Categories

7 au hasard 9 avril 2014 : Le vote zorey n’existe pas - 14 février 2016 : Big in India - 8 avril 2013 : La 6e République, un enjeu réunionnais - 6 mars 2013 : Les requins ont eu son chapeau - 23 mai 2014 : L’Américain Anadarko pollue un site UNESCO - 8 août 2015 : Jeux des îles : « la faute diplomatique de l’État français » - 19 août 2014 : Menace sur les sirènes de l’océan Indien - 15 janvier 2014 : Kim-Jong-Un assassiné… sur Twitter ! - 5 août 2016 : L’assassin ! L’assassin : « le rougail saucisses est antillais » - 3 février 2013 : Iles grecques à vendre -

Accueil > 7 an foutan > L’homme qui a vu l’ours

Photoshop, ça sert d’abord à faire la guerre

L’homme qui a vu l’ours

23 avril 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ukraine : quand les internautes tournent en dérision les « preuves » avalisées par les Etats-Unis…

Selon le Gouvernement ukrainien, l’homme identifié à Donetsk (première photo en partant du haut) serait le soldat de la seconde photographie, prise en 2008 lors de la campagne de Géorgie.

Deux clichés d’un barbu en uniforme : c’est la dernière « preuve » présentée par le Gouvernement de Kiev pour démontrer la présence de forces spéciales russes dans l’est du pays.

Un barbu qui aurait été photographié en Géorgie lors de la campagne russe contre l’armée géorgienne, lancée à l’assaut de l’Abkhazie et de l’Ossétie.

Du Caucase au Donbass, l’homme promènerait une extrémité pileuse fort reconnaissable à la mode des slavophiles d’antan, répètent les porte-parole du régime ukrainien, prouvant l’implication des commandos les plus aguerris de Moscou dans les révoltes russophones.

Preuve irréfutable du double jeu russe : photographié en 2012 en Sibérie, l’ours chevauché par Poutine a été repéré à Donetsk en 2014. On notera la touche d’humour supplémentaire du photoshopeur, qui a pris soin de sélectionner des ours fort peu ressemblants... (Photo : yaplaka.com)

Des « preuves » assez peu prises au sérieux jusqu’à leur reprise, la semaine dernière, par le Renseignement américain. Les photographies, « ne montrant qu’une ressemblance superficielle » selon le quotidien britannique « Guardian », qui se livre très sérieusement dans son numéro de mardi dernier à une rigoureuse comparaison de barbes et de moustaches.

"Karl Marx est vivant", affirme ce photomontage, qui apporte une preuve irréfutable de l’engagement du philosophe allemand auprès des russophones du sud de l’Ukraine.

Du côté des amateurs de photoshop, au moins aussi doués que ceux de Kiev et de Langley, les « preuves » ont donné lieu à des détournements humoristiques : Karl Marx lui-même combattrait sous l’uniforme des Russes du sud de l’Ukraine, et l’ours chevauché par Vladimir Poutine, sur un montage amateur devenu mythique il y a plusieurs années déjà, aurait été, lui aussi, repéré dans le Donetsk, preuve « irréfutable » de la présence des forces armées envoyées par Moscou….

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter