Categories

7 au hasard 13 mars 2016 : Terre-Rouge : la balance et le chabouk - 27 décembre 2016 : Leonard Cohen, l’album mythique du 27 décembre - 10 mars 2015 : « Ne cédons pas au greenwashing » - 15 décembre 2013 : Robespierre : sa tête en vaut la peine - 27 janvier 2015 : « Les islamistes sont hyper-minoritaires au Niger » - 8 octobre 2015 : Retour au pays : la réparation d’une injustice économique - 13 juin : Océan Indien : les pirates débarquent avec Ubisoft - 20 août 2014 : Route du Littoral : l’urgence d’une solution terrestre et écologique - 9 novembre 2016 : Frisson la passe dessus moin (5) - 6 janvier 2014 : Bois-Ozoux : c’est fini les pique-niques ! -

Accueil > La Réunion > 7 en campagnes > Le vote zorey n’existe pas

Municipale saint-pauloise

Le vote zorey n’existe pas

9 avril 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Malgré les tentatives d’instrumentation, la crise requin n’a pas mobilisé un mythique électorat zorey contre Huguette Bello. L’examen détaillé des résultats du scrutin municipal le montre. À l’instar d’autres affinités électorales présumées (vote malbar, vote kaf, etc), le « vote zorey » est étranger à notre réalité politique.

Photo : Damien Boillez

L’idée appartient désormais au sens commun : Saint-Gilles, « bandé » par la crise requin, aurait fait « tomber » Huguette Bello lors du dernier scrutin municipal. Il est vrai que de nombreux usagers de la mer, et notamment de surfers, les plus emblématiques d’entre eux, s’étaient résolument engagés au côté de Joseph « Loulou » Sinimalé.

Le reproche adressé à la députée-maire portait sur son impuissance présumée à débarrasser l’océan et les plages des squales lesquels, quoiqu’en dise certain discours scientifique porté au philistinisme, ont bien fait irruption dans l’Ouest.

Effet médiatique aidant, l’idée s’est donc instaurée d’un divorce entre la localité balnéaire, réputée majoritairement « zorey » sur le plan sociologique, et l’édile fondatrice du PLR. Le basculement à droite de la vaste commune — ou plutôt, le retour à droite d’une commune qui l’avait toujours été — serait la conséquence de cette tension. Un différend à travers lequel bon nombre d’observateurs croyaient déceler un affrontement ethnique.

« Les Zorey ont eu Bello », regrettent certains, « Goûte ça, Zorey lé là (sic) », affirment, sur l’air de la revanche, des sinimalistes saint-gillois devenus militants dans le sillage de la « crise requin ».

Mais est-ce bien vrai ? L’examen des résultats de l’affrontement municipal sur la portion du canton N°5 que recouvrirait le « Zoreyland » balnéaire fait au contraire apparaître un remarquable ancrage de la députée maire.

Ainsi, sur les quelques 15 bureaux du ruban balnéaire allant de Boucan-Canot à l’Hermitage, Huguette Bello l’emporte d’une courte tête avec 50,63% des suffrages, contre 49,37%. Stigmatisé par les uns ou revendiqué par les autres, le vote « ethnique », auquel la « crise requin » aurait permis de faire point focal, n’existe donc pas. Nul doute, en revanche, que le nouveau maire, dont on connaît les préoccupations avant tout électoralistes, saura tirer les enseignements de ces résultats.

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter