Categories

7 au hasard 16 février : Civet de tangue : les secrets de Pépé José - 28 juin 2013 : Luleka Mkuzo : « Mandela will always be an icon » - 27 novembre 2015 : Coopération : quand nos impôts font la foire à Mada... - 9 novembre 2013 : L’océan Indien berceau du surf ? - 18 août 2015 : Le banian, arbre des poètes... - 18 mars : Faut-il brûler le 19 mars 1946 ? - 25 décembre 2013 : « Génocide, génocide... il y en a un paquet, et en pleine forme » - 29 juin 2015 : Míkis Theodorákis : « Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines » - 25 mars 2013 : Chine en Afrique : vent d’Est et vent d’Ouest - 18 juin 2013 : Turquie : le silence contre la violence -

Accueil > La Réunion > Economie et société > La collection de Christian va-t-elle finir dans les poubelles de l’histoire (...)

Patrimoine

La collection de Christian va-t-elle finir dans les poubelles de l’histoire ?

3 décembre 2014
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Plus de 900 objets anciens et historiques sur le trottoir... C’est ce qui pourrait bien arriver si l’on ne trouve pas rapidement une solution acceptable pour l’exceptionnelle collection constituée par Christian Kichenapanaïdou depuis plus de 30 ans. Lès pa nout gayar arive dann kanivo oté !

Christian Kichenapanaïdou et quelques pièces de sa collection.

Il y a ceux qui collectionnent les timbres (philatélistes), les poupées (planagologistes), les porte-clés (copocléphiles), ceux qui collectionnent les bouton « a » des claviers d’ordinateurs (alphapessŭlusdactylophiles), ceux qui collectionnent les sables (arénophiles)... Et puis, il y a Christian Kichenapanaïdou....

Lui, sa collection, c’est les objets lontan de La Réunion. Il faudrait inventer un nom pour désigner cette activité. Cette passion. A mi-chemin entre l’antiquaire, le chercheur, le chiffonnier (dans le sens noble du mot), l’archéologue de l’intimité créole, le ferrailleur, le brocanteur, le conservateur du génie réunionnais, le chasseur de trésors, le gardien du tan lontan... Une sorte d’amasseur de souvenirs, passionné et passionnant. Un entasseur d’objets, un découvreur d’instruments oubliés, un restitueur de mémoire, un dénicheur de raretés !

Ce qu’il trouve, il l’entrepose, il l’entasse depuis plus de 30 ans. Il l’expose du mieux qu’il peut dans un espace qui déborde à force de recevoir de nouveaux « trésors » : vieux téléphones, dame-jane, marmites, moulins, cafetières, arrosoirs, bandèges, lampes, photos, etc. Il en faut des hommes comme lui, qui consacrent leur temps à fouiller, à fouiner, à chercher, à dénicher l’objet rare, à dégoter... et à trouver ! Et il n’est pas le seul à vivre cette passion dans notre île.

Le local où Christian Kichenapanaïdou entrepose sa collection. Local qu’il devra quitter bientôt...

Si « 7 Lames la Mer » s’intéresse aujourd’hui à « Christian Objets Lontan », c’est parce qu’il a lancé un SOS via le réseau social facebook, le 24 novembre dernier : « Les Objets Lontan menacés d’expulsion ! (...) Plus de 900 objets anciens historiques de notre patrimoine (...) qui sont entreposés dans un petit local au Chaudron et qui appartenaient à l’association GRAHTER [1]  ! Je recherche, et c’est urgent, un nouvel emplacement pour pouvoir sauver et exposer ces objets au service de la population réunionnaise : scolaires, personnes âgées, touristes, etc. ! (...) Je compte sur vous ! Je vous remercie d’avance. Bien cordialement mes amis FB ! » Le message a été ensuite repartagé 42 fois, ce qui donne une indication quant à la diffusion de cette information via le réseau social.

Bien-sûr, certains jugeront avec dédain — voire mépris — que tout cela est sans valeur, que tout cela n’est que capharnaüm et bric-à-brac. Vieilleries tout juste bonnes à terminer à la déchetterie... D’autres argumenteront que c’est une attitude passéiste et qu’il faut savoir regarder vers l’avenir... Ce sont généralement les mêmes qui applaudissent lorsque Monsieur Poclain et Madame Caterpillar entrent en action pour écraser les vieilles cases, les anciennes battisses, les antiques usines, les vestiges si précieux de l’architecture populaire réunionnaise ! Nout patrimoine !

Christian Kichenapanaïdou

Piliers du « progressisme » d’hier, ceux-là sont, sans même s’en rendre compte devenus les « has been » de l’ère numérique. Nous en voulons pour preuve le nombre [2] croissant de Pages facebook consacrées à La Réunion lontan, aux objets lontan, à l’histoire de notre île.

Ces pages facebook regorgent d’anecdotes, de photos, de commentaires, d’archives, de récits émouvants, de démonstrations ludiques, de souvenirs comiques, prouvant sans aucune ambiguïté à quel point les Réunionnais sont attachés à leur terre, à leurs ancêtres, aux traditions, aux souvenirs, à la manière dont vivaient leurs parents, etc. Ils n’en sont pas moins adeptes de la modernité mais ils sont avides de faire la synthèse entre les valeurs du passé, celles du présent et celles d’un avenir... qui ne pourra faire l’impasse sur le passé !

Christian Kichenapanaïdou et quelques "objets lontan" dont les célèbres "dame-jane".

C’est d’ailleurs, à la faveur de l’arrivée dans les foyers des NTIC [3] que les Réunionnais, bénéficiant ainsi de moyens sophistiqués de recherche, de sauvegarde et de partage, ont commencé à diffuser, via les réseaux sociaux, leur patrimoine intime (photos de famille, recettes de cuisine, zistoir lontan, jeux lontan, remèdes, vieille cartes postales, etc...), prenant conscience de la richesse de leur héritage et de l’engouement suscité. Un engouement populaire croissant, d’où sourdent l’émotion et la fierté, là où une pensée du vide rebaptisée « modernité » ne voulait voir que folklore et hobbies de terroirs arriérés.

Là où les institutions en charge de la transmission du savoir et de la sauvegarde du patrimoine — sans parler de la nécessaire vulgarisation des archives — ont en grande partie échoué, faute de moyens ou par adhésion à l’air du temps assimilationniste, les Réunionnais eux-mêmes ont pris la main. En douce et sans secousses... Avec les moyens du bord ! Par la mythique transmission orale et matérielle (le pilon n’est-il pas l’emblème même de l’héritage à La Réunion ?) au sein des familles et aujourd’hui par le partage, via internet, où deux symboles tiennent la vedette : la charrette bœufs et le moulin maïs.

Moulin maïs

Juste retour des choses et ironie de l’histoire : c’est la démocratisation des NTIC qui replace le Réunionnais face à son passé et renforce (même si cela se trame sur le mode virtuel) le sentiment d’appartenance à une communauté de partage et de destin.

Les décideurs, les pouvoirs publics et autres faiseurs d’opinions ont-ils pris conscience de cet engouement populaire et spontané ou continueront-ils de faire la sourde oreille ? Certaines voix s’élèvent pour dénoncer, pour réclamer, pour tenter de sauvegarder... Faudra-t-il, bientôt, barrer physiquement le chemin à Monsieur Poclain et à Madame Caterpillar pour empêcher que notre patrimoine soit réduit en poussière ?

Christian Kichenapanaïdou (au milieu) entouré de deux grands défenseurs de notre patrimoine, malheureusement tous deux disparus : à gauche Marc Kichenapanaïdou, à droite Sudel Fuma.

Mais revenons à Christian Kichenapanaïdou. A « Christian Objets Lontan ». Et à ses « 900 objets anciens historiques de notre patrimoine ». Aujourd’hui, il est question de trouver rapidement — avant que la menace d’expulsion ne soit exécutée — un local de bonne dimension pouvant accueillir la collection dans des conditions acceptables. Au-delà de cette urgence, il conviendra de réfléchir à une véritable mise en valeur de ces objets.

« 7 Lames la Mer » propose de faire d’une pierre deux coups : réhabiliter la prison Juliette Dodu et, dans une démarche de reconversion muséale des lieux qui soit respectueuse de l’histoire dont sont chargés les murs (un des derniers combats du regretté Sudel Fuma), consacrer une part de cet espace aux « Objets Lontan » de Christian !

Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros

Les photos qui illustrent cet article sont extraites de la page facebook de « Christian Objets Lontan »

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

Notes

[1Groupe de recherches sur l’archéologie et l’histoire de la terre réunionnaise, fondé par l’once de Christian : Marc Kichenapanaïdou (décédé il y a un an), qui fut l’un des plus ardents défenseurs du patrimoine réunionnais et de la mémoire créole.

[2Une bonne quinzaine de pages facebook à notre connaissance, et certainement beaucoup plus, animées quotidiennement, se consacrent au thème de « La Réunion Lontan », dans des démarches très diversifiées — et de qualité inégale — mais qui toutes convergent vers une évidence : le Réunionnais est avide de connaître son histoire ! Par exemple, la page « La Réunion Lontan » est suivie par 21.997 personnes en date du 2 décembre 2014.

[3Nouvelles technologies de l’information et de la communication

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter