Au lieu de faire “bann tas de féraille y ressamb pas rien” ». Cette requête sera-t-elle entendue ? « Ala pistache bien grillé ».

Désormais, il manque étrangement dans le paysage. Pour certains, il était « M. Pistache » ; pour d’autres « Aimé Francinet » de son vrai nom, « Zigo », « La Greg », « Zanzoune », « Pitpite », « Bien Grillé »...

Dimitri Saa et son ami, M. Pistache.

Deux cornets de pistaches contre une photo !


Pour tous, il était une figure populaire, familière, un dalon, un tonton. Comme un frère. « Il n’y a plus de “pistache grillé, bien grillé”. Marmaille le coeur gros »... « Ala pistache bien grillé ».

En 2014, Nicolas Payet se trouve une passion pour la photographie. Le 29 octobre 2014, il décide de réaliser un reportage sur Saint-Pierre.

« Ce jour-là, je faisais des photos dans le marché couvert, dans les rues de Saint-Pierre. Et tout à coup, je vois cet homme âgé marcher avec son panier de cornets de pistaches. Je lui demande si je peux le prendre en photo. Il négocie : si je lui achète deux cornets de pistaches, il me laisse le prendre en photo ! J’accepte ». Et voilà notre M. Pistache qui pose devant l’objectif. « Ala pistache bien grillé ».

M. Pistache, photographié par Nicolas Payet, au marché de Saint-Pierre, le 29 octobre 2014.

Artisans et gardiens du fonnkèr réunionnais


M. Pistache faisait partie de ces personnages émouvants du « théâtre » des rues de notre île, artisans et gardiens du fonnkèr réunionnais qui jettent « un œil sur nous de là-haut » et dont les derniers représentants sont de moins en moins nombreux.

En leur mémoire, en la mémoire de M. Pistache — qui repose désormais au cimetière de La Rivière (Saint-Louis) — la paroles est aux poètes...


« Sar oblizé fé gri par nou mèm èstèr ! »


« Dans les cahots bourbeux où la charrette plonge / À la criée j’entends le vendeur de bazar / Manioc patate douce et conflor et cambar / Est-ce un vendeur de rêve est-ce un vendeur de songe » [2]...

« Zigo... Zigo /Out tour l’arivé po désoté / Sar oblizé fé gri par nou mèm èstèr ! / Anvoy anou ton vibe dopi lao Zigo ! / La plipar sèrkèy ma la kasé po manz le mor... Atwé mm lavé mèt dofé dosou ! / Oté mon nasion, alé pa ! / Rès la, rès la / Tienbo flanbo gramoun la dar nou / Mon nasion / Armèt pétrol dann ti lanp-la / Bobèsh fine ni ti oté : ar romèt in gran / Ar romèt in not / Le kor i sava / Partaz le kèr lèspri avan’n alé ! / Big hope bann sèt lé hors nomes /Zot lé énorme ! / Giny arpa galiz anou bana... / Loksidan i rouy bé nou na nout luil tantan ! » [3].

« Ala pistache bien grillé ».

7 Lames la Mer
Merci pour les photos à Nicolas Payet, Dimitri Saa, Yves Velou, Mathieu Maillot. Merci à Franck Schwebel pour la sélection musicale.

M. Pistache à Saint-Leu, par l’artiste Damien Clavé.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Notre manière de vivre en terre réunionnaise.

[2Extrait d’un poème de Jean-Claude Legros, « Saint-Denis », publié dans le recueil « Ou sa ou sava mon fra », 2005.

[3Zavyé Rivir, 2017.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter