Categories

7 au hasard 21 mars 2013 : Maurice : partenariat technologique avec l’Ouganda - 18 avril 2013 : Ravines réunionnaises : la fin d’un monde - 8 octobre 2015 : Retour au pays : la réparation d’une injustice économique - 21 décembre 2015 : Le Parc national fait-il de la résistance ? - 18 septembre 2013 : Le peuple, une figure manipulable en tous sens - 15 avril 2015 : « Lonbraz Kann » : une œuvre majeure - 19 décembre 2016 : Chagos : Rita Bancoult, morte avec son rêve - 23 avril 2013 : Sous les arbres... le théâtre ! - 12 mars 2014 : Grands projets : danger, élections ! - 24 novembre 2014 : « Déterminé », un joli conte créole en court-métrage -

Accueil > Le Blog de GGL > Le plan sexennal du Grand Leader

Sur le blog de GGL

Le plan sexennal du Grand Leader

14 mai 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Aucun homme politique réunionnais n’avait poussé si loin le culte de la personnalité.

"La transformation de la société réunionnaise que nous avons engagée ensemble, je veux la poursuivre avec chacune et chacun d’entre vous, pour réussir le défi de notre nouveau modèle réunionnais. Un modèle assumé dans la France et l’Europe, mais un modèle affirmé de nos différences et de notre riche diversité. Je crois en une nouvelle société réunionnaise de croissance, de réussite et d’excellence, une société d’unité, de justice et d’égalité des chances, une société réunionnaise ouverte à tous ceux qui partagent ce combat au service d’un territoire de prospérité où chacun aura fini par trouver sa place." [sic]
Signé : Didier Robert, sénateur, président de la Région.

Un panneau géant, frappé — entre guillemets s’il vous plaît — d’une citation du Président, inaugure une enfilade d’affiches de mêmes dimensions, célèbrant les 7 Piliers du Programme. Lequel plan n’est pas quinquennal mais sexennal (c’est comme cela qu’on dit) ; le texte n’est pas en alphabet Hangeul mais en (mauvais) français ; nous ne sommes pas à Pyongyang, Corée du Nord, mais au pied de l’hôtel de Région du Moufia.

Tirons notre chapeau au Grand Leader : on peinerait à trouver dans l’histoire réunionnaise un homme politique qui soit allé aussi loin dans le culte de la personnalité.

Comme un air de ressemblance ?

Pourtant, la concurrence était rude : le pays comptait déjà un bon nombre de visionnaires et, même, depuis peu, un immortel, mais nul n’avait jusqu’à présent osé placarder sa figure en grand format hors de tout contexte électoral. Et encore moins la décliner (voir ci-dessus) en version bande dessinée en direction des jeunes qui, c’est bien connu, ne comprennent que les petits Mickey...

On fera grâce au lecteur d’une description détaillée de cette propagande, à mi-chemin entre la pub pour produits d’entretien et le réalisme socialiste.

Jusqu’où va-t-on descendre ?

Notons tout de même que Didier Robert a choisi, dans son dernier Dazibao, de rendre hommage à une activité trop souvent ignorée : la pêche à l’accropode.

Faut-il voir là un hommage au vieux Lougnon, qui, narquois, conseillait déjà en son temps aux experts ès projets mégalomaniaques au large du Cap Bernard de « numéroter leurs tétrapodes » ? Ou veut-on nous dire que nous avons déjà touché le fond ?

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter