Categories

7 au hasard 20 décembre 2016 : 20 décembre : il manque un doigt au pied d’Estelle - 6 septembre 2015 : Droite réunionnaise : sueurs froides et larmes en perspective… - 30 août 2014 : La Main Noire qui déclencha la guerre... - 15 décembre 2015 : 20 décembre : sens de la fête et sens interdit de l’histoire - 24 septembre 2015 : Nouvelle route du Littoral : enquête pour « corruption » et « favoritisme » - 19 octobre 2015 : Olivier Bancoult : Vivre libres sur la terre de notre naissance ! - 7 juin : La Possession : le rivage perdu - 4 novembre 2015 : Le dictateur et l’anguille - 15 mars 2015 : L’esclave Cimendef ferait-il l’objet d’un déni ? - 9 septembre 2013 : Vergès, vérités et vidéo -

Accueil > 7 au menu > 7 en photos > L’énigme des deux frères Payet : Hector, Alix et Raymond

Une photo, une histoire

L’énigme des deux frères Payet : Hector, Alix et Raymond

19 février 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a 95 ans, le Réunionnais « Raymond » Payet se rend, avec un « camarade créole », au 76 cours Lieutaud, à Marseille, chez le célèbre photographe Llorca. Ils posent tous deux pour une série de prises de vue destinées à la famille, restée là-bas, à La Réunion. Une terre natale que « Raymond » ne reverra jamais...

Bonne année 1921, de la part de « Raymond » Payet, qui prend la pose dans un avion factice. Photo retrouvée dans un vieil album de famille.

Les histoires de famille sont toujours pleines de mystères, de secrets, de non-dits. D’extravagances... Quand on se plonge dans un vieil album de photos, oublié sous la poussière du temps, on est parfois confronté à de véritables énigmes. En voici un exemple avec l’histoire vraie des deux frères Payet : Hector, Alix et Raymond.

« Tout le monde est aviateur, même moi », écrit « Raymond », non sans humour, au verso d’une carte postale « Bonne Année 1921 » qu’il adresse à sa petite sœur de 16 ans, Louise, à La Réunion. Cette carte postale est illustrée d’une photo montrant le fils Payet perché sur un avion factice, dans le décor d’un studio de photographe.

Une autre carte est adressée au père, Jean Payet. « Cher papa, me voilà en militaire. Je suis affreux. Le camarade auprès de moi est un créole aussi ». On n’en saura pas plus sur l’identité de ce camarade créole.

Au dos de la photo dans l’avion, « Raymond » trace quelques mots pour sa petite sœur, Louise.

On n’en saura pas plus non plus sur le sort de « Raymond » dont les faits et gestes connus se limitent à ces quelques photos et messages griffonnés, retrouvés dans les affaires de la famille, près d’un siècle plus tard.

Est-ce lui qui meurt à Dakar le 6 octobre 1924, à 25 ans, comme en témoigne une photo collée dans un vieil album ? Cette photo montre une tombe blanche sur laquelle on peut distinguer le nom et le prénom « Payet Hector »...

Il faut savoir que dans cette famille Payet — famille nombreuse — deux garçons pouvaient signer « Raymond » même si ce n’était pas leur premier prénom dans l’ordre de l’État-civil. Ces deux garçons sont aussi les seuls de la famille dont l’âge correspond à une « vingtaine d’années » en 1921, date à laquelle ont été prises les photos dans « l’avion » et en uniforme militaire.

« Raymond » Payet à gauche et à droite. Au milieu, un "camarade créole".

D’abord, il y avait « Hector, François, Nicomède, Raymond, Charles, Aimé », né le 4 octobre 1899, à Saint-Pierre, rue des Bons-Enfants. 22 ans en 1921. C’est lui qui meurt à Dakar en 1924, à l’âge de 25 ans, comme en témoigne la photo de sa tombe.

Ensuite, il y avait « Alix, Joseph, Nicomède, Raymond », né le 20 avril 1902, à Saint-Pierre, rue des Bons-Enfants. 19 ans en 1921. Qu’est-il devenu ? Rien dans les affaires de la famille ne permet de répondre à cette question. Ni aucune tombe à La Réunion. Il s’est évaporé dans les méandres de l’histoire.

Hector et Alix... L’un des deux préférait s’appeler « Raymond ». Et rien ne permet de dire lequel.

Dans l’album de famille, la photo d’une tombe. C’est la tombe du fils : Hector Payet, "élève administrateur des colonies, décédé à Dakar le 6 octobre 1924, à l’âge de 25 ans". Est-ce lui qui se faisait appeler "Raymond" ?

Même père : Jean Payet. Même mère : Célicia Dostes. Précision qui a son importance puisque Jean Payet se mariera pas moins de quatre fois, suite aux décès de ses épouses (grippe espagnole, décès en couches, etc...).

Si l’on a la preuve (photo de la tombe) que c’est le premier, c’est à dire Hector, qui est mort à Dakar, en revanche, rien ne permet de déterminer lequel des deux — Hector ou Alix — prend la pose sur les photos prises à Marseille et signe « Raymond » au dos des cartes postales.

Une chose est certaine, aucun des deux ne repose en terre réunionnaise : ni Hector, ni Alix... ni Raymond !

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter