Categories

7 au hasard 9 juillet 2014 : « Un certain patronat… » - 22 octobre 2015 : Les « zarboutan » sont dans le Palaxa - 17 mars : Le « Ti-32 » et les 7 figures du casse-couteau - 23 avril 2013 : Sous les arbres... le théâtre ! - 25 juillet 2014 : « Le Moloch qui brûle tout n’est pas rentable » - 17 janvier 2016 : Andains : les Réunionnais bientôt pris en otage ? - 24 mai 2016 : Bœuf d’enfer dans un train : 75 millions de vues - 10 juillet 2013 : Cette obstination à rêver... - 4 juin 2015 : « Lé sir k’i ranplira pa zot tèt ! » - 9 mars : Jean-Pierre Marchau : « La Réserve Marine de La Réunion en danger » -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « L’île des Roitelets qui se croient tout permis... »

Tribune Libre d’Émilien S.

« L’île des Roitelets qui se croient tout permis... »

28 octobre 2015
Emilien S.
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pourquoi feraient-ils autrement ? L’actualité politique regorge d’exemples de roitelets qui se croient tout permis et gèrent l’argent public comme si en réalité il s’agissait de fonds privés.

Joseph Sinimalé aurait dit-on embauché en CDI les gros bras qui ont interrompu sa séance du conseil municipal ; Jean-Paul Virapoullé aurait recruté son copain battu Bruno Mamindy Pajany ; Marco Boyer aurait organisé un mouvement de protestation devant une école contre le recrutement... par l’Etat d’une opposante politique ; certains élus de la Région seraient inquiétés par des procédures judiciaires. Les exemples sont légions.

Tous ces élus sont classés à droite. Les élus de gauche sont-ils plus honnêtes que leurs collègues ? J’en doute. Pourtant l’étiquette politique a tout à voir dans cette histoire. Est-ce un hasard que les élus de droite soient ceux qui sont concernés par ces scandales ? Bien sûr que non. C’est même particulièrement normal puisqu’ils savent que non seulement tout cela sera oublié dans six mois et qu’en plus ils peuvent gaspiller l’argent public impunément. La raison tout le monde la connaît. C’est le comportement de l’électeur, pourtant râleur, qui en est à l’origine.

Depuis au moins 2001 à La Réunion, et bien avant en métropole, l’électeur sanctionne le pouvoir national en place, et ce à toutes les élections intermédiaires, quel que soit le bilan de l’élu local sortant. Les dernières municipales et cantonales illustrent parfaitement ce phénomène. De vieux chevaux parfois condamnés judiciairement sont revenus avec la bénédiction de l’électorat et continuent de dilapider l’argent puisqu’ils savent qu’il n’y aura aucune sanction électorale pour eux et pour leur famille politique. Ils sont à droite, c’est-à-dire le camp qui a vocation à remporter toutes les élections jusqu’au moins 2017. Ces élus le savent et profitent de cet état de fait.

Alors, électeur réunionnais, tu n’as qu’à t’en prendre qu’à toi-même lorsque tu apprends que tes impôts serviront à rémunérer les copains des élus que tu as mis en place pour sanctionner le gouvernement, sans réfléchir aux conséquences de ton vote au niveau local. Ce qui est d’autant plus ridicule, c’est que vote sanction ou pas, la politique du gouvernement, quel qu’il soit, ne changera pas d’un iota. D’ailleurs ce même gouvernement restera en place jusqu’aux prochaines élections présidentielles et législatives. Il se fiche royalement de la sanction puisqu’il n’est pas concerné directement.

Quand est ce que cela sera compris ?

En revanche, en nous comportant ainsi, en ne prenant pas en compte les intérêts locaux, nous chasserons parfois des élus compétents et honnêtes, pour les remplacer par des incompétents et autres voleurs notoires. Nous viendrons ensuite tout aussi naturellement nous plaindre sur les ondes d’une radio locale.

Ainsi va la vie politique.

Emilien S.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter