Categories

7 au hasard 8 février 2013 : Aide alimentaire : solidarité ou charité bricolée ? - 29 mars 2014 : « Not zembrocal et notre carry... hors de l’UNESCO » ? - 2 octobre 2015 : Nuit du maloya : krazé, pilé, roulé, viré, tourné lo rin ! - 25 mai : Hand spinner : cruelle règle du jeu pour la créatrice - 17 juin 2014 : « Le vaste monde »... ou la plongée dans un conte fantastique - 27 juin 2014 : « Inosan », le film de Jameel Peeraly comme un poing levé - 19 décembre 2013 : « Isi, La Rénion, tout lé zoli, tout lé métiss... » - 22 novembre 2014 : Quand le secrétaire départemental du FN était condamné « pour des agissements contraires aux mœurs »… - 3 décembre 2014 : La collection de Christian va-t-elle finir dans les poubelles de l’histoire ? - 20 juillet 2016 : « Vous n’aurez pas ma haine, il faut s’aimer à tort et à travers » -

Accueil > La Réunion > Politique réunionnaise > Le Conseil constitutionnel lave Thierry Robert

Politique

Le Conseil constitutionnel lave Thierry Robert

18 décembre 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les fonctions exercées par le député-maire de Saint-Leu dans le secteur économique ne sont pas incompatibles avec son mandat parlementaire. « 7 Lames la Mer » reproduit la décision des sages.

Passé du bureau de l’Assemblée au Conseil constitutionnel, le dossier de Thierry Robert portait sur une simple question de compatibilité entre les activités professionnelles de l’intéressé, fondateur de plusieurs sociétés immobilières et élu en 2012 député de la septième circonscription.

En amont de l’élection régionale, l’affaire a néanmoins fait grand bruit et a été largement exploitée par la plate-forme UMP-UDI menée par Didier Robert. Le Conseil constitutionnel a tranché hier soir (voir ci-dessous) : aucune des fonctions exercées par M. Robert n’entre dans le champ des incompatibilités envisagées par le Code électoral.

La lecture de la décision des « Sages » révèle d’ailleurs la faiblesse des arguments invoqués à l’encontre du député-maire ; une inconsistance qui contraste avec le retentissement donné à sa mise en cause, largement couverte par les médias réunionnais.

Attendu depuis plusieurs semaines, l’arrêt intervient le jour de l’investiture de Didier Robert. Les juges constitutionnels ont sans doute souhaité éviter le procès en ingérence qui aurait immanquablement visé un arrêt favorable à son concurrent centriste rendu dans le feu d’une campagne. Il n’en reste pas moins que Thierry Robert a, en plein processus électoral, comparu au tribunal de l’opinion ; celui-ci, on le sait, méconnaît les nuances, les qualifications et révoque la présomption d’innocence.

Dès lors, il serait souhaitable pour la démocratie que l’arrêt qui « lave » l’élu saint-leusien fasse l’objet d’autant de « Une » et de commentaires que la procédure qui l’a précédé.

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter