Categories

7 au hasard 10 mars 2016 : Zika : grand risque et petites manipulations politiciennes... - 5 juin 2014 : Maïs créole contre maïs OGM - 20 avril 2016 : Ada... ou l’hardeur - 27 novembre 2015 : Saint-Paul : « Les Républicains » veulent démolir un lieu de mémoire - 31 décembre 2012 : En prison pour avoir voulu fêter Noël - 9 janvier 2015 : Quand Charb croquait Arnaud Dormeuil - 12 avril 2014 : Kiev : les nazis ouvrent un « centre international »... qui brûle - 3 mai 2016 : Enquête judiciaire : brouillard sur la NRL ? - 5 février 2014 : Salauds d’ultramarins ! - 7 avril 2013 : Perle, emprisonnée depuis 27 jours -

Accueil > Le Blog de GGL > Les « z’histoires Grandiab » de Didier Robert

Sur le blog de GGL

Les « z’histoires Grandiab » de Didier Robert

25 octobre 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Peut-on à la fois hurler à la « dictature socialisss » et se prévaloir du soutien du Gouvernement ?

L’un ou l’une de ceux qui soufflent à l’oreille du Président de Région a tout de même fini par lui susurrer un conseil avisé : cesser de déclarer à chaque micro tendu qu’il était « normal » qu’enquêteurs et gendarmes fouillent de fond en comble son domicile, ceux d’autres élus, le Palais de la Région et les locaux d’une société de BTP engagée sur le chantier de la très décriée Nouvelle route du Littoral (NRL).

Depuis peu, Didier Robert entonne à son tour — chantonne, plutôt — l’antienne umpiste (on ne va tout de même pas écrire « républicaniste » ou « républicain ») de la
« dictature socialisss », insinuant lui-même qu’il y aurait une correspondance suspecte entre calendrier électoral et calendrier judiciaire, et faisant dire par ses militants, sur la toile et dans les « réunions-café » que « Taubira » (le Grand diab’ de la droite, qui n’a qu’à prononcer son nom pour faire entrer son auditoire en sarabande) manipule le Parquet , etc — on fera grâce aux lecteurs des invectives à la Minute-Rivarol qui scandent cette campagne.

«  Zistis makro » : c’est en substance ce que dit aujourd’hui le « staff » du Président de Région et il est passablement jubilatoire, pour l’observateur de gauche, d’entendre les descendants (politiques) des sbires de Debré reprendre à leur compte le vieux mot d’ordre contestataire.

Parenthèse : cela nous réjouit autant que cela doit leur faire bizarre : jusqu’à présent, les totochements politiques de la Justice à La Réunion étaient réservés à la gauche, aux élus de droite un peu trop portés à la défense des intérêts de l’île et à la créolité — nommons cela la jurisprudence Eric Boyer — et, bien entendu et pour ainsi dire de plein droit, aux (rares) élus Noirs, quel que soit leur bord politique. Les choses sont peut-être — sans doute — en train de changer, et l’on sent percer, dans les réactions de certains gentlemen ciblés par les investigations, quelque chose comme la surprise de voir (un peu) remis en cause un privilège d’impunité jusque-là considéré comme allant de soi.

Politiquement, Didier Robert aurait intérêt à enfourcher franchement le cheval de la victimisation : d’abord, parce qu’il est devenu intenable de continuer à parler de « vérification » ou de « procédure de routine » lorsque le Parquet national financier, chargé de la « grande délinquance économique » (rien que ça), vient ouvrir vos placards ; ensuite, parce que ce serait de bonne guerre, et enfin, parce que taper sur le Gouvernement dans une élection locale, c’est une stratégie qui a fait ses preuves.

Pourtant, le locataire de la Région n’ose pas franchir le Rubicon et cultive une ambivalence qui confine à la schizophrénie…

Alors que des équipes sillonnent le pays et quadrillent l’Internet pour expliquer les ennuis du président Didier Robert par le complot Valls-Taubira, le sénateur Didier Robert a communiqué à la presse une lettre (parsemée de fautes de français) adressée à ses collègues de la Chambre haute, lettre qui cite Manuel Valls et Alain Vidalies dans le texte et célèbre la parfaite identité de vue entre le Gouvernement et la Région Réunion vis-à-vis de la coûteuse Nouvelle route du Littoral…

Résumons : le Président-sénateur, encarté aux « Républicains » et sarkoziste déclaré se prévaut donc, auprès d’un Sénat où la droite est majoritaire, du soutien du Gouvernement socialiste, et appelle à la rescousse tonton Valls et tonton Vidalies.

Ce même Gouvernement et ses mêmes tontons qui comploteraient par ailleurs pour le faire « tomber » au profit d’« opposants politiques » dont le fond de commerce est, justement, « le rejet de la NRL ».

Personne, bien entendu, n’entend rien à cette bouillie ; il n’y a, d’ailleurs, rien à comprendre… si ce n’est que la droite (dite) unie semble chaque jour s’enfoncer un peu plus dans la confusion et les contradictions. Non pas — ou pas seulement — par incompétence et m’en-foutisme, mais surtout parce que sa tête de liste ne renonce pas à nous prendre pour des imbéciles...

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter