Categories

7 au hasard 8 septembre 2013 : Autopsie d’un couple - 8 février 2013 : Aide alimentaire : solidarité ou charité bricolée ? - 20 août 2014 : Le CAC 40 s’est emparé du projet de NRL - 20 avril 2014 : Pour en finir une fois pour toutes avec l’illusion du tram-train - 24 juillet 2016 : « Clinton a fait un énorme doigt d’honneur à l’aile progressiste du parti » - 4 novembre 2015 : Le maloya-sorcier de Salem - 25 mars 2013 : Toujours en mouvement est l’avenir... - 19 mai : Oté maloya ! 1975/1986 : la fusion prodigieuse (1) - 24 février 2016 : « La Réunion positive » a une mascotte qui lui ressemble - 21 mars 2016 : Pour un autre modèle de développement -

Accueil > Lames de fond > Les mystères du grand océan > La légende des pionniers du désert

Dock 8

La légende des pionniers du désert

4 juin 2013
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est l’histoire des porteurs de gamelles et des ramasseurs de tinettes. Des raconteurs de game et des vavangueurs vengeurs débarqués à vie. Ici, on ne calcule pas avec la mort.


Ecoutez la légende des pionniers du désert. C’est une histoire de sueur sur les docks, la peau poiquée par le soleil, les gueules noircies par le charbon et l’odeur du sucre au fond du gosier.

« Six fois huit quarante-huit, deux coupés devant : cinquante ». Les dockers ne comptent pas les gonis sur les doigts.

Ici, c’est une histoire de pêcheurs lagolète et de marmay casseurs de bains dans les bassins portuaires. Ici, on ne calcule pas avec les marées.

C’est l’histoire des porteurs de gamelles et des ramasseurs de tinettes. Des raconteurs de game et des vavangueurs vengeurs débarqués à vie. Ici, on ne calcule pas avec la mort.

Des joueurs de pétanque voleurs de boules wagons et des vendeurs de « Témoignages » du samedi de marché. Une histoire de militants tapant le macadam et de cheminots convoyeurs de syndicalistes. Ici, on ne calcule pas avec le pouvoir kolonialiss.

Une histoire de bazardiers grandes gueules et de fières tenancières bien sapées. Des colporteurs de manioc et des marins au long cours. Une histoire de marchands de cendre qui vous envoient peindre la mer. Des sirènes au petit matin et des muezzins à midi.

Du Cœur Saignant à la Route Déserte, le battement des langues ne s’est pas éteint.

Pas tenté par la veillée portuaire ?

Nathalie Valentine Legros

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter