Categories

7 au hasard 25 janvier 2016 : Pitons réunionnais : « comme les ruines d’un ancien temple » ? - 12 mars 2013 : Maloya : kilé nout danse nou ? - 11 août 2013 : Cette maison n’existe plus ! - 17 mars 2016 : Vive la sur-rémunération ! - 26 avril 2015 : Tourisme : temps de Serveaux disponible... - 15 juillet 2014 : Fragments de l’intimité d’une case créole disparue... - 26 octobre 2015 : Régionales : un « contrat » Patel/Robert sur Saint-Paul ? - 5 octobre 2013 : Le sacrilège, un nouveau business ? - 31 octobre 2016 : Un fait qui n’a rien de divers... - 21 janvier 2014 : Où est l’intérêt supérieur des élèves ? -

Accueil > La Réunion > Economie et société > La première Miss noire de La Réunion

Couronne

La première Miss noire de La Réunion

5 février 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La mémoire collective a effacé Marie-Paule Drula, élue en 1983.

1983 : la Saint-Louisienne, Marie-Paule Drula, devient Miss Réunion. Photo AR83.

La popularité des concours de Miss est sans doute l’un des traits les plus révélateurs et les plus détestables de l’évolution contemporaine de notre île. Il y a trente ans, les organisateurs de ces compétitions peinaient à trouver des candidates. La pudeur, alors, n’était pas passée de mode ; la croissance et l’émancipation féminine permettaient aux filles de rêver d’autre chose que de défilés en maillot de bain.

C’est fort logiquement que l’explosion des concours de beauté, comme celle du sport, accompagne le déclin économique : un nombre croissant de jeunes Réunionnaises ont leur corps pour seul capital ; à celles-là, la société bloquée offre l’illusion d’une ascension par l’apparence.

Au peuple des téléspectateurs, on offre un exercice de sadisme démocratique : dans une parodie de scrutin, les moches ont la joie sauvage de classer les belles et de déterminer celles qui vont « rester à terre ». Après la soirée magique, la jeune élue prend souvent le principe de réalité en pleine poire ; les (mauvaises) relations entre les lauréates du concours de Miss Réunion et les instances censées encadrer leur « mandat » ont souvent occupé le devant de la scène médiatique. C’est d’ailleurs de cette manière que quelques Miss ont échappé à l’oubli.

17 décembre 1983 : une miss noire est élue à La Réunion : Marie-Paule Drula. Photo AR83.

Ainsi, on se rappelle encore Marie Chocolat, lauréate de 1985, qui rendit sa couronne après avoir, selon ses dires, été confrontée au racisme lors de l’élection de Miss France. Si l’affaire continue de faire écho, c’est que la jeune femme passe pour avoir été la première Miss Réunion noire. À tort : deux ans plus tôt, c’est une cafrine, Marie-Paule Drula, qui recevait la couronne. « Je l’ai félicitée, c’était une Saint-Louisienne ! Mais discrètement, parce que l’UFR était vent debout contre les concours de Miss », se souvient Claude Hoarau, élu maire la même année.

Selon l’organisation féministe, les concours de Miss dégradent la femme réunionnaise ; on peut ajouter qu’ils dégradent de ce fait la société réunionnaise toute entière. Les élues paient cher leur beauté : peu de « Miss » sont sorties indemnes de leur année de « règne ». De Marie-Paule Drula, on n’a pas même gardé la mémoire...

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter