Categories

7 au hasard 2 janvier 2017 : Des Corsaires-fantômes nazis hantaient l’océan Indien - 3 octobre 2014 : Le CAFAR et la manière - 14 mai 2016 : Un tram-train invisible ? C’est possible dès 2018... - 10 février 2017 : Potémont, peintre réunionnais de l’ombre... - 7 août 2013 : Colonialisme, silicone et minishorts - 1er mai 2013 : Amazonie, à qui est ton nom ? - 28 octobre 2017 : Chagossiens, nos sœurs et nos frères créoles - 18 mars 2014 : L’armée américaine pollue les Chagos ! - 17 février 2016 : Onde de Sok avec « Soul Sok Séga » - 21 janvier 2014 : Solidarité avec Danio Ricquebourg ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Je ne suis pas un mendiant mais un nègre, un résistant, un insoumis (...)

Jean-Hugues Ratenon à l’Assemblée Nationale

Je ne suis pas un mendiant mais un nègre, un résistant, un insoumis !

20 décembre 2017
Jean-Hugues Ratenon
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce 20 décembre 2017, lors d’une question au gouvernement, le député Jean-Hugues Ratenon, est intervenu à la tribune de l’Assemblée Nationale au sujet de l’esclavage et du sort réservé au patrimoine que représente la prison Juliette Dodu : « La réparation n’est-elle pas de stopper tout acte qui consiste à effacer les traces de l’esclavage et de notre histoire ? »


La fet kaf nout fierté


Aujourd’hui 20 décembre est un jour férié. La fet kaf nout fierté, vive la liberté !

Oui, le 20 décembre est un jour de commémoration de l’abolition de l’esclavage et de la traite des noirs à La Réunion, esclavage reconnu ici même dans cette assemblée comme crime contre l’humanité.


Pour le respect de la mémoire de mes ancêtres


Je suis fils d’engagé et d’esclave. Je suis Réunionnais et fière de l’être. Je ne suis pas mendiant mais je suis un nègre, un résistant, un insoumis. Donc j’ai cette responsabilité de me souvenir et d’agir pour le respect de la mémoire de mes ancêtres.

En effet, les esclaves et toutes personnes en résistance, insoumis, étaient jetés en prison pour éviter que leur rébellion — leur insoumission — ne se propage aux autres esclaves.

Oui mes chers collègues, je me dois de rendre hommage à mes ancêtres, qui ont été déracinés, arrachés de leurs terres natales ; ils ont été rabaissés, martyrisés, assassinés, sous les coups de fouets, mais aussi guillotinés dans ces murs de l’ancienne prison Juliette Dodu.


Prison Juliette Dodu : lieu de mémoire, de recueillement, de respect


Ce bâtiment, datant de plus de 300 ans, témoin de ces crimes atroces, d’actes barbares qui ont eu lieu durant toute la période esclavagiste, est menacé par un projet immobilier.

Madame la ministre de la culture, la réparation n’est-elle pas de stopper tout acte qui consiste à effacer les traces de l’esclavage et de notre histoire ?

Ce mur fondé en 1718 ne doit-il pas être plutôt transformé totalement en lieu de mémoire, de recueillement et de respect ?

Gayar fet kaf zot tout et vive la liberté.

Jean-Hugues Ratenon
Député de La Réunion
Groupe France Insoumise


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter