Categories

7 au hasard 15 novembre 2016 : « Paul Vergès, son maloya, son trans, son gayarsité » - 14 janvier 2016 : Séga... manchega : le serpent qui danse - 22 mars 2014 : Une attaque contre l’Iran inscrite au budget militaire - 4 mai 2014 : Insoutenables images de l’attaque d’Odessa - 17 août : Saint-Denis « au cœur des vieux jardins »... et l’ombre de Robert-Edward Hart - 9 novembre 2014 : Prison Juliette Dodu : « la pilule de la résignation ne passera pas » - 9 mars 2014 : Ukraine : plan d’austérité en vue, nazis au gouvernement … guerre à l’horizon ? - 25 novembre 2013 : Quand l’école fait la « pub » des grandes surfaces… - 21 janvier 2014 : Où est l’intérêt supérieur des élèves ? - 6 mai : « Priyèr’ Sï Priyèr’ », le coup de cœur de 7 Lames -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Domin lé dan nout dé min > La face cachée de la Lune photographiée par un voilier solaire réunionnais (...)

Course Terre-Lune à la voile

La face cachée de la Lune photographiée par un voilier solaire réunionnais ?

7 août 2017
Guy Pignolet
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le sujet du jour est simple, c’est celui du défi de la Course Terre-Lune à la voile, avec un voilier solaire réunionnais. Cela peut paraître un projet fou, mais il n’y a pas plus sérieux.

IKAROS : premier voilier interplanétaire, déployé vers Vénus par équipe japonaise de l’ISAS/JAXA, en 2010.

Une opportunité offerte à « nout péï »


Il y a cinquante ans, c’était de la science-fiction ; il y a vingt-cinq ans, il y a eu en Europe un projet de course Terre-Lune, réaliste bien que lourd et difficile, mais qui a été à deux doigts d’aboutir, et aujourd’hui, c’est une opportunité qui est offerte à « nout péï », simple et facile à réaliser si l’on veut bien regarder dans cette direction et prendre le temps d’y réfléchir sérieusement.

Qu’est-ce donc que la « Course Terre-Lune à la voile » ?

Depuis deux mois, à l’initiative de l’U3P [1], l’association francophone des voiles solaires, et de la Fondation Jacques Rougerie de l’Académicien passionné de Mer et d’Espace, des contacts ont été pris dans les cercles privés de l’industrie et du tourisme réunionnais [2].

La "Porte des Mondes", boulevard sud de Saint-Denis. Ile de La Réunion. Crédits : Anton Syromyatnikov.

Le réflecteur « Znamia », précurseur des voiles solaires


À quoi ressemble un voilier solaire ? Quelles sont les réalisations similaires existantes ? En 1993, notre ami russe, Vladimir Syromiatnikov, [en l’honneur duquel la Ville de Saint-Denis a érigé le monument de « La Porte des Mondes » sur le Boulevard Sud pour le remercier d’avoir aidé en 1997 les élèves du Collège Reydellet à réaliser le premier satellite collégien du monde] avait déployé dans l’espace le magnifique réflecteur « Znamia » qui était un précurseur des voiles solaires.

En 2010, nos amis japonais on réalisé le voilier solaire « IKAROS » [3] qui en six mois est allé de la Terre jusqu’à la planète Vénus en naviguant à la seule force des rayons du soleil. Incroyable mais vrai, il faut regarder le film de cette aventure, traduit en français par l’U3P [4], et lire la conférence faite au Palais de la Découverte par le Professeur Junichiro Kawaguchi, père de la voile IKAROS [5].

L’architecte français, Jacques Rougerie et son « SeaOrbiter », projet de de station de recherche et d’observation des océans.

Le projet réunionnais soutenu au Japon et en Russie


Il y a deux mois, au Japon, à l’occasion du congrès ISTS [6] / 2017 auquel participaient six Réunionnais, nous avons rencontré le Professeur Junichiro Kawaguchi et son équipe, qui nous ont promis tout leur soutien à un projet Terre-Lune réunionnais.

Nous venons par ailleurs d’apprendre le lancement, il y a tout juste trois semaines, par une équipe d’étudiants russes, du projet de réflecteur cubesat « MAYAK » [7], qui fait appel à des technologies très proches de celles dont nous avons besoin pour le voilier Terre-Lune. Par un courriel de ce jour le Professeur Alexander Schaenko, chef du projet Mayak, nous a fait part de ses encouragements et de son soutien.

Le projet russe de réflecteur cubesat « MAYAK ».

Visibilité mondiale pour notre « petite planète » posée sur la grande


Qu’apporte le projet Terre-Lune à la voile à La Réunion et aux Réunionnais ?

C’est énorme. J’ai envie de dire que ça apporte une visibilité mondiale de haut niveau pour notre « petite planète » posée sur la grande, que c’est un symbole très fort et une mise en évidence aux yeux du monde entier des capacités de notre île et de ses habitants que les instances centralisées ont quelquefois du mal à reconnaître, que c’est un appel pour notre jeunesse à développer des compétences dans de nouveaux domaines de pointe, comme cela a été le cas quand l’informatique et le numérique ont démarré il y a de cela une trentaine d’années. Des compétences qu’ils pourront exercer sur notre île et dans le monde entier y compris l’Europe et le reste des régions françaises.

Jusqu’à la photo du centre de la face cachée de la Lune par un voilier solaire réunionnais.

Un rêve à la mesure des possibilités de notre territoire


C’est un grand et beau rêve pour tous, un rêve validé par une réalisation concrète tout-à-fait à la mesure des possibilités de notre territoire.

Mais je préfère entendre les réponses à ces questions qui vont venir de tous ceux qui veulent apporter sur le sujet leurs contributions et leurs compétences sous toutes les formes possibles.

Beaucoup estiment que les grandes institutions approuveront et suivront le projet, dans un deuxième temps parce qu’administrativement, elles n’ont pas toujours la réactivité voulue.

A gauche, Guy Pignolet. 3ème en partant de la gauche, le Professeur Junichiro Kawaguchi, de l’agence spatiale japonaise ISAS/JAXA. Photo prise le 23 mars 2011 au Palais de la Découverte lors d’une conférence organisée par l’Union pour la Promotion de la Propulsion Photonique (U3P) et Universcience, l’établissement public de la Cité des Sciences et de l’Industrie et le Palais de la Découverte.

Telle est la voie vers les astres


Il semble clair que le défi réunionnais de la Terre-Lune à la voile sera porté par les entrepreneurs privés, en rappelant que c’est un « petit » projet, techniquement et financièrement, même si sa portée symbolique est immense. Et peut-être même, comme cela a été le cas pour le drapeau régional, que ce sont les sportifs et les artistes qui porteront le projet Terre-Lune au succès attendu.

Tous ceux qui sont puissamment motivés par le projet peuvent prendre contact en m’écrivant à l’adresse ci-dessous [8], et je me ferai une joie, toute l’équipe qui est déjà sur le projet s’en fera une joie, de développer le sujet avec eux. Nous disons bien motivés et compétents d’une manière ou d’une autre, et nous demandons aux simples curieux de s’abstenir pour le moment, ils auront ensuite tout le loisir de se réjouir et de participer à la grande fête que sera la progression du projet jusqu’à la photo du centre de la face cachée de la Lune par un voilier solaire réunionnais.

Sic Itur ad Astra [9] - Tayo Ho [10] - Florebo Quocumque Ferar [11].

Guy Pignolet
Senior Space Educator et Rêveur Professionnel
Reunion Island Space Initiative - L’Espas lè la !


Notes

[1Union pour la Promotion de la Propulsion Photonique.

[2On trouvera l’essentiel dans un mémorandum qui a été rédigé il y a tout juste un mois, et que l’on peut télécharger ici.

[3IKAROS : Interplanetary Kite-craft Accelerated by Radiation of the Sun.

[6International Symposium on Space Technology and Science.

[8Adresse pour contacter Guy Pignolet :

[9Telle est la voie vers les astres. Latin.

[10Voile solaire. Japonnais.

[11Je fleurirai partout où je serai porté. Devise de l’île de La Réunion.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter