Categories

7 au hasard 26 août 2013 : Un vortex dans le golfe d’Aden ? - 21 septembre 2013 : La Friche de la Belle de Mai entre en transe - 22 juillet 2014 : Les sorciers de la route du Littoral... - 16 décembre 2015 : Mi domann mon somin galizé partou - 28 février 2016 : Autant se connecter à l’Inde et à sa silicon valley - 19 avril : Saint-Expédit... une statue « comme un être vivant » (2) - 16 juillet 2015 : Europe-Grèce : refuser de participer à la farce - 10 mai 2013 : Greenpeace : « Priorité aux nations côtières » ! - 13 septembre 2013 : Les singes, Monsieur, vous emmerdent - 15 septembre 2016 : Saint-Denis 1937 : la petite marchande de poissons -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Le 19 mars 1946 sonne la fin des « quatre vieilles »

A l’unanimité

Le 19 mars 1946 sonne la fin des « quatre vieilles »

19 mars 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a 70 ans, les « quatre vieilles colonies » — comme on les appelle alors — deviennent départements français : la Martinique, La Réunion, la Guadeloupe et la Guyane. « L’adoption de cette loi mettra la rage au cœur de quelques réactionnaires qui pleureront l’abolition de leurs privilèges esclavagistes du vingtième siècle », déclare alors Léon de Lépervanche.


« Nos camarades Vergès et de Lépervanche, députés de La Réunion, et Bissol, député de la Martinique, viennent de définir les raisons qui militent en faveur du classement des territoires qu’ils représentent en départements français », écrit le journal L’Humanité, quelques jours avant l’adoption de la loi du 19 mars 1946.

Aimé Césaire, Léopold Bissol, Léon de Lépervanche, Raymond Vergès et Gaston Monnerville sont les principaux artisans de cette loi.

La loi du 19 mars 1946-loi N°46-451

[Loi du 19 mars 1946] Tendant au classement comme départements Français de la Guadeloupe, de la Martinique, de La Réunion et de la Guyane Française.

Art. premier - Les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de La Réunion et de la Guyane Française sont érigées en départements français.

Art. 2 - Les lois et décrets actuellement en vigueur dans la France métropolitaine et qui ne sont pas encore appliqués à ces colonies feront, avant le 1er janvier 1947, l’objet de décrets d’application à ces nouveaux départements.

Art. 3 - Dès la promulgation de la présente loi, les lois nouvelles applicables à la métropole le seront dans ces départements, sur mention expresse insérée aux textes.

À La Réunion, le journal « Le progrès » publie le 18 mars le fameux télégramme envoyé par Raymond Vergès et de Léon de Lépervanche : « Honneur annoncer Réunion département ». Des défilés sont organisés un peu partout pour fêter le nouveau statut. Quant aux conservateurs, craignant de perdre leurs privilèges, ils créent l’ADIR (Association des Droits et des Intérêts de La Réunion), qui déclare : « L’assimilation totale est une hérésie criminelle qui conduit à une faillite spirituelle et à la ruine ». 

« Cette incorporation pour nous est fondamentale, affirme quant à lui Raymond Vergès. Nous devrons la prochaine extension à notre île de toutes les conquêtes sociales qui devront êtres réalisées en premier lieu car jusqu’à présent, les lois n’ont été étendues à la colonie que dans la mesure où elles favorisaient la classe privilégiée ».

Léon de Lépervanche et Raymond Vergès

Léon de Lépervanche enfonce le clou : « Citoyens français, les Réunionnais doivent être assujettis aux mêmes obligations et bénéficier des mêmes droits que leurs frères de France. (...) L’adoption de cette loi mettra la rage au cœur de quelques réactionnaires qui pleureront l’abolition de leurs privilèges esclavagistes du vingtième siècle (...) ».

La page de la période coloniale semble donc tournée... Mais dans les faits, le processus de l’égalité sociale sera long et complexe, nécessitant de nombreuses luttes politiques et syndicales. Par exemple, l’alignement du SMIC réunionnais sur celui de l’Hexagone n’interviendra que 50 après la loi du 19 mars 1946 : le 1er janvier 1996.

À l’heure où les 70 ans de la fin des « quatre vieilles » est l’objet de commémorations, le concept d’« égalité réelle » s’impose dans le débat public, démontrant que le processus engagé le 19 mars 1946 n’a pas encore atteint ses objectifs.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter