Categories

7 au hasard 21 mars 2013 : 16 membres de Fagnomba toujours en prison - 14 mai 2015 : Il se souvient de ses yeux, son sourire, sa souffrance... - 2 mars 2013 : « Six hèrs lo soir » : lo ciel lé en braise... - 17 avril 2015 : [ʀeflεksjɔ ̃] : subtils gestes et cheminements magiques - 2 septembre 2015 : Titâne le géant ec Bougrenette inn ti-fille misère (1) - 18 octobre 2015 : Lankréol : koz ali, ékri ali, danse ali, manz ali, ème ali ! - 24 octobre 2015 : NRL : rendez-vous à la prochaine coulée de boue ? - 14 juillet 2013 : La droite américaine ne veut plus de rappeurs... - 21 juillet 2015 : Boursiers : « quelqu’un a pris une décision inconséquente » - 11 mai 2013 : « La culture : une locomotive pour l’économie ! » -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Les enfants de la croix ?

Ce que parler veut dire (3)

Les enfants de la croix ?

24 février 2014
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Salut Justin. Vendredi matin, en lisant ton papier (façon de parler) dans « Témoignages », j’ai eu un doute...

Salut Justin. Vendredi matin, en lisant ton papier (façon de parler) dans « Témoignages », j’ai eu un doute : « bann zanfan La Kreuz ». Pour le germaniste que je suis, la « Kreuz » c’est la croix, le calvaire. S’agissait-il d’une nouvelle manécanterie, dirigée par un nouvel abbé Maillet ? Ou d’une nouvelle chapelle créée par un nouveau Russel ? Sans compter qu’en allemand « Kreuz » c’est aussi la couleur « trèfle » du jeu de cartes.

En fait, après avoir lu ton article jusqu’au bout, je me suis rendu compte qu’il s’agissait des « enfants de la Creuse », ce département français de la Région du Limousin, chef-lieu Guéret, dont le sous-peuplement (124.000 habitants) remonte au siècle dernier. Raison pour laquelle l’un des députés de l’époque crut bien faire en essayant de le repeupler avec les « enfants de La Réunion ».

Parmi les linguistes créolophones que je fréquente, il en est certains qui sont partisans de ne pas appliquer la phonétique créole aux noms propres de personnes ou de lieux, de quelque origine qu’ils soient, en les laissant dans leur orthographe d’origine, ceci afin de faciliter la lecture et d’éviter confusions et quiproquos. Ainsi Kopé (à ne pas confondre avec Kopa) resterait Copé, le Zira demeurerait Jura, les Bitèls seraient les éternels Beatles et le Barin (à ne pas confondre avec le Bahreïn) s’écrirait toujours Bas-Rhin. Les enfants de La Réunion, transplantés dans le Massif Central, seraient alors pour l’éternité « bann zanfan-la-Creuse ».

JCL

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter