Categories

7 au hasard 5 mai 2015 : Un petit bouquin hyper vitaminé - 1er février 2015 : Tsipras, Mélenchon et le choeur des grenouilles - 11 octobre : Hôtel de ville de Saint-Denis : des Étuves à la rue Royale - 13 juillet 2016 : SOS iPhone perdu sur un tapis... et tigre dans un papillon - 24 novembre 2013 : Espace Océan : que c’est laid... - 21 novembre 2016 : Paula M-Becker savait qu’elle ne vivrait pas longtemps - 27 janvier 2013 : Simicoundza Simicourba - 6 septembre 2015 : Droite réunionnaise : sueurs froides et larmes en perspective… - 10 décembre 2015 : Régionales : tous les coups de pub sont permis... - 5 octobre 2015 : Les marmailles investissent le « Déball’art » de Régis Laope -

Accueil > Le monde > Leucémie : Samsung mis en cause

Corée du Sud

Leucémie : Samsung mis en cause

28 novembre 2013
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un tribunal sud-coréen estime « fortement probable » la contamination sur le lieu de travail d’une ouvrière de Samsung morte des suites d’une leucémie en 2010. Une maladie qui aurait emporté dix ouvrières et ouvriers des sites de Gui-Heung et de On-Yang depuis 2005, affirment associatifs et ONG.

Photo Greenpeace.

Est-ce en travaillant à l’usine d’assemblage Samsung de Gui-Heung que Kim Kyun-Mi a contracté la leucémie dont elle est morte en 2009 ? C’est la thèse défendue par la famille de l’ouvrière, décédée à 29 ans après plusieurs années d’un travail impliquant le maniement de produits chimiques et l’exposition à des substances nocives. Une requête appuyée par le Supporters for the Health And Rights of People in the Semiconductor industry (SHARP), qui rassemble des militants politiques et syndicaux.

Parents et associatifs poursuivent le combat de Kim Kyun-Min, à qui le Fonds de compensation coréen avait refusé toute indemnisation, retenant les arguments de la multinationale. Selon les études présentées par Samsung, les substances cancérigènes — notamment le benzène et le formaldéhyde — n’étaient pas présentes en quantités suffisantes pour provoquer un cancer. En octobre, les tribunaux ont estimé ne pas être en mesure de déterminer la cause de la maladie contractée par l’ouvrière… du fait de la non-communication par Samsung des informations relatives aux produits employés, refus notamment justifié par la protection de secrets de fabrication, rapporte SHARP.

L’ouvrière Kim Kyung Mi, morte des suites d’une leucémie après quelques années à l’usine Samsung de Gui-Heung. (Photo : SHARP)

10 morts depuis 2005

L’entreprise « n’a pas correctement évalué les risques d’expositions aux produits chimiques (…) notamment lors des fuites de gaz et des travaux de maintenance, au cours desquels le niveau de toxicité augmente de manière conséquente », ont constaté les juges, qui ont ainsi considéré qu’il existait une « forte probabilité » de contamination sur le lieu de travail, et ont ainsi ordonné l’indemnisation de la famille de la victime.

Cet arrêt, rendu le 18 octobre dernier, est considéré comme une victoire importante par les militants, qui ont signalé dix cas d’ouvriers employés par Samsung décédés des suites de leucémies, après avoir travaillé sur les site de Gui-Heung et de On-Yang. En août dernier, le géant coréen avait dû s’acquitter d’une amende de près de 80 millions d’euros pour des violations graves du droit du travail sur son site de Manaus, en Amazonie brésilienne. Deux ans auparavant, la firme avait été condamnée par les tribunaux brésiliens pour des faits de harcèlement à l’encontre des employés.

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter