Categories

7 au hasard 16 mai 2013 : « Nous voulons dire notre combat à Julian Assange » - 24 août : Marie Gamel, maire, militante, agricultrice... et oubliée - 3 octobre 2013 : « Kisa lotèr ? »... par Dédé Lansor - 16 juin : Pirot rejoint Peters au paradis - 11 juin 2013 : Visages : restez cachés... - 13 février 2013 : Que célébrons-nous ? - 7 mai 2015 : Bilan Hollande : « changeons de disque, osons l’écosocialisme » - 10 mars : SDIS 974 : Un élan de générosité rempli d’humanisme - 23 décembre 2013 : 2014... si posib sans koudkony ! - 26 février : Moi Fanny, esclave, affranchie, émancipée, mère d’un poète révolté -

Accueil > Le monde > « Le Premier ministre est-il un reptile alien ? »

Conspirationnisme

« Le Premier ministre est-il un reptile alien ? »

18 février 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Répondant à l’injonction d’un citoyen, le chef de l’Exécutif néo-zélandais a dû prouver, expertise médicale à l’appui, qu’il n’est pas une créature squameuse venue de l’espace pour dominer le monde. L’année dernière, l’administration Obama avait répondu— non sans humour— à une vidéo virale portant sur le même thème. Des anecdotes qui en disent long sur la diffusion croissante des thèses complotistes à travers l’Internet…

Affiche de propagande des "Visiteurs" issue de la série culte "V". Inspiré d’un roman antifasciste des années 30, celle-ci sert de trame narrative à l’un des complotismes les plus répandus.

Certains de nos lecteurs se souviennent sans doute de la série « V », très suivie dans notre île à la fin des années 1980. Scénario : 50 soucoupes volantes géantes débarquent sur notre planète, et s’installent au-dessus des capitales des grandes nations.

« Venus en amis » selon la formule consacrée, ils suscitent — et structurent — de vastes élans d’adhésion, créant notamment un mouvement de jeunes, dont les emblèmes et les stratégies d’embrigadement évoquent furieusement ceux des jeunesse hitlériennes. Le pouvoir extra-terrestre, qui chapeaute, au propre comme au figuré, l’espèce humaine, et arbore un insigne qui ressemble fort au swastika, cible les scientifiques.

Et pour cause : ces derniers pourraient révéler que les Visiteurs sont, en fait, des reptiles qui, une fois dans l’intimité, dévorent vivants de petits animaux.

"Démasquez le Visiteur pour révéler son visage de lézard". Jouet des années 1980, inspiré de la série "V".

C’est sur cette trame narrative que se développe l’une des théories conspirationniste les plus influentes du temps : le mythe des Draconiens, ou de l’invasion secrète de la planète par des ophidiens d’allure humaine. Les serpents aliens s’infiltreraient dans les milieux de pouvoir, afin de placer l’Humanité sous leur joug, explique une myriade de sites internet, qui relaient les écrits d’un certain David Icke — un ancien chroniqueur sportif de la BBC devenu grand dispensateur de théories conspirationnistes.

Selon ce dernier, une secte serpentine nommée « Fraternité Babylonienne » serait à l’œuvre, aidée de collaborateurs humains. Les personnages les plus éminents seraient des reptiles déguisés. Un complot de reptiles qui, comme c’est l’usage, mène l’auteur au Protocole des Sages de Sion, au complot Juif, etc.

Un comble, lorsque l’on sait que les scénaristes de « V » s’étaient inspirés d’un ouvrage antifasciste des années 1930 ; ils avaient dû, d’ailleurs, revoir leur copie à la demande de CBS, qui estimait que ce message politique était en-deçà des capacités de compréhension du spectateur moyen. Qui recherche la racine du confusionnisme est presque assuré de trouver le moins-disant culturel…

Selon un sondage, 4% d’Américains croiraient à ces foutaises. Mais la thèse du complot des Draconiens connaît, grâce aux nouveaux média, des accès de fièvre communicative qui dépassent le socle — non négligeable — des adeptes stricto sensu.

Extrait d’une vidéo virale censée démontrer la présence d’Alien dans l’entourage du Président Obama.

Il y a un an, une vidéo proposée par le site Wired avait montré les mimiques d’un garde du corps au visage peu avenant, filmées comme il se doit lors d’un déplacement en Israël du Président des Etats-Unis. Il n’en fallut pas plus pour donner à la thèse du complot saurien un auditoire inégalé… à tel point que la Maison-Blanche se sentit obligée de répondre — non sans humour — mais répondit tout de même. « Un tel programme d’enrôlement d’alien dans l‘équipe présidentielle aurait été victime des coupes budgétaires et du sequester. »

Le Premier ministre néo-zélandais John Key a dû, sur requête légale, infirmer la thèse selon laquelle il serait un saurien cherchant, sous forme humaine, à réduire l’Humanité en esclavage. Photo : National Party of New-Zealand.

Il y a quelque jours, c’est rien moins que le Premier ministre néo-zélandais qui a dû se plier à un examen médical. Celui-ci avait été exigé, comme le permet la législation du pays, un « Information Act » demandant « tout élément de nature à infirmer la thèse selon laquelle le Premier ministre John Key est un reptile alien utilisant l’apparence humaine pour réduire l’Humanité en esclavage ».

Le Chef de l’Exécutif a donc dû démontrer qu’il n’était pas un serpent buveur de sang issu d’une lointaine galaxie. Délire ? Sans aucun doute. Mais c’est ainsi, par petites touches, que progresse la confusion ambiante et que se composent les dispositions croissantes à l’irrationnel que d’autres, qui ne sont ni lézards ni alien, sauront exploiter le moment venu.

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter