Categories

7 au hasard 21 juin 2014 : La Kolère Ti Frère i larg pa nou ! - 24 mai : Tragédie chagossienne : le Vatican condamne - 23 juillet 2014 : Nouvelle route du Littoral : arrêtez cette folie ! - 2 février 2014 : « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! » - 30 mars : James Mange, le combattant du couloir de la mort - 23 février 2015 : « Une pensée pour la 1ère religion qui s’est pratiquée sur cette île » - 7 avril 2013 : Perle, emprisonnée depuis 27 jours - 13 septembre 2013 : Le patrimoine culturel immatériel, un enjeu de développement - 1er mars 2016 : Une prière réunionnaise pour Dorian - 15 juillet 2016 : Canada : un immense visage caché sur une île -

Accueil > 7 an foutan > Jardin de l’État : une place à côté de la plaque !

Vous êtes ici !

Jardin de l’État : une place à côté de la plaque !

16 décembre 2014
Jean-Charles Lenormand, Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Du « Rond-point du Jardin » à la « Place de Metz », en passant par la « Place Sir Seewoosagur Ramgoolam », il n’y a pas un pas à faire : c’est le même endroit. « Vous êtes ici ! » Une sorte d’itinéraire pour nulle part qui vous ramène à votre point de départ que vous n’avez pas quitté. Vous êtes toujours devant le jardin de l’État ! Une histoire à dormir debout et à tourner en rond... Finalement, pour mettre tout le monde d’accord, reste la solution du référendum. « 7 Lames la Mer » s’associe à Jean-Charles Lenormand pour proposer, une bonne fois pour toutes, que cette place soit baptisée : « Place Henri Madoré ». Chiche !

« Place Henri Madoré ». Chiche ! (Photo dpr974, montage 7 Lames la Mer)

On ne sait pas très bien à quoi servent les jumelages entre villes. Mais quelle mouche (charbon ?) a donc piqué les édiles menés par le maire Auguste Legros en l’an de grâce 1986 ? Par quel cheminement la municipalité en est-elle arrivée à se lancer dans une opération de jumelage avec la ville de Metz en Lorraine ?

Le charme de la mirabelle y est-il pour quelque chose ? Il est vrai que cette variété de prune, de couleur jaune, chantée par le poète latin Virgile dans ses « Bucoliques », fait les beaux jours de la Lorraine, du nord de l’Alsace et des Vosges, concentrant ainsi 80 % de la production mondiale. Mais attention, il ne faut pas confondre : il existe deux variétés de mirabelles, celle de Metz et celle de Nancy. C’est à l’évidence la mirabelle de Metz qui a remporté les suffrages de nos élus.

Nous pouvons supposer que les délégations dionysiennes n’ont pas manqué de se succéder en Lorraine à la belle saison, notamment lors des fêtes de la mirabelle, le dernier week-end du mois d’août : dégustation, corso fleuri, élection de la Reine de la Mirabelle, tout ce qu’il faut pour que le déplacement en vaille la peine. Et les lorrains ne pouvaient être en reste : en plein cœur de l’hiver quel bonheur de se retrouver sous les tropiques... pour la fête du letchi !

Publicité publiée dans la presse locale en 1987.

À tel point que la mairie de Saint-Denis de l’époque a cru bon de sceller ce jumelage en débaptisant le rond-point du Jardin de l’État pour lui donner le nom de « Place de Metz ». Et la date choisie vaut son pesant de pistaches : le 20 décembre 1986 ! Par un tour de passe-passe, carte rouge-carte noire, la célébration de l’abolition de l’esclavage se fond dans la fête du letchi-mirabelle !

Dans son blog, à la date du 20 août 2010, Jacqueline Dallem s’émerveille de voir sa Lorraine natale mise à l’honneur en découvrant la plaque commémorative apposée sur les imposants piliers qui encadrent la grille d’entrée du Jardin de l’État. Elle note cependant que cette place est également appelée « Rond-point du Jardin ». Et pour cause ! Personne n’appelle ce rond-point « Place de Metz » !

Extrait du blog de Jacqueline Dallem qui s’émerveille de voir sa Lorraine natale mise à l’honneur par une plaque commémorative à l’entrée du Jardin de l’État. (20 août 2010)

Si les syndicats en mal de manifestations donnaient rendez-vous à leurs adhérents « Place de Metz », leurs rangs seraient encore plus clairsemés qu’ils ne le sont déjà. Cette place circulaire, où trône le buste du Bailly de Monthion, Place de l’Etoile « pays », d’où part la longue avenue menant à la Place de la « Concorde-Barachois », fut, est et restera le « rond-point du Jardin de l’État ».

Il est d’ailleurs à noter que la majorité municipale actuelle n’a rien fait pour entretenir les deux plaques : l’une est en passe de devenir illisible, l’autre est masquée (volontairement ?) par un rutilant (au sens propre) panneau de sens interdit !

Un panneau de "sens interdit" (judicieusement ?) placé devant la plaque... et non "à côté de la plaque" !

Mais l’histoire ne s’arrête pas là : par délibération en date du 27 septembre 2014 le Conseil Municipal de Saint-Denis a débaptisé la « Place de Metz », ex-rond-point du Jardin de l’État, pour lui donner le nom de l’ancien Premier Ministre de l’Ile Maurice, Sir Seewoosagur Ramgoolam (il s’agit du père, le fils étant lui aussi depuis peu ancien Premier Ministre).

C’est ainsi que sur les invitations du CEVIF (Collectif pour l’élimination des violences intrafamiliales) dans le cadre de la Journée Internationale organisée le 25 novembre dernier, sous l’égide du Conseil Général, il est fait mention d’une marche lumineuse allant de la « Place Ramgoolam » (sic) à la stèle du Jardin de l’État.

Le nouveau nom de baptême est officialisé. Du moins sur le papier, car l’inauguration de la nouvelle place qui devait avoir lieu ces jours-ci, en présence de l’encore Premier Ministre Navin Ramgoolam, fils de son père, a été reportée sine die en raison des échéances électorales mauriciennes. Nous en connaissons aujourd’hui les résultats.

Rendez-vous donné « Place de Metz » avec un plan pour ceux qui ne connaissent pas cette "célèbre" place ! (La flèche noire a été ajoutée par "7 Lames la Mer" pour aider à la lecture du plan...)

L’histoire ne s’arrête toujours pas là : sur la lettre d’invitation à la manifestation « Au bonheur des enfants », organisée par le Conseil Général au Jardin de l’État (botanique ?) du 13 au 21 décembre (20 y compris), rendez-vous est donné pour l’inauguration le samedi 13 « Place de Metz » !

Par mesure de précaution (sans doute n’était-ce pas du luxe) pour éviter que les participants n’aillent se perdre dans les méandres de la Rivière Saint-Denis, du Ruisseau des Noirs ou de la Ravine du Butor, les organisateurs ont cru bon d’agrémenter le dépliant des réjouissances d’un plan du Jardin de l’Etat où figure au premier plan la célèbre « Place de Metz ».

Et si on rebaptisait tout simplement le rond-point (ce fut son quartier général) « Place Henri Madoré » ? Chiche, on fait un petit référendum ?

Jean-Charles Lenormand
(Le titre, l’introduction et les légendes des photos sont de 7 Lames la Mer)

Merci au site http://1000celebritesdelareunion.blogspot.com pour avoir aimablement autorisé "7 Lames la Mer" à reproduire cet article.

La majorité municipale actuelle n’a rien fait pour entretenir les deux plaques...

Extrait d’un montage de Boby Antoir

Nathalie Valentine Legros
Extrait du livre : « Madoré, 1928-1988, Pas besoin croire moin le mort... » - Éditions Réunion, 1990.

Photo : Raymond Barthes, 1981

Henri Madoré dans le Jardin de l’État

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter