Categories

7 au hasard 5 février 2013 : Chagos : la Grande Bretagne mise en échec ! - 9 septembre 2015 : Sacrifice d’un Gouzou - 14 janvier 2015 : « Mwin, ou, li » ou... je tue île ? - 1er février : Ségamaloya : un Koudzok à l’Olympia - 1er mai 2014 : Députés non réélus : des indemnités justifiées ! - 23 mai 2015 : Bal Zétwal... dernié viraz ! - 12 janvier 2016 : Une centaine de baleines échouées dans le Sud de l’Inde - 10 février : Potémont, peintre réunionnais de l’ombre... - 12 août 2015 : Cyberattaque : la guerre en direct sur votre écran ! - 24 juin 2015 : « De Bois-Blanc au Palais Royal, il y a un gouffre » -

Accueil > Lames de fond > 7 i aime / 7 i aime pas > L’art, une arme contre la pauvreté

Inde — Japon

L’art, une arme contre la pauvreté

2 septembre 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Financer une école gratuite dans l’une des régions les plus pauvres de l’Inde, grâce à l’art... C’est possible ! Le « Wall Art Festival », co-organisé par la Fondation du Japon, permet en effet de couvrir une partie des frais de fonctionnement de l’établissement, de lutter contre la pauvreté et de mettre en place un programme social d’aide aux villageois. Vous pouvez vous aussi soutenir cette action expérimentale et exemplaire !

Photo mymodernmet.com

Dans l’Etat du Bihar, l’un des plus pauvres au Nord de l’Inde, une expérience exemplaire est menée : l’art envahit les murs de l’école de protection sociale de Niranjana et aide à financer son fonctionnement : lutte contre la pauvreté, éducation gratuite, action sociale et aide à l’emploi. Le « Wall Art Festival », co-organisé par la Fondation du Japon, est la clé de cette réussite dans les villages de Sujata et de Maharashtra.

Photo mymodernmet.com

Yusuke Asai, 33 ans, artiste japonnais, aidés d’autres artistes japonnais et indiens et de bénévoles, a amené l’art dans la vie des élèves de l’école de protection sociale Niranjana, qui sont isolés des centres culturels comme New Delhi. Des salles de classe ont ainsi été transfigurées par de fascinantes fresques éphémères, qui couvrent murs et plafonds, réalisées à peu de frais en utilisant des matières naturelles : terre, poussière, boue, cendre, paille, feuilles... Le temps du festival... et les oeuvres éphémères sont effacées pour revenir l’année suivante, comme dans le cycle éternel des saisons et de la vie.

Photo asiauncovered.net

Cette année, c’est la troisième fois que Yusuke Asai participe au « Wall Art Festival » qui permet de braquer les projecteurs sur cette école expérimentale et d’activer ainsi les dons pour financer le fonctionnement d’une année de cet établissement devenu le « centre » du village.

7 Lames la Mer

Si vous souhaitez aider cette école expérimentale, vous pouvez, vous aussi, faire un don : cliquer ici.


L’école de protection sociale de Niranjana a été fondée en 2007 grâce aux dons d’étudiants japonais, australiens et néo-zélandais. Cette expérience — qui a fait ses preuves et intéresse désormais les régions voisines — permet à tout enfant d’accéder gratuitement à l’éducation (fournitures comprises), ce qui est primordial dans la région du Bihar où seulement 47% de la population est alphabétisée. Une initiative qui ne se limite pas à la scolarisation mais s’attaque aussi aux difficultés quotidiennes des villageois (pauvreté, illettrisme, absence d’emplois...) par le biais d’échanges culturels et artistiques.

Photo Niranjana Public Welfare School

Le fonctionnement de l’école — 12 enseignants, uniformes, ordinateurs, manuels, fournitures, etc. — entraine des frais importants que les seuls dons initiaux ne permettent cependant pas de couvrir. C’est pourquoi une stratégie de collecte de fonds a été imaginée et structurée autour de l’art. C’est ainsi qu’est né le « Wall Art Festival » qui voit chaque année des artistes bénévoles en provenance du Japon et des artistes indiens accompagner les enfants dans un projet d’art axé sur l’école.

Photo Niranjana Public Welfare School

Si vous souhaitez aider cette école expérimentale, vous pouvez, vous aussi, faire un don : cliquer ici. Les dons sont répartis de la manière suivante : 50% pour la scolarisation, 22% pour l’orphelinat, 22% pour les actions de santé, 7% pour le programme d’autonomisation des femmes, 1% pour le soutien à l’agriculture. « 100% des fonds récoltés sont investis dans nos projets », précisent les responsables de l’école.

Photo Niranjana Public Welfare School

Yusuke Asai. Photo city.nagasaki.lg.jp

Photo Kenta Yoshizawa courtesy Wall Art Festival

Photo Kenta Yoshizawa courtesy Wall Art Festival

Photo Kenta Yoshizawa courtesy Wall Art Festival

Une équipe de volontaires travaillant à la peinture. Photo designboom.com

Photo mymodernmet.com

Photo Ko Yamada

Le village de Sujata. Photo Niranjana Public Welfare School


Yusuke Asai. Photo designboom.com

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter