Categories

7 au hasard 21 novembre 2016 : Paula M-Becker savait qu’elle ne vivrait pas longtemps - 27 octobre 2015 : Créole : un « Coup de Congne » sans K ! - 28 juin 2013 : Sauver le RSTA : ni main tendue, ni charge sur nos entreprises - 24 août 2012 : 2013 : je vous salue Marie - 27 juillet 2016 : Maldives : un troisième homme dans le couloir de la mort - 25 septembre 2014 : Maloya la pa nou la défé ! - 26 septembre 2015 : Infiltration jusque dans les eaux seychelloises - 16 mai 2013 : « Nous voulons dire notre combat à Julian Assange » - 13 août 2015 : Un conte philosophique pour les passagers du vol MH370 - 7 novembre 2013 : Jean-Paul Virapoullé et Davila Verdun se restaurent... -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Les « travailleurs intellectuels » et le « tout-Etat »

Tribune Libre de Marcel Lenormand

Les « travailleurs intellectuels » et le « tout-Etat »

19 juillet 2014
Marcel Lenormand
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Je suis sidéré par la suffisance avec laquelle la plupart des fonctionnaires estiment parfaitement justifiée la sur-rémunération de 53% dont ils bénéficient à La Réunion. Que leurs collègues des autres régions de France ou que les salariés du secteur privé ici à La Réunion n’en bénéficient pas ne les empêche pas de dormir la nuit.

Certains, comme M. Henri Dalbos dans un « courrier des lecteurs », nous font valoir qu’il ne faut pas s’en prendre aux fonctionnaires, lesquels sont des « travailleurs intellectuels » : mazette, excusez du peu ! Eux, dans le secteur public, font fonctionner leurs méninges pour exercer leur profession, ce qui justifie leurs avantages. Alors que dans le secteur privé ce ne sont que des « travailleurs » tout court, dénués de tout diplôme, et qui, dans leur « boulot », ne font appel qu’à leurs muscles. La plupart des fonctionnaires seraient en fait incapables de mener à bien la moindre mission s’ils étaient transférés dans le secteur privé, où la compétence ne se juge pas sur ce qu’on a réussi dans le passé mais sur ce qu’on réussit dans le présent.

D’autres (et parmi eux des syndicats et des partis politiques !) étalent leur incompétence effarante en matière économique en proposant que les salaires du secteur privé soient eux aussi majorés de 53%, ce qui aurait d’ailleurs pour effet d’aggraver encore davantage le surcoût des marchandises et des services. Et qui paiera la différence ? Les employeurs ? Pensent-ils un instant aux milliers de faillites d’entreprises que cela provoquerait et aux dizaines de milliers de salariés qui se retrouveraient du jour au lendemain au chômage ? L’Etat ? Non seulement il ne le pourrait pas, mais à quel titre le ferait-il et en l’honneur de quoi ? Comment peut-on en arriver à de telles aberrations, surtout dans un département tel que le nôtre, avec l’environnement géopolitique que nous connaissons ? Comment peut-on concevoir que le moteur économique de toutes choses puisse être l’Etat ? Cela procède d’une vision stalinienne de la société où tout le monde est employé et payé par l’Etat, en un mot où tout le monde est fonctionnaire. Nous savons quels en ont été les résultats en URSS ou en Allemagne de l’Est.

Quelle est la solution ? Car cette situation, qui provoque l’effarement des élus de la nation, n’a que trop duré : le monde du travail à La Réunion est complètement perverti et déséquilibré et la cherté de la vie en est la conséquence directe. M. Pierrot Dupuy, dans son blog, proposait de « geler » pour chaque fonctionnaire la valeur actuelle en euros de sa sur-rémunération, le salaire « national » de base continuant alors de progresser en fonction des augmentations décidées chaque année par le gouvernement. C’est une bonne idée, mais on peut aller plus loin : en admettant qu’il ne soit pas possible de retirer à quelqu’un un avantage acquis, on peut très bien ne pas le donner aux nouveaux entrants. Cela changerait complètement la donne et notre région ne s’en porterait que mieux.

Et tous ceux qui à longueur d’année ne cessent de pester contre les arrivées massives de fonctionnaires « exogènes » ne pourraient que s’en réjouir : il en viendrait beaucoup moins.

Marcel Lenormand

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter