Categories

7 au hasard 14 août 2015 : Une île de plastique entre Madagascar et l’Australie - 21 avril : Joseph Tafiki, l’oeuvre de sa vie pour Saint-Expédit (4) - 27 août 2013 : Verbaliser les victimes ? - 25 septembre 2016 : Dormir sous les ponts : la misère ou le luxe... - 7 décembre 2015 : Coucou, Albius : des noms de rues à côté de la plaque - 7 novembre 2015 : La guerre la pété ! La révolte dann café ! - 22 juillet : Les sources réunionnaises du « Bateau ivre » (2) - 30 novembre 2015 : Marie Dessembre ou l’énigme de la Joconde réunionnaise - 1er février 2015 : Pierre Vergès : une pause mais pas la retraite ! - 27 octobre 2014 : Kréolokoz : zot zétwal la pa pèr briyé -

Accueil > Le Blog de GGL > Le CAFAR et la manière

Sur le blog de GGL

Le CAFAR et la manière

3 octobre 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

On connaissait depuis longtemps le « cafard ». Récemment, nous avons eu à découvrir un sinistre « KAFAR » qui a défrayé la chronique... Mais connaissez-vous le « CAFAR » ?

On connaissait le « cancrelat », les « idées noires » et le « dénonciateur hypocrite »... Autant de définitions pour le mot « CAFARD »... On a récemment découvert le sinistre « KAFAR », triste addition aux accents racistes drapés dans un pseudo humour style potache, addition popularisée par un grotesque T-shirt qui a provoqué la colère et déchaîné les passions, réactions qui ont mené le patron de « Pardon ! » à se fendre d’excuses publiques.

C’est alors qu’est remontée à la surface de notre mémoire un autre « CAFAR »...

C’était en juillet 2012. Un dimanche. Séance de photos dans les rues du Port. Notre objectif : le patrimoine, les petites cases typiques, les bribes de mémoire dans le paysage urbain, les bâtiments qui n’ont pas encore été happés par l’urbanisation !

Dans une ruelle non loin du Kabardock, nous tombons sur une maison inoccupée. Une vieille case chinoise dont le fronton est orné d’idéogrammes. Mais voilà, des z’amateurs (d’art ?) ont badigeonné la façade : un « CAFAR » fluorescent barre le vénérable édifice et recouvre les idéogrammes.

On retrouve même « CAFAR » sur les rampes à l’entrée de la route des Tamarins, surplombant la circulation côté Saint-Paul : tout un symbole.

Existe-t-il un lien entre ces deux « oeuvres d’art », autre que la quasi homonymie ? Rien ne l’indique, mais il n’apparaît que trop, en revanche, que c’est le même « esprit » qui soufflait dans les têtes vides des créateurs de ces deux chef-d’œuvre. Un esprit que l’on ne connaît que trop, qui anime une clique assez réduite de makote dont tout le sens artistique consiste à baptiser du terme d’art « urbain » des actes de vandalisme qui, comme par hasard, s’expriment systématiquement contre la culture et l’architecture des autochtones.

Et pourquoi s’en priveraient-ils ? Ces salopeurs, qui se prennent pour Basquiat dès lors qu’ils ont maculé les vestiges d’une case créole ou les vieilles pierres d’une usine, le coco fardé de quelques « bédos » (comme on dit là-bas) d’herbe à connards, sont la coqueluche de certains milieux « arty ». C’est d’ailleurs sur la base de ces exploits que l’on retrouve ces gribouilleurs, une fois jetée leur gourme de bolosses, dans les agences de com’ hors de prix qui dominent l’empire du papier glacé réunionnais.

Alors « KAFAR » ou « CAFAR », pour nous ce n’est pas de l’art, c’est du cochon.

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter