Categories

7 au hasard 3 janvier 2013 : Zordi na point de baleine - 19 avril 2015 : « Si une fille te dit « non », c’est celle-là qu’il te faut » - 16 février : Civet de tangue : les secrets de Pépé José - 26 avril 2012 : « J’ai décidé de lutter sans concession contre les « monopoles » - 13 août 2013 : Ile est née... irréelle - 28 février 2014 : Les enfants du BUMIDOM : victimes de la 5ème République ? - 9 décembre 2013 : Mandela ne meurt jamais ! - 24 octobre 2015 : NRL : rendez-vous à la prochaine coulée de boue ? - 12 novembre 2014 : Réchauffement climatique : la mer meurt à petit feu - 18 février 2016 : De battre mon cœur ne s’est pas arrêté -

Accueil > La Réunion > Economie et société > L’étrange destin de Zoreille

Souffrance animale

L’étrange destin de Zoreille

24 mars 2016
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Elle est réapparue un matin dans la cour. Après une escapade d’une quinzaine de jours. On la croyait définitivement perdue. Et la revoilà, frétillante, sautant de joie d’avoir retrouvé la case et ses maîtres, aboyant pour annoncer son retour. Et pourtant, vision d’horreur ! Ses oreilles sont en sang : elles ont été tranchées. Découpées. Mais l’histoire ne s’arrête pas là...

La chienne aux oreilles coupées... © 7LLM

L’actualité récente nous a livré l’histoire d’un chien torturé dont les oreilles avaient été coupées... nous ramenant un an en arrière lorsque notre petite chienne a subi le même triste sort...

Mais l’histoire ne s’arrête pas là...

C’est l’histoire d’une petite chienne. Race : royal bourbon jaune. Elle arrive au monde dans une portée de 5 chiots.

Quelques semaines plus tard, la tribu canine s’ébat dans la cour et vient le moment où il va falloir s’en séparer et trouver des amis qui aiment les animaux. Les chiots ne sont bientôt plus que deux à attendre preneurs : un petit chien et une petite chienne jaune.

La petite chienne jaune, peu de temps avant sa disparition... © 7LLM

Un matin, on ne retrouve plus trace de la petite chienne jaune. On fouille les alentours, on interroge les voisins, on siffle dans la nuit. Difficile de crier un nom pour l’appeler, elle n’est pas encore nommée... On finit par abandonner tout espoir de la revoir.

Et voilà qu’un matin, quinze jours plus tard, elle est retour. Mais la joie des retrouvailles bascule dans l’horreur. Et la colère. La petite chienne jaune a été torturée : ses oreilles sont coupées et le sang à peine coagulé nous indique qu’elle a échappé à son bourreau il y a peu de temps.

Elle est maigre, assoiffée, essoufflée. Efflanquée. Le poil boueux. La langue pendante. Et dans ce tableau de détresse, son regard implorant est empli de douceur tandis que sa petite queue dressée s’agite pour dire sa joie d’être revenue.

La chienne jaune a grandi... Elle n’a plus d’oreilles. Elles ont été tranchées par son tortionnaire. © 7LLM

La chienne Zoreille, désormais heureuse avec sa copine Kala... © 7LLM

Nous avons soigné la petite chienne jaune, victime du sadisme des hommes. Nous l’avons entourée. Aimée. Peu à peu, les « moignons » de ses oreilles ont cicatrisé.

On a coutume de nier aux animaux une psychologie. Longtemps, pourtant, les rêves de « Zoreille » ont été agités : immanquablement, peu après avoir sombré dans le sommeil, elle couinait, pleurait, et posait ses pattes avant sur ses oreilles coupées, revivant peut-être en songe le calvaire qu’elle avait subi. Personne alors ne pouvait toucher les endroits, bien que dûment cicatrisés, où elle avait été mutilée.

Puis, sous l’effet de l’oubli et de la confiance conjugués, « Zoreille » est devenue une belle chienne jaune, un peu enrobée, qui vit heureuse au cœur de notre petite famille.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là...

© 7LLM

Suite à un déménagement, nous installons sous la petite varangue un vieux cheval de bois à bascule, autrefois remisé dans un débarras. Zoreille est intriguée par le cheval qui se balance d’avant en arrière dès qu’on le touche et elle garde ses distances... Elle aboie après le cheval de bois ; il est à sa taille, elle le perçoit comme un rival, comme un ennemi mais chaque jour, s’en approche un peu plus...

Quelques temps plus tard, nous découvrons que les oreilles du cheval de bois ont été rongées... par la chienne jaune sans oreilles. Il aura fallu que nous nous asseyions sur le cheval, que nous le rangions dans la maison, en un mot, il nous a fallu démontrer que cette drôle de créature n’était qu’un meuble pour que Zoreille s’en désintéresse...

Mais sa première réaction avait été de lui infliger ce qu’elle avait subi.

Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros

Les oreilles du cheval de bois... rongées par la chienne aux oreilles coupées. © 7LLM

Le cheval de bois... © 7LLM

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter