Categories

7 au hasard 10 mars 2014 : Le fantôme d’Hugo Chavez rode toujours parmi nous - 5 octobre 2013 : Le drapeau ou la gratelle - 20 août 2015 : Quand Doudou N’Diaye Rose faisait vibrer La Réunion - 8 septembre 2015 : Roches importées : Quels risques pour la santé des Réunionnais ? - 14 juillet 2017 : La Réunion/Québec : « Ce n’est pas tous les jours que j’entends de telles paroles » - 2 octobre 2016 : Le dernier foutan de Sitarane - 27 novembre 2016 : Hé, ho, la droite ! - 1er décembre 2014 : Les Masaï dans le piège post-moderne - 27 novembre 2017 : Léon de Lépervanche, héros populaire hissé sur un Léopard - 5 février 2015 : Lechat grafine le clan Lagourgue -

Accueil > La Réunion > Economie et société > La route du Littoral comme vous ne l’avez jamais vue

Illusion d’optique...

La route du Littoral comme vous ne l’avez jamais vue

7 avril 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il fallait oser ! Le corps d’une femme nue à la place de la Montagne et du cap Bernard qui surplombe la route du Littoral... Il y a 30 ans, on espérait ainsi attirer le touriste.

La route en Corniche (route du Littoral) vue du Barachois, par Jean-Louis Chatonnet. Etrange soleil. Etrange montagne.

C’est sûr, vous n’avez jamais vu la Montagne de Saint-Denis et la route du Littoral sous l’angle de l’île-femme. Ce n’est au fond qu’une question d’imagination ou d’humour... Ou un peu des deux à la fois car il fallait bien au moins avoir de l’imagination et de l’humour pour réaliser cette oeuvre insolite.

Cette représentation psychédélique n’est peut-être après tout qu’un hommage à celui qui voyait des formes sculptées dans la roche : Jules Hermann.

On la trouve dans « La Réunion, le guide pratique » de Serge Hoarau, ouvrage destiné aux touristes et commercialisé il y a 30 ans, en 1986. C’est une linogravure signée de Jean-Louis Chatonnet.

1969 : la route en Corniche à l’approche de Saint-Denis. Vertige. Image extraite du film "La sirène du Mississipi".

Pour accompagner cette images aux allures mythologiques et fantaisistes, un texte rappelle que la route en Corniche est périodiquement le sujet d’âpres débats.

« Ce tronçon à 4 voies [1] reliant Saint-Denis à La Possession, représente le fleuron le plus spectaculaire et le plus couteux du réseau routier de l’île : 220 millions de francs pour 11 km ».

1969. Image extraite du film "La sirène du Mississipi".

En 1969, lorsque le réalisateur français François Truffaut débarque dans notre île, pour y tourner « La sirène du Mississipi » [2], avec son équipe et les acteurs, Catherine Deneuve et Jean-Paul Belmondo, la route du Littoral ne rêve pas de quatre voies — et encore moins d’un viaduc et d’une route-digue en mer.

La route en Corniche, inaugurée en 1963, n’est alors qu’un mince ruban asphalté (chemin blacké...) entre rempart géant et houle océanique. Là, quand on emprunte cet axe dans sa petite Fiat 600, c’est comme dans les trains : « É pericoloso sporgersi » (ne pas se pencher au dehors) au risque de se prendre un galet (ou un cap) dans la tête...

1969. Image extraite de "La sirène du Mississipi".

Dès le début du film, un plan vertigineux nous montre, en plongée, la route en Corniche à l’approche de Saint-Denis. La falaise sombre, dont on ne voit pas le sommet, surplombe la petite route sur laquelle les voitures ont la taille de fourmis.

Y’a une route. Tu la prends. Qu’est-ce que ça te coûte ?

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1La formule de la route en Corniche à 4 voies est livrée en 1976 après des travaux qui ont duré presque 3 ans.

[2Dans le titre du film, « Mississipi » est écrit avec un seul « p » car il est fait référence au nom du navire des Messageries maritimes.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter