Categories

7 au hasard 19 novembre 2013 : Les très riches, une minorité opprimée - 26 avril 2012 : « J’ai décidé de lutter sans concession contre les « monopoles » - 29 mars 2014 : La grande Moune est partie - 31 juillet 2014 : Qahera : « leur sang est sur nos mains aussi » - 25 novembre 2016 : La tristesse infinie dans les yeux d’une reine (3) - 16 avril 2015 : Le 14 juillet, La Réunion a rendez-vous avec Pluton ! - 13 juin 2015 : Qui se souvient de l’étrange « Tonton noir » de M. Chane ? - 7 janvier 2016 : Ysabeau l’Indienne : courtisée à Paris, tuée à Bourbon - 7 février : Le loup de Bélouve : le cas lé grave pou-de-bon ! - 14 juillet : La Réunion/Québec : « Ce n’est pas tous les jours que j’entends de telles paroles » -

Accueil > Le monde > La grande Moune est partie

Hommage

La grande Moune est partie

29 mars 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La doyenne des artistes d’outremer est morte à Paris le 27 mars 2014, à l’âge de 96 ans. Moune de Rivel, Guadeloupéenne, était une figure des cabarets parisiens. Chanteuse, comédienne, elle a contribué à populariser la biguine et s’est imposée sur la scène calypso des années 50. Nous nous souvenons de son témoignage émouvant dans le film de Jacques Baratier consacré à Jean Albany, « Mon île était le monde ».

Moune de Rivel est décédée jeudi matin à Paris, à l’âge de 96 ans © DR (source Outremer 1ère)

Elle est née Cécile Jean-Louis Baghio’o, à Bordeaux le 7 janvier 1918 de parents guadeloupéens. A 15 ans, elle entame une carrière d’artiste sous le pseudo de Moune de Rivel en se produisant pour la première fois au cabaret « La Boule blanche » à Paris. Elle devient très vite une artiste de cabarets.

« Chantre de la musique traditionnelle antillaise », « grande prêtresse de la biguine »... Les hommages se succèdent depuis l’annonce du décès de Moune dont la carrière a transité deux ans par les Etats-Unis où elle épouse un pianiste de jazz.

« A l’orée de l’indépendance de la Haute-Volta en 1960 (rebaptisé le Burkina Faso en 1984), la chanteuse est sollicitée par les autorités de l’ancienne colonie française pour participer à la composition de l’hymne national du nouveau pays », précise le site Outremer 1ère.

« Elle a aussi créé le conservatoire « Misik an nou », pour l’étude et la transmission du patrimoine créole, rapporte le site France-Antilles. Outre la musique et le cinéma, Moune de Rivel était férue de littérature et de peinture. Elle a notamment publié plusieurs ouvrages, dont un livre de contes aux éditions Présence africaine, intitulé « Kiroa ». En 1997, elle a été faite Chevalier des Arts et des Lettres en France ».

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter