Categories

7 au hasard 5 février 2013 : Chagos : la Grande Bretagne mise en échec ! - 10 novembre 2013 : Prostitution : pour l’Abolition, résolument - 29 mars 2014 : La litote et le poisson crevé - 21 septembre 2015 : « St-Denis ne se résume pas au Barachois et son marché de nuit » - 25 mai 2013 : Krab la pou bèk mon pié - 18 mai : Butor 1930 : chez Mam’zelle Zizi, pension tout confort - 17 décembre 2016 : Andy Razaf, jazzman au destin cabossé (8) - 2 avril 2014 : Gauche réunionnaise : le baiser ou la mort - 20 octobre : Venezuela : « une conscience politique profondément ancrée » - 30 juin 2015 : Quelle culture ? Quelles subventions ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Domin lé dan nout dé min > Le big « Kaang » de Labelle et Hlasko : musique !

Ici est là-bas

Le big « Kaang » de Labelle et Hlasko : musique !

26 avril 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Une musique et des voix épurées. La pulsion du maloya — omniprésent — tel un battement de coeur aux sonorités électro. Limpide comme l’eau qui s’écoule, aérien comme un frémissement, « Kaang » nous ramène au souffle primitif, le souffle de la terre. Le souffle des ancêtres. Le Réunionnais Labelle et le Sud-africain Hlasko ont maillé leurs multiples talents, leurs vécus et ainsi l’imaginaire créole rejoint-il la mythologie africaine pour une subtile et sublime création. Un big « Kaang » que « 7 Lames la Mer » vous invite à soutenir.

On ne le cache pas : suite au choc émotionnel et artistique de « Lait Sacré », nous sommes restés subjugués. Cela n’arrive pas tous les jours. Depuis, de loin en loin, nous gardons un œil sur les multiples activités de Labelle et de ses dalons.

Et voilà « Kaang ».

Une nouvelle oeuvre magistrale qui prouve que le talent de cette équipe était loin d’être le fait du hasard ou un coup de génie sans lendemain. Petite interview virtuelle aux questions minimalistes...

7 Lames la Mer

La pochette de "Kang"

7 Lames la Mer : Kaang ?

Labelle : « Kaang » est le nouveau groupe que j’ai créé avec Hlasko, chanteur et compositeur de Johannesburg [1], déjà présent sur mon album « Ensemble » dans le titre « Neo » en voix principale, et le titre « Lait Sacré » en voix d’accompagnement.

7 Lames la Mer : Hlasko ?

Labelle : J’ai découvert la musique de Hlasko sur le web en janvier 2013. Ce n’est que lors de ma tournée en Afrique du Sud, quelques mois après, que nous avons pu nous rencontrer. Cette journée a été l’occasion d’une courte et unique session d’enregistrement dont nous étions loin d’imaginer qu’elle aurait permis de créer 3 titres dont « Neo ». Après cette expérience fulgurante, nous avons décidé d’aller plus loin et de créer ensemble une nouvelle entité musicale.

Eumolpe, le logo de la maison de disque.

7 Lames la Mer : Quelques mots sur la genèse de cette « nouvelle entité musicale »...

Labelle : L’idée est de puiser dans les mythes, les légendes et les musiques de nos pays (la musique, la langue et la poésie du Lesotho, les musiques et la diversité culturelle de La Réunion) tout en ayant cette base commune d’une musique électronique futuriste. C’est dans cette recherche au fond de nos origines et de nos cultures que le concept de « Kaang » s’est manifesté. Nous avons une passion commune pour la musique et la culture Bushmen, l’ethnie ancestrale de l’Afrique australe. Kaang est le créateur du monde dans la mythologie Bushmen. Animal, minéral ou végétal, il n’y a pas de hiérarchie pour « Kaang », il peut prendre la forme de toute chose.

Photo : pixeldealer.com

7 Lames la Mer : Quelles formes prend-il dans votre création ?

Labelle : Le voyage, la sagesse, la transe, la projection, le mystique sont les thèmes abordés dans ce disque. Hlasko utilise dans les textes un style d’écriture particulier. Il se met à la place des objets et des êtres qu’il décrit, comme un narrateur interne. De mon côté, pour les parties instrumentales, j’ai puisé un maximum de sonorités, rythmes et mélodies des musiques bushmens, mais aussi du Lesotho tout en les associant à ma palette sonore habituelle. Enfin nous avons décidé, pour un titre, d’inviter Hasawa présent sur mon album Ensemble (le morceau « Magnoumako ») pour écrire et interpréter un fon’ker profond et délicat.

Soutenez le 1er EP [2] de « Kaang », le nouveau groupe de Hlasko et Labelle ! Cliquez ici.

Né à Johannesburg d’une mère originaire du Lesotho, Hlasko a commencé à composer de la musique électronique en 2010 lorsqu’il a eu son premier ordinateur. Petit fils d’un pianiste de jazz sud-africain, il a grandi avec les disques de Pink Floyd de sa mère puis s’est passionné pour les musiques de film et le rock progressif anglais.

S’il s’est mis à composer récemment, Hlasko écrivait des textes depuis longtemps. Son journal, d’abord, qu’il rédigeait en Sesotho, langue du Lesotho, puis de la poésie en Anglais. Ça n’est qu’en se mettant à écrire des chansons qu’il s’est autorisé la poésie en Sesotho.

Ayant lu beaucoup de poèmes anciens, il manie cette langue très imagée pour traduire l’animisme de sa culture et évoque dans ses textes les rapports entre la nature et la technologie, la sexualité, la pluie, le voyage, accordant une large place au mysticisme.

La musique de Hlasko

Photo : pixeldealer.com

L’aventure musicale commence pour lui par le « DJing ». Il a 14 ans et joue des morceaux de techno de Détroit. Rapidement, il se tourne vers la techno tribale, séduit par la complexité rythmique et cet appel à la transe, proche de la musique réunionnaise paternelle. Dès le départ, il conceptualise ses DJ sets et celui qu’il a joué lors du « Tremplin Jeunes Talents Electro » à Astropolis, à 18 ans, recèle sans doute déjà les prémisses de ses futures compositions en mêlant électro, bruit de vagues et un morceau de Danyèl Waro. Voyageant régulièrement à La Réunion, Labelle a toujours souhaité mêler ses deux cultures. Tout comme il a toujours souhaité enrichir son univers créatif de rencontres.

Titulaire d’un master en musique obtenu à Paris 8, il partage volontiers ses connaissances au sein de conférences et masterclass et a fondé un collectif d’artistes, « Eumolpe », répondant à sa soif d’échange et d’expérimentation.

C’est une soirée basée sous ce double signe qui lui a valu une programmation aux Transmusicales, en 2010. Alors qu’il assure un set à l’Ubu entre DJ Bone de Détroit et l’ethnomusicologue et DJ, Brian Shimkovitz, il est repéré par Jean-Louis Brossard, qui en fera son coup de cœur.

Deux ans plus tard, il se produit à La Réunion et s’y installe. D’autres rencontres viennent alors nourrir sa création, notamment celles de « Kid Kréol et Boogie », artistes plasticiens travaillant sur l’imaginaire créole, et du poète Hasawa.

Son premier album, « Ensemble », opus ethno-futuriste mêlant maloya (musique traditionnelle de La Réunion) et électro, a été salué par la critique (Les Inrocks, Libération…) et les professionnels et lui a valu 2 trophées aux « Voix de l’océan Indien » (Meilleur artiste électro et meilleur clip) en 2014.

La musique de Labelle

Le disque : 6 titres

Ce premier disque de « Kaang » est un EP (disque de moins de 23 minutes). Il est composé de 6 titres qui sont d’ores et déjà écrits, enregistrés et masterisés. L’EP sera pressé en vinyle. Chaque vinyle contiendra une version CD. La sortie est prévue pour le 25 mai 2015.

Les professionnelles autour du projet
La superbe équipe de partenaires de l’album « Ensemble » est à nouveau réunie pour « Kaang ».

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Afrique du Sud

[2Extended play : format intermédiaire entre le single et l’album

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter