Categories

7 au hasard 13 janvier : « Boutique chinois », comme un rêve au bord du chemin - 4 juin 2014 : Prison J. Dodu : « nous dénonçons un crime culturel » - 1er mai 2014 : Députés non réélus : des indemnités justifiées ! - 13 août 2013 : Ile est née... irréelle - 5 mars 2013 : Créolie, culture et identité - 10 juin 2014 : Comment Joseph Sinimalé entortille les gens… - 26 mars 2013 : L’incroyable destin de la princesse devenue esclave - 25 mars 2013 : Chine en Afrique : vent d’Est et vent d’Ouest - 24 septembre 2015 : Un « déball’art » de gonis - 15 mars : Les derniers maloyas de Baptiste Zamgaïa -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > Tromelin : la sabe té zot destin

31 juillet 1761

Tromelin : la sabe té zot destin

31 juillet 2017
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

31 juillet 1761, in bateau la Compagnie-des-Indes la parti batte conte in récif corallien, dans l’océan Indien. Malgré le bateau té pas équipé pou la traite, le capitaine l’avait embarque en missouque 160 malgache, pou vann comme zesclave l’île Maurice ec la Réunion. 212 survivant la ni à-bout nagé jusqu’à l’Ile-la-Sabe... Zistoire mi sar raconte azot st’in zistoire vrai, in zistoire la se-passé côté de nous là-même dans l’océan Indien, en 1761, dann temps l’esclavage ec la traite.

Tromelin. Source photo : cervieres.com.

« L’Utile », la quitte le port de Bayonne en novanm 1760


Le zistoire i commence en novanm 1760 : in bateau la Compagnie-des-Indes, té i appelle « L’Utile », la quitte le port de Bayonne, en France, pou l’Ile-de-France, dans l’océan Indien. L’Ile-de-France té l’ancien nom de Maurice, dann temps té encore français.

Capitaine Jean de Lafargue té i commann in l’équipage 140 marin, pilote, charpentier-de-marine, boulanger, le prête, docteur, toute-sa-là. Navé même in l’écrivain pou raconte le voyage.

Dans la cale bateau, navé de provision pou 18 mois, lavé prend 6 mois pou chargé. « L’Utile » té in bateau de 45 mète de long, té i appelle sa inn flûte.

Zot lavé embarque la farine, biscuit, barrique de l’eau, barrique de vin, barrique l’eau-de-vie, la viann, morue salé.

Pendant la guerre de sept-an rente la France ec l’Angleterre


Zot lavé embarque la farine, biscuit, barrique de l’eau, barrique de vin, barrique l’eau-de-vie (autrement dit la raque), la viann, morue salé. Navé aussi de volaille, gros pois, fève, zaricot ec de bois pou fait cuit manger.

Sa té pendant la guerre de sept-an rente la France ec l’Angleterre. Bann bateau anglais té i fait le blocus pou empêche bateau français de passé.


À lire aussi : « Historique : l’épave d’un bateau négrier livre ses secrets »


Quand-même-sa, « L’Utile » la ni à-bout faufilé. La prend azot 147 jour (plus de quate mois) pou arrive Port-Louis, en faisant le tour de l’Afrique.

Arrive Port-Louis, « L’Utile » la parti Madagascar pou allé charge in voyage de riz ec zébu.

Extrait du journal de bord tenu par l’écrivain embarqué sur "L’Utile".

Capitaine Lafargue la embarque en missouque 160 malgache


Seulement quand zot l’arrive Foulpointe (Mahavelona en malgache, rente Tamatave et l’Ile Sainte-Marie), malgré le bateau té pas du tout équipé pou la traite, capitaine Lafargue la embarque en missouque 160 malgache, pou vann comme zesclave l’île Maurice ec la Réunion.


À lire aussi : « Que la force des marronnes soit avec vous »


Té pas in secret pou personne : l’Etat-Major té i ferme le zyeux, bann zofficier à-bord té complice, même Gouverneur de Maurice té i connaît. Té prévu débarque le 160 malgache dann l’île Rodrigues.

L’écrivain à-bord l’Utile la raconté in zofficier lavé dit comme-sa zot té risquabe perde chemin, à-cause navé deux carte marine té pas pareil. Capitaine Lafargue té i connaît pas rien, li té fonce tête baissé dann fénoir.

Tromelin.

Bann vague té i déboule inn derrière l’ote


Comme sa-même 31 juillet 1761 « L’Utile » la parti batte conte in récif corallien. La mer té fort, bann vague té i déboule inn derrière l’ote. Pou soulage le bateau, premier lieutenant Castellan la crié :

— Coupe le mât ! Jette canon à-la-mer !


À lire aussi : « La guerre la pété ! La révolte dann café ! »


Gouvernail la cassé, le pont la pliye en deux. La nuite, pangar zot i sauve, le 160 malgache té entassé dans la cale. Reusement pou zot, la coque la rouve en grand, plus de la moitié la gaingne chappé.

Dans le naufrage, 18 marin ec 70 malgache lé mort noyé. 212 survivant la ni à-bout nagé jusqu’à l’Ile-la-Sabe : 122 marin ec 90 malgache.

"L’Utile" dessiné par Sylvain Savoia.

7 mète au-dessus de la mer


L’Ile-la-Sabe té inn ti l’ilôt té i mesure 1km750 en longueur pou 700 mète en largeur, sa té fait environ 1km² en surface, disons à peu près comme cente-ville Sainnis, depis Jardin-de-l’Etat jusqu’à Barachois en longueur et depis la rue Lucien-Gasparin jusqu’à la rue-des-Limites en largeur. En hauteur, l’Ile-la-Sabe té i dépasse pas 7 mète au-dessus de la mer.


À lire aussi : « Ou sa ou sava mon fra »


Le bateau « L’Utile » la ni échoué su la plage l’Ile-la-Sabe. Comme sa-même bann rescapé la ni à-bout récupère in-paquet de provision, zoutil, de bois, planche, corde, voile, toute-sa-là.

Capitaine Jean de Lafargue té fine arrive fou, alors premier lieutenant Barthélémy Castellan du Vernet la prend le commandement. Li la organise toute : l’écrivain-de bord la dresse inn liste toute sak zot lavé récupéré.

Ancre de "L’Utile" © GRAN/INRAP.

Premier jour, 8 malgache lé mort


Si in monn té i vole inn affaire, té la peine-de-mort ! Navé point de l’eau pou boire : premier jour 8 malgache lé mort. Maîte-canonnier la commence fouille le trou pou essaye trouve de l’eau.

Enfin li la ni à-bout tsann jusqu’à 5 mète en profondeur pou trouve de l’eau soumak.


À lire aussi : « La guerre Cilaos, pareil inn guerre de cent-an »


La guerre Cilaos, pareil inn guerre de cent-an
Pou donne manger 200 personne, zot té i pêche poisson, zot té i souque tortue de mer ec zirondelle-de-mer. Ec la voile bateau, zot la fabrique la tente pou empare soleil ec la pluie.

Après-là, zot la fabrique inn forge ec in four. Lieutenant Castellan la fait construire deux campements, inn pou le 122 marin l’équipage, l’ote pou le 82 malgache.

Les habitations construites par les naufragés. Illustration Sylvain Savoia. © Dupuis, Aire Libre.

Navé pu de place pou le 82 malgache té i resse


En même temps, lieutenant Castellan té i construit in l’embarcation ec toute sak zot lavé récupéré su le bateau.

Au bout de deux mois, le l’embarcation té paré, la baptise ali « La Providence ». Le 122 marin la monte à bord, navé pu de place pou le 82 malgache té i resse.

— Dès que ni arrive Port-Louis, na envoye in bateau pou zot, promis-juré ! la dit lieutenant Castellan.


À lire aussi : « Anges et démons... l’esclavage vu par une petite fille »


« La Providence » la prend quate jour pou arrive Madagascar. Zot la embarqué pou l’Ile Bourbon (l’Ile la Réunion) et après-là l’Ile-de-France (l’Ile Maurice).

Rente Madagascar ec l’île Bourbon, capitaine Lafargue lé mort. Arrive Maurice, lieutenant Castellan la demann le gouverneur un bateau pou allé rode le 82 malgache.

Illustration de Sylvain Savoia.

Capitaine Lafargue la désobéi


Le gouverneur Antoine-Marie Desforges-Boucher la dit non. Li té furieux conte capitaine Lafargue :

— Moin lavé interdit la traite zesclave rente Madagascar ec l’Ile de France ! Capitaine Lafargue la désobéi. Débrouille azot asteure, vient pas demann amoin rien !


À lire aussi : « L’incroyable destin de la princesse devenue esclave »


Castellan té obligé rente en France. Le zistoire bann malgache abandonné la commence fait désorde. L’abbé Rochon, in l’astronome la Marine Royale, la écrit : « N’importe quel bonhomme na in sentiment humain, i gaingne saisissement quand li oit nous la laisse toute ce bann noir mort en place : nous la pas fait rien pou sauve azot ! »

Tromelin. Illustration de Sylvain Savoia.

Zot lé mort noyé ? Personne i connaît pas


En 1763, bann malgache la fabrique in radeau. Zot té 18 pou monte dessus. La jamais connu kosa zot lé devenu. Zot la gaingne arrive Madagascar ? Zot lé mort noyé ? Personne i connaît pas.

En 1773, in bateau la passe côté l’Ile-la-Sabe, li la vu bann naufragé, mais li la pas gaingne accosté.


À lire aussi : « Clotilde, la femme qui a vu Sarda »


In-an après-là, in ote bateau, « La Sauterelle », la essaye accosté, mais la mer té trop fort.

Quand-même-sa, zot la mette in canote à-la-mer, in marin la ni à-bout nagé jusqu’à la plage. Résultat la mer té tellement mauvais, le bateau té obligé de repartir, zot la laisse le marin su l’Ile-la-Sabe.

Illustration de Sylvain Savoia.

La jamais retrouve la trace


Le marin la pas perde courage. Ec bann malgache li la construit in deuxième radeau : en juillet 1776 zot la embarqué. Zot té sept : le marin ec six malgache, le trois dernier zomme té i resse ec trois femme. Comme pou le premier radeau, la jamais retrouve la trace.


À lire aussi : « L’heure pou compte le mort... dann l’ilette perdu »


Quinze-an ! Quinze-an bann naufragé la attann i vient rode azot ! Quinze-an, zot la resse tout seul su l’Ile-la-Sabe. En 1761 zot té 82.

En 1776 té i resse huit : sept femme ec inn ti baba huit mois. Enfin, 29 novanm 1776, Chevalier Jacques-Marie de Tromelin la embarque le 8 survivant à bord de bateau « La Dauphine ». Zot l’arrive Maurice 15 dessanm 1776.

Le sauvetage des derniers survivants :Le 29 novembre 1776, l’enseigne de vaisseau de Tromelin, à bord de "La Dauphine", supervise l’embarquement des sept rescapées et du bébé. ,Illustration : Sylvain Savoia. © S. Savoia-Dupuis-matin&soir film.

« Zot sé de moune libe ! »


L’Intendant Jacques Maillart la déclare toute la bann té de personne libe :

— Zot sé pas de zesclave, la dit Maillart, zot sé pas de zaffranchi non plus, zot sé de moune libe !

Maillart la propose ramène azot Madagascar, mais le sept femme la refusé, zot lavé trop peur i artrape azot comme zesclave.


À lire aussi : « Moi Fanny, esclave, affranchie, émancipée, mère d’un poète révolté »


Maillart la baptise le ti baba Jacques Moyse (Moïse). Le manman té i appelle Tsimiavo (en malgache, sak lé pas fièr), li la donne le nom Ève, premier femme su la terre.

Et le grand-mère, li la donne le nom le bateau té ni sauve azot : « Dauphine ». Après-là, i connaît pas kosa bonna lé devenu.

Comme-sa-même l’Ile-la-Sabe la gaingne le nom l’Ile Tromelin.

Jean-Claude Legros


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter