Categories

7 au hasard 10 janvier 2014 : « Sauve not pique-nique Bois-Ozoux-chemin-Volcan » - 21 février 2014 : Ce que parler veut dire (2) - 5 avril 2016 : Environnement : agir depuis la case jusqu’au parlement européen - 3 janvier 2014 : Plan vigie-galets et torticolis - 17 octobre 2017 : « Gourmande » : balance ton corps - 18 septembre 2013 : Le peuple, une figure manipulable en tous sens - 26 octobre 2014 : De Margerie au-delà de Filoche - 28 février 2014 : Les enfants du BUMIDOM : victimes de la 5ème République ? - 15 décembre 2018 : Les 46 prisonniers de la Pointe-des-Galets - 4 juillet 2016 : In Réyoné lé for : la pi lèr po douté ! -

Accueil > Le monde > La peinture après la torture

Auto-portraits

La peinture après la torture

9 septembre 2017
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Elles ont vécu l’enfer. Elles ont assisté à l’assassinat de leurs maris, ont été séparées de leurs enfants, kidnappées, réduites en esclavage par ISIS... Certaines ont réussi à s’échapper. Elles témoignent de leur calvaire mais aussi de leur résilience à travers des auto-portraits bouleversants.

Hanan (pseudonyme), 25 ans, a peint la scène où son enfant lui a été enlevé. Hanan est à droite. Sa petite fille est sur la gauche. Au milieu, la figure d’ISIS les sépare. Source : hannahrosethomas.com.

Les visages derrière la terreur


« Il y a trois ans, ISIS a pris le contrôle de Sinjar dans le nord de l’Irak et a enlevé et asservi plus de 6.000 femmes et enfants Yézidi, explique l’artiste britannique Hannah Rose Thomas. Les responsables irakiens estiment que 3.410 Yézidis restent en captivité ou sont disparus ».

Pendant deux semaines (juillet-août 2017), Hannah Rose Thomas — accompagnée de la psychologue clinicienne Sarah Whittaker-Howe — a travaillé avec huit femmes Yézidi réfugiées, rescapées de l’enfer. Elles n’avaient jamais peint. Elles ont réalisé des auto-portraits poignants, qui disent leur douleur mais aussi leur force. Elles nous montrent les visages derrière la terreur.

7 Lames la Mer
Pour en savoir plus sur Hannah Rose Thomas, cliquez ici.

Jamila (pseudonyme), 27 ans, voulait peindre une image de son chagrin. Source : hannahrosethomas.com.

Nisren (pseudonyme), 13 ans, n’avait que 9 ans lorsqu’elle a été enlevée. Elle a réussi à s’enfuir au bout de 7 mois de captivité mais n’a jamais revu sa mère. Source : hannahrosethomas.com.

Liza (pseudonyme), 31 ans, a été détenue dans une prison souterraine pendant deux ans avant de s’échapper. Source : hannahrosethomas.com.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter