Categories

7 au hasard 2 février 2013 : 2 février 1809 : de l’« England Forest » à l’île Bonaparte - 16 avril : Ambre Lune, venue d’une autre étoile - 23 décembre 2014 : Issa-grand-patte dann Pays-le-Mort - 13 juin 2017 : Océan Indien : les pirates débarquent avec Ubisoft - 23 mai 2014 : L’Américain Anadarko pollue un site UNESCO - 24 août 2017 : Marie Gamel, maire, militante, agricultrice... et oubliée - 4 mars 2014 : 2013 : la haine moins organisée mais plus diffuse - 12 octobre 2017 : Ségamaloya à la Sacem : fait ! - 11 octobre 2015 : Droite réunionnaise : la disgrâce, la division… la déroute ? - 27 janvier 2015 : « Les islamistes sont hyper-minoritaires au Niger » -

Accueil > La Réunion > Economie et société > La Réunion ? C’est une jolie petite « Antille »

Out of breath

La Réunion ? C’est une jolie petite « Antille »

18 avril 2019
Alain Gili
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand Alain Badiou fait naître Evariste de Parny aux Antilles...

Alain Badiou était l’invité de "La grande table des idées".

Confusion (d’hémisphères...)


Ce jour [18 avril 2019], dans une émission de la remarquable chaine de service public « France Culture », à 15h [heure de La Réunion], Alain Badiou attribue aux Antilles... le lieu de naissance d’Evariste de Parny.

Ce n’est pas parce que je connais bien, de près, la rue Evariste de Parny au Port, Ile de La Réunion, que je m’irrite... mais sans colère, c’est parce que cette confusion (d’hémisphères...) est très fréquente et que sa récurrence finit par être grave.

Elle dénote aussi le parisianisme dont cet érudit toulousain cultivé (mais si) Badiou est un adepte et pratiquant, qu’il le veuille ou non, de même que toute Radio France à mes yeux l’incarne et le pratique malgré quelques efforts passagers ! Jacobinisme !

Le poète réunionnais, Evariste de Parny, voit le jour à L’Hermitage le 6 février 1753.

Lire aussi : Évariste, l’anti-esclavagiste et ses chansons madécasses...


L’erreur est ici plus grave, parce que les « Chansons madécasses » ce n’est pas Ravel, le parisien basque, c’est d’abord Evariste de Parny, grand nom de La Réunion, auquel les Editions de Jean François Reverzy rendirent plusieurs hommages et rééditions [1]. Parny, créole de l’île Bourbon qui écrivit là parmi les premiers poèmes en prose de l’histoire littéraire, avant Aloysius Bertrand !

La Réunion est fatiguée de cette ignorance non seulement de son île, de l’archipel des Mascareignes, mais encore de son univers car « Chansons madécasses », c’est un titre très précis, c’est de Madagascar qu’il s’agit ! Et des blancs esclavagistes !

Gravure de Luc-Albert Moreau, extraite des "Chansons madécasses".

« Out of breath »


Comprenez-vous l’ampleur de l’erreur d’Alain Badiou, madame la médiatrice de Radio France ? Et de votre animatrice qui d’abord ne relève pas cette erreur grossière (ou est-ce par courtoisie ?), et qui fort intelligemment cite Patrick Chamoiseau (très bien !) et son beau livre « Frères migrants »", mais certes pas Boris Gamaleya…

Ceci dit, je ne doute pas de la bonne foi de ces speakers qui, comme les journalistes, « n’ont pas le temps » (de vérifier). Edgar Allan Poe ironise sur le fait qu’ils sont toujours « out of breath » !

Donc pardonnons la journaliste, mais certainement pas le sympathique Alain Badiou, homme très raffiné, et mélomane. Alors je propose que La Réunion l’invite chez elle pour vérifier qu’elle existe et qu’elle a... qu’elle eut une littérature !

Alain Gili

Notes

[1Editions Grand Océan

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter