Categories

7 au hasard 4 avril 2014 : « Donne créole travail » - 21 janvier 2015 : NRL : rien n’est irréversible - 9 mars 2013 : Une île portée disparue au Sud de La Réunion - 17 avril 2013 : « Aou, amoin, anou, Ansanm »* - 27 août 2013 : Verbaliser les victimes ? - 9 mars 2015 : Elections : « Une citoyenneté sans visage ? » - 24 janvier 2013 : Parc National : park pa nou ! - 24 octobre 2013 : Jusqu’ici, tout va bien... - 14 mars 2013 : Je suis entrée dans la vie active les pieds nus - 30 juin 2014 : Jera, chef Guarani : « nous écrivons l’histoire » -

Accueil > Le Blog de GGL > Le FN tient au secret des affaires

Sur le blog de GGL

Le FN tient au secret des affaires

16 avril 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Business is business…

PNG - 1.1 Mo
Source :Twitter.

Avec une belle discipline, les députés européens « Bleu Marine » ont voté jeudi en faveur de la directive dite « secret des affaires ».

Le texte permet une interprétation extensive et très favorable aux entreprises de la notion de « secret », ouvre la voie à une sanction des atteintes même potentielles qui pourraient lui être portées et crée les conditions d’une répression accrue des « lanceurs d’alerte ».

Ce vote s’analye comme un nouveau gage donné par le FN au big business, dans le droit fil de l’approbation par Mme Le Pen des dispositions du Traité transatlantique de libre-échange entre l’UE et les États-Unis en 2008 et 2013 — une orientation confirmée par l’absence très stratégique de la présidente du parti d’extrême-droite et de son suppléant lors du passage du traité devant la commission « commerce international » du Parlement européen, au mois de mai 2015.

L’adoption de la directive « secret » va aussi dans le sens des intérêts directs de la « bourgeoisie bleu marine » qui constitue l’entourage de Marine Le Pen. L’existence de ce groupe, issu de la reconversion dans les affaires de militants étudiants d’extrême-droite avait été partiellement révélée en 2013, lors de l’affaire « Cahuzac ». L’opinion avait alors appris que le compte en Suisse du ministre délégué au Budget avait été ouvert par le fiscaliste Philippe Péninque, proche de Jean-Marie Le Pen et de sa fille.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter