Categories

7 au hasard 2 mai : Ségas zélèksion : de « papa Giscard » au « président la ruine » - 22 janvier : Coup-de-poing américain... pour enfant - 16 octobre : Monsieur le Président : arrêtez la gabegie ! - 5 juin 2014 : « C’est bien l’homme qui attire les requins » - 9 février 2016 : Le mystérieux lac intérieur de La Réunion - 17 juin 2016 : Les Africains de l’Inde jouent aussi du bobre - 26 novembre 2014 : Sebastião Salgado : « Le sel de la Terre »... et de La Réunion - 5 juillet : Léon Dierx, sage de la tribu du « Dragon bleu » (1) - 17 janvier 2015 : Et si les créoles (re)colonisaient les oreilles ? - 11 mars 2015 : NRL : l’invraisemblable argument de la sécurité ! -

Accueil > Lames de fond > 7 i aime / 7 i aime pas > Kréolokoz : zot zétwal la pa pèr briyé

7 i yème - 7 aime

Kréolokoz : zot zétwal la pa pèr briyé

27 octobre 2014
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Produit grâce au financement participatif (crowdfunding KissKissBankBank), « Fanal pou bann Zétwal la pér briyé », le deuxième album du groupe Kréolokoz, marque une nouvelle tendance dans le paysage artistique réunionnais. Du « maloy’atmosphère » qui mêle poésie, couleurs, sonorités traditionnelles, romances sucrées, chœurs créoles et mises en scène... et surtout qui existe grâce aux « kréolofans ». Des Kréolofans fidèles et généreux puisque la somme de 10.000 euros fixée au départ a été atteinte et dépassée. Kréolokoz affirme ainsi une réelle indépendance grâce au mécénat populaire.

La jaquette de l’album est signée de l’artiste Florence Vitry.

Leur premier album, « Poézi péi natal » était déjà une ode à la kréolité issue d’une démarche où la musique, la poésie, l’histoire réunionnaise et les arts visuels s’unissaient de manière féconde.

« Kréolokoz mêle dans la magie de sa musique tambours fantasques, piano, guitare, flûtes indiennes et cuivre, expliquent-ils sur le site KissKissBankBank... Il porte ainsi le souffle d’une poésie créole qui fleurit entre tradition et innovation. Une poésie qui se nourrit des essences plurielles de l’île de La Réunion, et qui lui rend hommage ».

C’est un nouvel hommage à l’île qui est rendu dans le deuxième opus du groupe Kréolokoz. « Fanal pou bann Zétwal la pér briyé » est une double réussite : une réussite artistique en premier lieu bien-sûr — et les kréolofans en sont la preuve — mais aussi la démonstration encourageante que l’art et les artistes peuvent exister en toute indépendance par rapport aux « distributeurs de subventions ».

Cette nouvelle donne — instaurée par le succès du financement participatif — dans le champ artistique réunionnais devra cependant trouver un juste équilibre tant il serait tentant pour les « pourvoyeurs traditionnels de subventions » de se désengager plus encore.

L’histoire de Kréolokoz commence paradoxalement loin de l’île lorsque Gaël Velleyen, jeune musicien autodidacte à l’étroit dans un petit studio parisien, et hanté par la terre natale, crée une maquette de ses chansons et les poste sur internet.

Le succès est au rendez-vous et de fil en aiguille, Kréolokoz voit le jour ainsi que le premier album « Poézi péi natal »... Le retour dans le péi natal en 2011 marque pour Gaël Velleyen et Kréolokoz une nouvelle étape. Nouveaux musiciens, nouvelles rencontres, nouveaux projets... Et nouveaux kréolofans !

Gaël Velleyen. Photo Stéphane Fraysse

Quatre ans après « Poézi péi natal », voici donc « Fanal pou bann Zétwal la pér briyé » avec « des nuances de couleurs et des notes choisies pour sublimer l’expression réunionnaise et ainsi donner de l’éclat à un ciel réunionnais où les étoiles créoles ce sont souvent pas conscientes de leur scintillement si nécessaire ». On appréciera au passage le métissage musical qui ajoute aux sonorités réunionnaises les apports ethniques de flutes venues d’Inde, de Chine ou même des Balkans.

On l’aura donc compris, Kréolokoz n’est pas qu’un groupe de chanteurs et de musiciens. C’est une manière d’être en mouvement dans l’espace insulaire, de partager, de mêler les arts visuels, la puissance des mots, et la résonance des instruments. Un perpétuel ressac entre l’héritage et la création.

Kréolokoz : zot zétwal la pa pèr briyé !

Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros


Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter