Categories

7 au hasard 26 janvier 2013 : « Nous, Africains, avons une part de responsabilité » - 16 avril 2016 : Ces quatre-là se sont levés et le son... la krazé - 21 janvier 2014 : Où est l’intérêt supérieur des élèves ? - 14 novembre 2014 : Sakay : sur les traces d’une ville fantôme - 5 septembre 2013 : « Je n’ai pas rejoint la Marine pour combattre aux côtés d’Al Qaeda » - 19 novembre 2013 : Dormir sous l’eau à Zanzibar - 17 juin 2016 : Après Orlando, Assad est-il toujours l’ennemi principal ? - 5 novembre 2013 : Les 7 ruines de la honte - 22 mars 2016 : #UnfairAndLovely : Non au diktat des peaux blanches - 8 janvier 2013 : La gifle... pour une queue de poisson -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Le 14 juillet, La Réunion a rendez-vous avec Pluton !

La NASA à Sainte-Rose

Le 14 juillet, La Réunion a rendez-vous avec Pluton !

16 avril 2015
Anthony Pacca, Baptiste Lebreton, Guy Pignolet, Wilson Hoarau
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Qui aurait prédit que la NASA choisirait notre belle île pour suivre le départ en 2006 de la sonde « New Horizons » en route vers Pluton et l’espace infini ? Quelle histoire ! Le 14 juillet 2015 sera le « Jour de Pluton » avec le survol de la première planète naine par la sonde « New Horizons ». Un jour historique pour le « Jet Propulsion Laboratory » et notre ami Robert Staehle, initiateur de la mission, mais aussi pour La Réunion et pour Sainte-Rose ! Car les hasards de la géographie ont voulu que ce soit sur notre « Piton Cascades » que la NASA ait installé en janvier 2006 sa dernière station de contrôle pour les opérations de lancement de « New Horizons ».

PNG - 843.3 ko
Sainte-Rose (Ile de La Réunion) : dernière station avant le voyage de la sonde "New Horizons" vers Pluton. Source : reunion-space-initiative.webnode.fr

En janvier 2006, la NASA a installé une station et des antennes à « Piton Sainte-Rose », au sommet du « Piton Cascades », pour y suivre le passage de la sonde « New Horizons » au-dessus de La Réunion, car c’était un endroit calme, tranquille et secret.

Ces antennes ont servi à observer la phase finale du lancement de la sonde « New Horizons » par les étages de la fusée, et son « injection » sur sa trajectoire, le 19 janvier 2006 très précisément.

En 2009, le maire de Sainte-Rose, Bruno Mamindy-Pajany, et Robert Staehle, l’ingénieur américain qui a imaginé la mission d’exploration de Pluton, ont déposé une plaque commémorative au sommet du Piton Cascades. Elle montre la trajectoire de « New Horizons », depuis son lancement à Cap Canaveral, jusqu’au moment où elle a quitté la Terre, au-dessus de La Réunion, à la vitesse de 16 km/s. C’est l’engin le plus rapide qui ait été lancé par des fusées depuis les débuts de la conquête de l’Espace. Et c’est au-dessus de « Piton Sainte-Rose » qu’a vraiment commencé le voyage vers Pluton.

New Horizons

Les objectifs de « New Horizons » sont de voir Pluton de près, et deux ou trois des planètes naines qui sont au-delà de Pluton. Pour prendre encore plus de vitesse, les ingénieurs de la NASA ont « joué » pour avoir un « effet de raquette » en passant près de Jupiter qu’elle a photographiée au passage.

La sonde est constituée d’une grande antenne pour communiquer avec la Terre et d’un petit réacteur nucléaire pour fournir l’électricité. Elle comprend des « appareils photo » et d’autres instruments. Elle emporte aussi les cendres de Clyde Tombaugh, l’homme qui a découvert Pluton en 1930.

PNG - 1.2 Mo
Vue de "New Horizons" à proximité de Jupiter, en 2007, tandis que sa lune volcanique "Io", passage entre la planète et la sonde. Credit : Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute (JHUAPL/SwRI)

En route vers Pluton

La sonde a été lancée le 19 janvier 2006. Un an plus tard, en 2007, elle est passée près de Jupiter où elle a pris de l’élan. Elle arrivera normalement à sa première destination après neuf années de voyage pour survoler Pluton exactement le jour du 14 juillet 2015.

Pourquoi la NASA s’est-elle installée à Piton Cascades au moment du lancement ? C’est parce que « New Horizons » allait beaucoup plus vite que les satellites ordinaires, et que, à cause de la courbure du globe terrestre, les stations de poursuite utilisées habituellement, situées dans l’Océan Atlantique, ne voyaient plus la sonde à la fin des opérations de lancement quand la sonde s’est séparée du dernier étage de la fusée.

PNG - 461.3 ko
Vue de la sonde "New Horizons" lorsqu’elle rencontrera Pluton et sa plus grande lune, "Charon", en July 2015. Credit : Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute (JHUAPL/SwRI)

La Planète Pluton

La planète Pluton a été découverte grâce au génie de Clyde Tombaugh, un jeune homme qui vivait dans une ferme avec ses parents. A partir de pièces des tracteurs de son père, il avait fabriqué un télescope et il dessinait tout ce qu’il voyait. Il avait envoyé ses dessins à des astronomes qui l’ont fait venir avec eux, et grâce à des photos qu’il comparait, c’est lui qui a découvert Pluton : un petit point lumineux qui bougeait en passant d’une photo à l’autre.

Pluton est une planète naine. Son diamètre est de 2.390 km. Sa surface est du méthane gelé. Elle a un gros satellite nommé Charon et quatre autres petits satellites naturels, récemment découverts. Sa vitesse sur son orbite est de 5 km/s et elle fait le tour complet du Soleil en 248 années terrestres. (...)

PNG - 373.9 ko
Clyde W. Tombaugh a découvert Pluton le 18 février 1930. Ses cendres sont à bord de la sonde "New Horizons".

La mémoire des Saint-Rosiens

Une habitante de Piton Sainte-Rose se souvient des antennes, des grandes paraboles en haut du « Piton Cascades », qu’elle était allée voir avec une amie. Elle avait parlé avec un Américain et elle le voit encore avec son gilet kaki. (...)

Le maire de Sainte-Rose dit qu’on avait été très fiers d’accueillir les ingénieurs de la NASA et les installations de suivi de la sonde « New Horizons » en route vers Pluton. Cela nous a fait honneur, et on souhaite vraiment que cela soit intégré dans nos projets de découverte de Mars et de la Lune. C’est une histoire à poursuivre, et en 2015, on va en voir l’aboutissement.

C’est quelque chose d’exceptionnel qui s’est passé, qui nous a fait lever la tête et regarder plus haut, même si au début on nous a pris pour des farfelus. Maintenant, c’est aussi donner à nos enfants, dans les collèges, l’envie de découvrir l’espace, et aussi la science. Là on a un terrain de pratique, des informations qui peuvent vraiment nous ouvrir l’esprit. C’est une histoire éducative et pédagogique, quelque chose dont on peut parler dans les familles.

PNG - 1 Mo
La "Porte des mondes", à Saint-Denis. Photo : dpr974.

Sainte-Rose dans l’Espace

Les activités spatiales ne sont pas une nouveauté à Sainte-Rose. En 1997, une quinzaine d’éducateurs spatiaux venus du monde entier, Chine, Russie, Europe, Amérique, Japon, Brésil, se sont réunis à Sainte-Rose pour une semaine de séminaire. Un an plus tard, nous recevions la visite de l’ingénieur russe Vladimir Syromiatnikov et du cosmonaute Pavel Vinogradov pour célébrer la construction et le lancement par des élèves réunionnais du premier satellite « collégien » du monde.

En 2002, le cosmonaute Jean-Loup Chrétien est venu donner la « première impulsion » pour le développement d’un futur centre culturel spatial régional. En 2007, un letchi orbital parti de Bois Blanc s’est envolé depuis la Sibérie, et il tourne toujours autour de la planète. En 2010 s’est ouvert le SALM, le Site Analogue Lune Mars, et en 2011, le monument symbolique de la « Porte des Mondes » a été construit à Piton Sainte-Rose avant son installation à Saint-Denis.

PNG - 1.1 Mo
Vue de "New Horizons" survolant Pluton. Credit : Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute (JHUAPL/SwRI)

A l’heure où s’ouvrent des perspectives pour développer un cosmodrome régional sur la plateforme de Pierrefonds, il y a un avenir spatial pour La Réunion, il y a un avenir dans les activités spatiales pour les jeunes de Sainte-Rose qui voudront s’ouvrir dans ce domaine et s’y investir. (...)

Le 19 janvier 2006, Sainte-Rose est entré dans la grande histoire de la NASA et du JPL [1]. C’est un événement important dans l’histoire de l’astronautique, dans l’histoire de la commune. Saurons-nous le rappeler et le célébrer le 14 juillet 2015, quand la sonde qui s’est envolée au dessus de « Piton Sainte-Rose » atteindra la petite planète Pluton, sa destination première ?

Wilson Hoarau, Baptiste Lebreton et Anthony Pacca

Ce document — dont "7 Lames la Mer" vous a présenté ci-dessus un extrait — a été réalisé dans un « atelier d’écriture » qui s’est déroulé au « Site Analogue Lune Mars » (SALM), à Sainte-Rose du 5 novembre au 14 décembre 2013. Il constitue un chapitre des Compte-Rendus des « Cafés Martiens » publiés aux éditions lulu.com.

PNG - 1.1 Mo
Planche à découper pour fabriquer un globe terrestre.

Des tirés à part et des planches à découper pour fabriquer un globe terrestre et une maquette de « New Horizons » sont disponibles au SALM sur la Place des Fêtes à « Piton » Sainte-Rose.

L’intégralité de ce document édité et mis en page par Guy Pignolet, ancien rédacteur scientifique au CNES, est disponible ici.

PNG - 1.2 Mo
La grande antenne de la sonde "New Horizons" a un diamètre de 2 mètres.

Pour graver dans la durée l’événement historique du 14 juillet 2015, plusieurs actions vont être entreprises. La plus importante est une initiative privée de construction d’une maquette échelle 1 de la sonde New Horizons, en s’inspirant de la maquette en papier au 1/18e — voir document.

Il est prévu que la fabrication de la maquette, entièrement bénévole, sera pilotée par les Petits Débrouillards de La Réunion. Les matériaux, pour une valeur équivalente globale estimée à un peu moins de trois mille euros, seront pourvus grâce à des dons en nature et à des dons financiers. Les noms de tous les contributeurs seront cités sur les panneaux d’explication qui accompagneront la maquette et dans le livret qui sera mis à la disposition des visiteurs.

Si vous souhaitez contribuer en nature (essentiellement contre-plaqué marine, buses de chantier, peintures extérieures, imprimerie...) ou par une participation financière, envoyez un message d’intention à l’adresse pluton chez science-sainte-rose.net. Nous prendrons contact avec vous pour la finalisation du projet de maquette. Merci à tous les contributeurs qui seront aussi les premiers invités pour la conférence de presse et la soirée spéciale d’inauguration de la maquette le mardi 14 juillet prochain.
Guy Pignolet

Notes

[1Jet Propulsion Laboratory

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter