Categories

7 au hasard 15 janvier 2014 : Kim-Jong-Un assassiné… sur Twitter ! - 9 mars 2014 : Ukraine : plan d’austérité en vue, nazis au gouvernement … guerre à l’horizon ? - 5 février 2013 : Chagos : la Grande Bretagne mise en échec ! - 21 janvier 2014 : Où est l’intérêt supérieur des élèves ? - 17 août : Saint-Denis « au cœur des vieux jardins »... et l’ombre de Robert-Edward Hart - 5 juillet 2014 : Les mercantis incultes - 10 juin 2016 : Les travailleurs n’ont d’autre choix que la lutte - 30 avril 2014 : Une seule parlementaire réunionnaise vote contre l’austérité - 3 mars 2013 : Le prix magique... et les fuites assassines - 23 juin 2013 : Entre la mort et le port -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Le Parc national fait-il de la résistance ?

Terre réunionnaise

Le Parc national fait-il de la résistance ?

21 décembre 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

On a entendu Didier Robert, pendant la campagne des Régionales, s’engager pour la transformation du parc national en parc régional... Mais au lendemain du 3ème tour, le Parc National s’offre deux pages dans la presse et fait l’impasse sur la promesse du président de Région. Pourquoi ce silence ?

Sur sa page facebook, Daniel Gonthier s’exalte régulièrement pour le parc national.

« Soyons Fiers du PARC NATIONAL de La RÉUNION, s’exclame son Président, Daniel Gonthier, sur sa page facebook, le 18 décembre. NOT ILE, NOT PARC, NOT FIERTÉ »...

On notera au passage que les majuscules — en général peu prisées sur les réseaux sociaux car elles sont perçues comme la marque de quelqu’un qui crie — sont utilisées pour « mettre l’accent » sur les mots : « PARC NATIONAL ; RÉUNION ; ILE ; FIERTÉ ». Dans un discours à l’oral, ce sont les mots sur lesquels la voix de l’orateur insiste.

On notera aussi l’utilisation d’une forme de « créole soft » qui ne se traduit qu’à travers un adjectif possessif « notre », amputé de ses deux dernières lettres : « NOT » ! Ça en jette quand même !

C’est donc avec une belle régularité que Daniel Gonthier publie sur sa page facebook des informations liées au « PARC NATIONAL » qui vient de fêter ses cinq ans et qui, il y a moins d’un mois, présentait avec FIERTÉ le label « Esprit Parc national » lancé par le réseau des Parcs nationaux de France.

Ainsi M. Gonthier, en président passionné, mouille-t-il sa chemise pour le « PARC NATIONAL ». En majuscules, c’est mieux ! Qui le lui reprochera ? Même ceux qui sont contre le « PARC NATIONAL » admettront que le « boug » ne ménage pas ses efforts.

Extrait de la profession de foi de Didier Robert.

Daniel Gonthier, par ailleurs maire de Bras-Panon, n’a pas non plus ménagé ses efforts durant cette campagne des élections régionales. Là aussi, il a mouillé la chemise pour apporter tout son poids de maire à la liste « RéunionNous », menée par Didier Robert.

Dans cette circonstance, il a eu l’occasion à de multiples reprises, au cours des meetings, d’entendre parler de la transformation du « PARC NATIONAL » en parc régional, de la bouche même du président candidat. Il a pu aussi le lire dans les compte-rendus de presse ou mieux encore : dans la profession de foi de Didier Robert dont le « Pilier 4 » [sic] exhorte à « Libérer la terre réunionnaise » [sic], notamment en transformant le « Parc National des Hauts en un Parc Régional des Hauts de La Réunion ».

Au lendemain du 3ème tour, aucune référence au projet de transformation du parc national en parc régional dans la lettre d’information publiée par le parc national.

Pourtant, au lendemain de l’élection du président de Région, le « PARC NATIONAL » a publié dans la presse (Le Quotidien de La Réunion, samedi 19 décembre, pages 20 & 21) sa « lettre d’information », en forme de publi-reportage. Le titre de cette double page : « Au coeur de nos pitons, un parc et des richesses ». Et pas un mot sur la transformation du « PARC NATIONAL » en parc régional. Comme si de rien n’était... Aucune trace non plus sur le site du « PARC NATIONAL ».

Lors de son discours d’investiture, Didier Robert lui-même n’a pas eu un mot pour ce projet de transformation qui concerne pourtant près de 80% de la superficie de l’île de La Réunion et qui, de ce fait, ne peut être considéré comme secondaire. D’autant que ce « PARC NATIONAL » n’a pas toujours fait l’unanimité puisque 7 communes sur 24 ont refusé en leur temps d’adhérer à la charte, soit près d’une commune sur trois. Pour mémoire : Saint-Leu, Les Avirons, L’Entre-Deux, Le Tampon, La Petite-Île, Saint-Joseph et Saint-Philippe.

Alors « PARC NATIONAL » ou parc régional ? Effet d’annonce ou vrai projet ? En attendant, on est en droit de se poser la question : le « PARC NATIONAL », qui a la main mise sur les principaux lieux de marronnage de l’île, fait-il de la résistance ?

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter