Categories

7 au hasard 19 août 2015 : Olivier Bancoult : « les fils du sol des Chagos ne cèderont pas » - 21 janvier 2015 : Un paradis pour une minorité, un enfer pour tous les autres - 24 mars 2013 : Lisez-vous Mein Kampf ? - 15 janvier 2014 : Kim-Jong-Un assassiné… sur Twitter ! - 30 décembre 2013 : « Parc national : fort avec les faibles, faible avec les forts » - 9 juin 2015 : Saki-di-zan : si zot lé dérézonab ! - 1er juillet 2014 : Intervention américaine en Irak : à distance et privatisée... - 13 septembre 2013 : 11 septembre : le mauvais goût des muffins du Marriott - 29 novembre 2016 : FN : Leurs figures - 25 mars 2013 : Toujours en mouvement est l’avenir... -

Accueil > 7 au menu > 7 à voir > Le Goni tisse la mémoire de la mer indienne

Maurice - Réunion expo

Le Goni tisse la mémoire de la mer indienne

20 octobre 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Voilà un bel exemple de coopération entre l’île Maurice et La Réunion. L’art et la culture tracent le chemin. Et c’est autour du goni que deux artistes racontent une histoire commune constitutive d’une identité indocéanique. « Goni, les fibres de la mémoire », une expo de la Mauricienne, Sabrina Kathan, et du Réunionnais, Jean-Bernard Grondin, à découvrir au musée Stella Matituna.

Si vous avez acheté Le Quotidien de La Réunion du mardi 20 octobre 2015, vous avez eu "en prime" cette belle carte postale (SPL Réunion Muséo) annonçant l’exposition "Goni, la fibre de la mémoire", au musée Stella Matutina, du 24 octobre au 20 décembre 2015.

Si le mot coopération est souvent mis à toutes les sauces, il est un domaine dans lequel il prend un sens concret et trouve un terrain d’application fertile : l’art ! Ainsi le « Blue Penny Museum » de l’île Maurice et deux musées de La Réunion, le Madoi [1] et le musée Stella Matutina ont-ils travaillé de conserve sur une approche historique et anthropologique du « Goni », du 18ème au 20ème siècles. Le résultat de cette coopération se décline à travers une exposition (et un livret) accueillie d’abord à l’île Maurice et maintenant à La Réunion : « Goni, les fibres de la mémoire ».

Et pour lancer cette expo dans son volet réunionnais, les organisateurs ont eu l’excellente initiative d’imprimer une carte postale jointe à l’édition du Quotidien de La Réunion du 20 octobre. Une carte postale constituée d’un morceau de goni collé et d’une photo, intitulée « Docker au repos », prise par Jean Legros (au début des années 1960) montrant un docker sur le port de la Pointe des Galets, entouré de gonis avec au premier plan les fameux kroks qui servaient à déplacer les gonis pleins.

"Docker au repos", vers 1960-1965. Collection du Syndicat des fabricants de sucre de La Réunion. Photo de Jean Legros extraite de l’ouvrage : "Au coeur de La Réunion", photographies de 1940 à 1970, Jean Legros. Association Jean Legros Expo - Artisan Reporter.

« La nouvelle exposition temporaire du Musée Stella Matutina est composée de 2 parties représentant deux approches différentes sur un matériau emblématique de la culture matérielle des îles Mascareignes : le Goni, peut-on lire sur le site « museesreunion.re ». Cette toile de jute servait à la fabrication des sacs utilisés dans l’importation et l’exportation des denrées en contexte d’économie de plantation puis d’économie coloniale. Elle était aussi utilisée comme ressource pour la fabrication d’objets du quotidien dans un contexte de pénurie insulaire et d’ingéniosité créole pour le réemploi des matériaux ».

« Le « ghonee » ou « goni » est un sac de jute ou de chanvre de 1m par 60cm, qui permettait autrefois aux marchandises arrivant en vrac par bateaux, d’être conditionnées pour la vente en gros, explique le site « mauritiusmag.com ». Avant l’arrivée du plastique, ces sacs servaient d’emballage à de nombreux produits alimentaires comme le riz, le café, les céréales et toutes sortes de grains en tous genres (lentilles, pois…), mais également à l’exportation du sucre de canne. Le goni se trouve ainsi relié et inséparable de l’Histoire des îles Mascareignes ».

Sabrina Kathan

L’artiste mauricienne, Sabrina Kathan, allie la technique du moulage de plâtre et celle du bas-relief auxquelles elle donne une nouvelle dimension en introduisant le goni dans l’oeuvre. « Les formes saillantes de plusieurs visages (...) donnent du relief à l’enveloppe en goni qui les couvre ou les entoure, précise le « lemauricien.com ». En colonne ou en pyramide, les visages sont alignés tels des marchandises sous la toile, nous renvoyant symboliquement aux temps honni de l’esclavage et aussi à celui terriblement actuel, des réfugiés entassés dans quelques containers ou camions réfrigérés. Parfois, sous la pression, la toile se fend, laissant apparaître la vérité du visage en plâtre, visage que l’artiste a parfois peint en bleu ou en vert, allusions aux océans traversés qui ont englouti leur lot de passagers (...) ».

Jean-Bernard Grondin

L’artiste réunionnais, Jean-Bernard Grondin, a été marqué par ce sac de toile dans le quotidien de son métier de postier. Mais c’est à travers les méandres des souvenirs de l’enfance que le goni s’est imposé peu à peu comme une source d’inspiration. Et là, c’est l’artiste qui s’empare de la mythique toile populaire, le goni... « Il le coud et l’assemble reprenant artistiquement le geste de son père, pêcheur de métier, qu’il a vu remonter ses filets jusqu’à sa disparition, explique le journal « lemauricien.com ». Il préserve souvent le format et les imprimés d’origine du sac sur lequel il fait apparaître une forme simplifiée de poisson ou d’œil, cercle ou cœur, entourée d’un bourrelet ou d’une tresse de fibre à l’intérieur de laquelle une couleur dense macule la toile, le noir intense du basalte ou l’incandescence de la lave en fusion du volcan dont cet habitant de La Plaine-des-Cafres est familier ».

7 Lames la Mer

« Goni, les fibres de la mémoire »

Sabrina Kathan et Jean-Bernard Grondin.

Exposition coproduite par le MADOI, le Musée Stella Matutina et le Blue Penny Museum (Ile Maurice).

Exposition gratuite et tout public, ouverte tous les jours de 9h30 à 17h30 (sauf le lundi de 13h à 17h30), du 24 octobre au 20 décembre 2015.

Jean-Bernard Grondin

En lien avec l’exposition, des démonstrations de peinture sur goni seront assurées par Jean-Bernard Grondin, et des ateliers seront proposés par le service des publics de Stella Matutina.

« Galé Goni, mémoir nout péi »

Image extraite de "Galé goni, mémoir nout péi". Oeuvre exposée au CDI du collège de l’Oasis.

Le goni inspire depuis longtemps les artistes. À l’occasion de cette exposition Maurice-Réunion, « Goni, les fibres de la mémoire », petit flash-back sur le travail réalisé il y a quatre ans, par un collectif d’artistes réunis au Port autour de deux symboles emblématiques : le galet et le goni.

« Mon péi lé konm in goni la fine désiré », écrivait le poète Carpanin Marimoutou...

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Musée des arts décoratifs de l’océan Indien

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter