Categories

7 au hasard 11 juin 2016 : Les enfants enchaînés du chocolat - 16 novembre 2014 : Miss CINOR : Cafrine, ousa oulé ? - 25 juin : Chagos : l’ONU met la Grande Bretagne en minorité - 9 novembre 2013 : L’océan Indien berceau du surf ? - 10 mai 2013 : Greenpeace : « Priorité aux nations côtières » ! - 8 novembre 2014 : Sita jeté aux lions…et après ? - 10 mars 2015 : « Ne cédons pas au greenwashing » - 27 janvier 2015 : « Les islamistes sont hyper-minoritaires au Niger » - 26 avril 2015 : Le big « Kaang » de Labelle et Hlasko : musique ! - 7 août 2013 : Colonialisme, silicone et minishorts -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Jeunes de l’océan Indien : « Qu’allez-vous faire de vos 20 ans ? (...)

Tribune Libre de Mario Serviable

Jeunes de l’océan Indien : « Qu’allez-vous faire de vos 20 ans ? »

24 juillet 2015
Mario Serviable
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Discours à la jeunesse de l’océan Indien. Les Jeux des Iles de l’océan Indien regroupent, et on l’oublie, des îles-Etats qui ont choisi la forme républicaine de gouvernement. Ces jeux démarrent, et on l’oublie aussi, le lendemain de la date anniversaire (31 juillet 1914) de l’assassinat de Jean Jaurès, symbole, c’est-à-dire incarnation et personnification de l’idéal républicain.

Source : http://www.jaures.eu/

De quoi Jaurès est-il concrètement le symbole ? Il est la représentation de l’espérance sécularisée et éducative pour la Jeunesse, c’est-à-dire pour l’avenir de l’humanité. Dans son engagement politique et dans son enseignement, il affirme que seule la Jeunesse peut changer le cours des choses et changer de monde : enlever la vie aux systèmes de marchandisation à commandement capitaliste — c’est-à-dire de l’air, de l’eau, du ciel, de la beauté des paysages et des hommes et du savoir humain —, engager la production sociale pour augmenter le capital du commun, renoncer à la violence qui est une ruse des pouvoirs symboliques et débusquer ceux « qui entravent et corrompent le développement du commun » [1].

Pourtant, une partie de la jeunesse d’aujourd’hui est en danger. La République perd une partie de ses enfants, engagés à changer le monde Kalashnikov à la main, et à échanger la Terre des hommes pour le ciel des assassins-martyrs. Si la République perd des enfants, la République est perdue.

La République et la démocratie sont des mots morts

A la Jeunesse, Jaurès lance : « Et vous, qu’allez-vous faire de vos 20 ans ? » Il n’y a qu’une réponse juste : contrer la barbarie. Sinon la Terre sera abreuvée de « sang impur », celui de tout ennemi ; sinon la Terre ira aux chiens de guerre, et la guerre est sans fin.

Photo extraite du carnet de voyage de Brice Challamel

Que faut-il enseigner aux jeunes ? La sagesse innée des aînés dans l’apprentissage du vieillissement après avoir saccagé la Terre ? Ou le romantisme sans âge, déclenchant des effets d’orage de la colère juvénile pour les jeter, aveuglés d’orgueil et d’exaltation, dans les bras des ogres qui vomissent le monde et la modernité ?

Non, il faut leur enseigner trois choses : la République comme croyance transcendantale, la laïcité pour pouvoir vivre ensemble, et l’éducation tout au long de la vie pour pouvoir formuler ses peurs et ses désirs et pour pouvoir mettre une limite raisonnable à ces peurs et ces désirs.

a) La République est devenue aujourd’hui un mot mort ou pire, la forme politique du marché mettant en scène la tragédie de l’impuissance et de l’indignité des peuples. Jaurès rappelle : « Qu’est-ce donc que la République ? C’est un grand acte de confiance. Instituer la République, c’est proclamer que des millions d’hommes sauront tracer eux-mêmes la règle commune de leur action, qu’ils sauront concilier la liberté et la loi, le mouvement et l’ordre ; qu’ils sauront se combattre sans se déchirer ; que leurs divisions n’iront pas jusqu’à une fureur chronique de guerre civile, et qu’ils ne chercheront jamais dans une dictature même passagère, une trêve funeste et un lâche repos » [2].

Jean Jaurès

b) Qu’est-ce que la laïcité ? La laïcité est un combat, non pas pour opposer les uns aux autres, mais un combat contre ceux qui veulent opposer les uns aux autres. Car le seul combat qui vaille est le combat pour l’idéal : un idéal démocratique (un autre mot mort aux usages) et un idéal de fraternité. L’objectif étant de construire « la famille humaine » [3].

c) L’éducation est au cœur de la question sociale. Jaurès défend l’éducation tout au long de la vie qui forme le citoyen à la vie en société en développant sa conscience et ses talents ; elle fera avancer les hommes sur la voie d’une humanité unique, riche de ses différences et se nourrissant d’idéaux transnationaux : liberté, égalité, fraternité. Dans ses souvenirs d’école, Jaurès disait ressentir la souffrance que lui infligea la fable Le Loup et L’Agneau : « Au fond des forêts / Le loup l’emporte, et puis le mange/ Sans autre forme de procès ».

"No war", par Tanto

Le destin injuste des agneaux est d’être tués par les loups. Aujourd’hui, la gouvernance du monde n’appartient plus aux peuples ni aux gouvernements : elle appartient à des créanciers prédateurs, mettant en œuvre sans procès la férocité des forces de l’argent. Mais l’espérance est au cœur de l’Histoire.

En tous temps et en tous lieux, contre la misère matérielle et morale des plus faibles, contre la cruauté des loups, la leçon de résistance de Jaurès doit être retenue : « L’Histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir ».

Et nous, qu’avons-nous fait de nos 20 ans ?

Mais il faut faire vite. Car le jeune vient au monde, vit et vieillit tout en cherchant l’illumination ; pour éclairer son chemin vers la soif d’absolu, au risque d’être ébloui et aveuglé par les loups qui ont la haine du monde.

Mais la Jeunesse, c’est-à-dire ce moment pendant lequel la vie de l’espèce se renouvelle dans les étreintes et les baisers, est éternelle ; comme la mer toujours recommencée par les gouttes d’eau à venir.

Et nous qui n’avons plus 20 ans, mais qui détenons le pouvoir et l’autorité, qu’allons-nous faire ? Marguerite Duras avouait : « J’ai passé toute ma vie derrière une porte fermée ». Nous aussi. La responsabilité de notre génération est d’ouvrir les portes, par-delà les pierres des temples et des tombes, aux jeunes du moment, et de leur donner les clés de demain. Sinon ? C’est simple : un jour, il n’y aura plus de demain.

Mario Serviable
mario.serviable chez live.fr
Inspecteur de la Jeunesse et des Sports

Notes

[1Toni Negri/Michael Hardt

[2Discours à la Jeunesse, Lycée d’Albi, 3 août 1903

[3Déclaration universelle des droits de l’homme, 1948

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter